Édition du 19 septembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Harper, Couillard, le logement, un droit ! - On déménage chez les premiers ministres

vendredi 21 novembre 2014

• 21 nov. 2014 13:30

Lieu : En même temps au Québec et à Ottawa !

Départs organisés de Sherbrooke, Québec, Montréal, Saguenay et de la Montérégie

Le 21 novembre, Journée canadienne de l’habitation, le FRAPRU déménagera lit, cuisinière, frigidaire, sofa et autres meubles devant le bureau du premier ministre du Canada, Stephen Harper, à Ottawa.
Une action similaire aura lieu au même moment devant le bureau de circonscription du premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à Saint-Félicien, au Lac-Saint-Jean.

Ces déménagements symboliques visent à rappeler aux deux premiers ministres que leurs gouvernements ont des responsabilités à l’égard du droit au logement, des responsabilités dont ils s’acquittent très mal. Celui de Stephen Harper ne consacre que des miettes à l’aide aux personnes et aux familles mal-logées. Les sommes qu’il transfère à ce chapitre au gouvernement québécois ne sont même pas suffisantes pour subventionner la construction de 700 logements sociaux par année, alors que 448 000 ménages locataires québécois y ont théoriquement droit puisqu’ils paient plus que la norme de 30 % de leur revenu en loyer.

Pire, Stephen Harper refuse obstinément de poursuivre les subventions que le fédéral verse depuis des décennies aux logements sociaux existants, lorsqu’elles arrivent à échéance. Au total, 125 500 logements HLM, coopératifs et sans but lucratif seront touchés au Québec seulement, dont un bon nombre dès 2015. La fin de ces subventions se soldera, entre autres, par des hausses de loyer, souvent très importantes, ce qui sera désastreux non seulement pour les locataires qui y demeurent présentement, mais aussi pour les ménages qui ont un urgent besoin d’y accéder.

Dans son budget de juin dernier, celui de Philippe Couillard a accepté de financer 3000 nouveaux logements sociaux pour tout le Québec. C’est très nettement insuffisant, quand on sait que 448 000 ménages locataires québécois y ont théoriquement droit puisqu’ils paient plus que la norme de 30 % de leur revenu en loyer.

Or, il est loin d’être assuré que le prochain budget prévoit de nouveaux investissements en logement social, en raison de sa politique d’austérité budgétaire. Au nom de l’atteinte du déficit zéro, il se livre présentement à un examen de tous ses programmes, le tout dans l’objectif de réduire ses dépenses de 3,2 milliards $ dès l’an prochain. Rien ni personne ne sera épargné. Ça n’a rien de bien rassurant pour le logement social comme pour l’ensemble des programmes sociaux et des services publics.

Le logement, c’est un droit ! Pour en assurer le respect :

le gouvernement fédéral doit financer davantage de logements sociaux et poursuivre ses subventions à ceux qui existent déjà.

le gouvernement québécois doit financer 50 000 nouveaux logements sociaux en cinq ans.

L’événement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/832715663426499/

Activités à venir

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...