Édition du 10 octobre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Université d’été des NCS – 2013

vendredi 16 août 2013

15, 16 et 17 août 2013

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL

Information et inscription :
www.cahiersdusocialisme.org

Présentée par le Collectif d’analyse politique (CAP)
et les Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS)

Des grands débats rassembleurs

En plus des « axes », l’Université populaire des NCS mettra en jeu de grands débats transversaux :

Capitalisme et corruption

Le capitalisme structure les rapports humains autour d’une lutte sans merci et perpétuelle où les petits sont mangés par les gros et les gros sont mangés par les ultra-gros. Pourquoi dans ce contexte, la corruption est-elle un « produit dérivé » nécessaire au système, et non une « pathologie » accidentelle ?

Le message autochtone

Avec Idle no More, peut-on constater que le paysage politique et social n’est plus le même ? Comment le mouvement populaire est-il interpellé ? Comment affirmer la plurinationnalité de l’espace que nous occupons et la pluridimensionnalité des résistances ?

La gauche québécoise et la question nationale, d’hier à aujourd’hui

De quelle manière, le projet de société conjuguant justice sociale et émancipation nationale a-t-il évolué et continue d’évoluer aujourd’hui ? Comment concrétiser ce projet transformateur ?

Repenser l’émancipation

La gauche peut-elle surmonter les pièges du dogmatisme et du je-sais-tout-isme ? Comment réconcilier socialisme, féminisme et démocratie ? En quoi les perspectives anti et postcapitalistes peuvent-elles éclairer les luttes d’aujourd’hui ?

Quand ?

• 15-16-17 août 2013

Où ?

• Pavillon J.-A.-DeSève
Université du Québec à Montréal
320, rue Sainte Catherine Est
(métro Berri-UQAM).

Pour qui ?

• L’université populaire est un lieu de réflexion et de transmission de savoir ouvert à tous et à toutes, jeunes et moins jeunes, universitaires ou non.

Comment s’inscrire ?

• Aller sur le site :
www.cahiersdusocialisme.org/

À quoi s’attendre ?

• Des conférences, des tables-rondes,
des plénières

• Des ateliers pour approfondir

• Une atmosphère conviviale, pluraliste, avec le sens de l’humour !

L’UNIVERSITÉ POPULAIRE DES NCS repose sur plus de quarante personnes provenant d’organisations syndicales, populaires, féministes, écologistes et du monde de l’enseignement. C’est un véritable « intellectuel collectif » au service des luttes et de la construction du mouvement populaire. L’Université des NCS n’est pas une université au sens « classique » du terme. L’approche n’est ni académique, ni livresque. Le savoir et les compétences sont nourries par l’interaction entre des pratiques et théories qui émanent de tous ceux et celles qui luttent pour changer le monde.

Thèmes principaux

L’université populaire de 2013 se déploiera autour de trois « axes » organisés en plusieurs ateliers. Dans chaque session, il y aura un retour sur les concepts et l’histoire, puis on posera un « diagnostic » de la situation présente et on élaborera des éléments de stratégie. Les axes sont les suivants :

Une ville pour tout le monde !
Nos villes sont malmenées par des régimes pour¬ris et des mégaprojets destinés à enrichir l’élite en générant l’exclusion, la pauvreté et le profilage racial. En même temps, de puissants mouvements populaires se battent pour le « droit à la ville » en intervenant sur l’aménagement, l’environnement, les services et l’administration. De ces luttes émergent des embryons de pouvoir citoyen.

• Le Québec dont nous rêvons !
Un peu partout au Québec, des projets contre-hégémoniques mettent de l’avant la perspective du « bien commun » et redéfinissent des stratégies d’émancipation à la fois sur la question sociale et sur la question nationale. L’idée, rien de moins, est de relancer une deuxième « révolution tranquille », autant nécessaire que réalisable.

La pensée critique aujourd’hui
La pensée critique se développe au Québec en lien avec les travaux néomarxistes, écosocialistes et féministes. Des jeunes et des moins jeunes « intellectuels collectifs » sortent des sentiers battus pour raffiner l’analyse des rapports de force qui structurent notre société et cartographier les résistances.

L’horaire provisoire est disponible à l’adresse suivante : http://www.cahiersdusocialisme.org/2013/05/04/tout-est-possible/

Tout est possible !

Depuis quelque temps, le mouvement populaire au Québec a couru tout un marathon !

Les dominants sont déstabilisés, mais ils restent déterminés à démolir ce qui a été arraché par des décennies de luttes durant lesquelles, jusqu’à un certain point, les dominéEs avaient « civilisé » le capitalisme. Pour imposer cette grande régression, la stratégie est de semer le virus du « tout-le-monde-contre-tout-le-monde » pour provoquer une sorte de chicane perpétuelle entre générations, sexes, immigrantEs et gens qui sont nés ici, Autochtones et Blancs, etc. Tout cela se fait au nom de l’« ordre », de la « bonne gestion » et d’une « moralité » réactionnaire et patriarcale.

Du côté des dominéEs, le programme est connu, à la manière des Carrés rouges : résister, s’organiser, constituer de vastes convergences, mettre autant de (gros) grains de sable dans la « machine ». Parallèlement, le défi est de construire des alternatives autour d’idées faisables et « gagnables ». Les batailles et les « petites » victoires (qui ne sont jamais réellement « petites ») s’accumulent. Le mur de la domination est fissuré. Nous sommes patientEs, nous sommes déterminéEs, nous sommes systématiques. Dans ce processus, les mouvements populaires définissent leur identité et leur auto-organisation. Ils réfléchissent et élaborent ce qui peut devenir de « grandes » victoires, en autant qu’on puisse, comme en Amérique latine, faire converger une masse critique de forces autour d’un projet contre-hégémonique.

Du 15 au 17 août 2013 à l’UQAM

Activités à venir

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...