Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Ce 24 mars, rassemblons-nous pour sortir Desjardins des pipelines

samedi 24 mars 2018

Ajout de blogue par Patrick Bonin - 19 mars, 2018

Tiré du site de Greenpeace Canada.

Le 10 mars dernier, 10 000 personnes se sont rassemblées à Vancouver à l’appel des leaders autochtones pour marquer leur opposition au projet de pipeline de sables bitumineux de Kinder Morgan. Cet évènement de résistance et de solidarité incroyablement inspirant a permis de rassembler la population et les leaders autochtones de tout le Canada et des États-Unis, y compris ceux impliqués à Standing Rock et qui s’opposaient au projet de pipeline Dakota Access. Et cette mobilisation continue durant tout le mois de mars.

La résistance face au projet de Kinder Morgan ne cessera pas de s’intensifier tant que le projet ne sera pas abandonné. Elle est menée par des leaders des Premières Nations de la Côte Ouest dont les territoires traditionnels sont directement touchés par le projet d’expansion du pipeline. C’est en raison des menaces liés à ce projet et de l’importance de protéger les territoires, l’eau et le climat planétaire qu’ils n’ont pas donné leur consentement à ce projet de pipeline. Ce projet n’a pas non plus l’appui de la majorité de la population, ni du gouvernement de la Colombie-Britannique qui s’opposent fermement au projet.

Il est temps que Desjardins cesse de financer les pipelines de sables bitumineux

La société texane Kinder Morgan, qui exploite déjà suffisamment de gazoducs et de gaz pour faire trois fois le tour de la planète, compte sur le gouvernement Trudeau et celui de l’Alberta ainsi que les institutions financière comme Desjardins pour réaliser son projet. Il importe de rappeler qu’en 2017, Desjardins a accordé un prêt de 145 millions de dollars à la compagnie Kinder Morgan pour le projet Trans Mountain. Malgré une importante mobilisation citoyenne dans les mois qui ont suivi, Desjardins a décidé de maintenir son soutien à Kinder Morgan.

Après avoir emporté une victoire collective contre le projet Énergie Est au Québec, nous ne pouvons accepter que Desjardins finance un projet similaire qui affectera l’environnement et les communautés de l’ouest canadien.
Le 24 mars prochain, le Mouvement Desjardins tiendra son assemblée générale annuelle (AGA) dans la ville de Québec. À cette occasion, nous voulons être présents en grand nombre pour réitérer nos demandes à la direction de Desjardins, soit de retirer sa participation au projet de Kinder Morgan. Nous vous invitons à un rassemblement pour demander aux 1000 déléguées qui assisteront à cette AGA de cesser de financer les pipelines de sables bitumineux. 

Quoi : Rassemblement « Sortons Desjardins des pipelines »

Quand : le vendredi 24 mars à midi

 : Promenade Desjardins, adjacente au Centre des Congrès de Québec, RDV 1000 René Lévesque Est

Pour davantage d’information et pour confirmer votre présence,
visitez la page de l’évènement sur Facebook.
 
Le projet de pipeline TransMountain de Kinder Morgan, c’est quoi ?

Kinder Morgan propose de tripler à plus de 800 000 barils de pétrole par jour la capacité de son pipeline de sables bitumineux passant de l’Alberta à travers des territoires autochtones non-cédés jusqu’au littoral de la Colombie-Britannique. Cet oléoduc transportera une partie du pétrole le plus sale du monde et favorisera l’expansion des sables bitumineux.

Des oléoducs comme ceux de TransMountain (Kinder Morgan), Keystone XL (TransCanada) et Ligne 3 (Enbridge), contribueront tous à l’aggravation de la crise climatique qui alimente les phénomènes météorologiques extrêmes, les super tempêtes et la pénurie d’eau à travers le monde.

En se basant sur les données existantes relatives aux fuites de pipelines, Greenpeace estime que le pipeline TransMountain pourrait déverser du pétrole 36 fois dans les 50 prochaines années. Cela signifie que tout au long de son parcours, il représente une menace pour l’eau potable, les aquifères, les rivières, les lacs et les ruisseaux - sans parler des eaux de l’océan Pacifique. Du port de Vancouver, le pétrole des sables bitumineux serait chargé sur des super-pétroliers à destination de la Californie, ou vers d’autres pays de l’océan Pacifique, comme la Chine, ce qui aurait pour effet d’augmenter considérablement le trafic maritime, avec les défis et les risques que cela comporte.

La création d’une route de superpétroliers le long de la côte du Pacifique, outre les risques de marée noire, signifierait l’extinction des épaulards résidents du sud déjà considérés comme espèce menacée.

Il est plus que temps de faire le bon choix pour les institutions bancaires qui financent ce type de projet. À l’heure actuelle, aucune banques au Canada n’a pris l’engagement de cesser tout financement ou investissement dans les projets de pipelines. Faisons en sorte que Desjardins soit la première à emboîter le pas.

JOIGNEZ-VOUS À NOUS CE 24 MARS et ensemble, sortons Desjardins des pipelines de sables bitumineux !

Confirmez votre présence à l’évènement sur Facebook et partagez le plus possible.

Apportez votre soutien aux leaders autochtones qui s’opposent au projet d’expansion du pipeline de Kinder Morgan.

Activités à venir

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...