Édition du 24 avril 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

23 Octobre 2017 : Journée mondiale d’action pour le désinvestissement des pipelines

Le 23 octobre, 92 des plus grandes banques internationales au monde se réunissent à Sao Paulo au Brésil pour discuter des politiques climatiques et des droits des peuples autochtones, le droit à un ‘consentement préalable — donné librement et en connaissance de cause’.

Tiré du site de Greenpeace Canada.

Le mouvement ‘Mazaska Talks’ (le mot “Mazaska” vient des Lakotas, des Sioux, et veut dire argent) a été initié par des groupes autochtones. Ils invitent les communautés des Premières Nations et leurs alliés de partout dans le monde à se joindre à leurs journées internationales d’actions du 23 au 25 Octobre pour dire aux banques haut et fort : financer l’avènement de changements climatiques catastrophiques et abuser des droits des peuples autochtones n’aboutira qu’à un désinvestissement massif et global.

Rassemblement devant les bureaux du Mouvement Desjardins à Montréal

Au Québec un collectif de groupes citoyens et environnementaux, aux côtés et en soutien à l’initiative des peuples autochtones, co-organisent ce lundi un rassemblement pour répondre à l’appel de ‘Mazaska Talks’ et mettre en cause les investissements du Mouvement Desjardins dans les pipelines de sables bitumineux. Voir les infos sur l’évènement. Vous pouvez aussi demandez à Desjardins d’arrêter de financer les pipelines de sables bitumineux ->>> ici !

Protéger l’environnement et le droit des peuples Autochtones est inaliénable (voir vidéo)

Il faut lutter pour arrêter l’expansion du secteur des sables bitumineux. Nous sommes déjà tous témoins des conséquences catastrophiques dues aux changements du climat avec, entre autres la montée des océans, les feux de forêts, les inondations, les sécheresses, les canicules, la perte d’accès l’eau potable et les menaces sur la biodiversité dans le monde entier.Les investissements sur lesquels misent ces banques menacent la faune et la flore, incluant ceux déjà à risque ou en voie d’extinction, abîment des écosystèmes précieux et menacent l’eau de millions de personnes. Il faut que les banques et les institutions financières se détournent de ces projets et fassent le choix éthique.C’est pour cela que les journées d’action Mazaska Talks ont été lancées.

150 Premières Nations sont opposées aux sables bitumineux (lettre d’appui)

La production de pétrole des sables bitumineux est le projet de développements d’énergie fossile le plus polluant de la planète. 150 Premières Nations et Tribus ont officialisé leur opposition au développement des sables bitumineux et aux projets de pipelines et de transport et infrastructures ferroviaires et maritimes qui permettrait ce développement et menaceraient leurs territoires et leurs eaux. Le 23 Octobre, nous les rejoignons avec leur consentement.

Les projets de sables bitumineux bafouent les droits des peuples autochtones, empoisonne des rivières, détruit des forêts et éloigne le Canada du respect de ses engagement envers le climat.

Les quatre oléoducs des sables bitumineux - Keystone XL, Line 3, l’expansion de Trans Mountain, Énergie Est - élargiraient et accéléreraient les dégâts liés à cette exploitation, sans parler des risques de déversements.*

Desjardins doit laisser tomber les pipelines

Au Québec, après avoir accordé un prêt de 145 millions à Kinder Morgan pour son projet de pipeline Trans Mountain, le Mouvement des caisses Desjardins a annoncé un moratoire sur tout nouvel investissement dans les projets d’oléoducs, jusqu’à ce que l’institution ait déterminé comment elle allait s’y prendre pour réconcilier sa politique de prêt avec le monde sobre en carbone que ses membres aimeraient contribuer à créer (soulignons que Desjardins continue malgré tout de financer des pipelines comme le projet Trans Mountain de Kinder Morgan à l’heure actuelle).

Desjardins a pris la bonne décision en annonçant un moratoire sur tout futur projet d’investissement ou de financement d’oléoducs et nous souhaitons qu’il devienne rapidement permanent. Les institutions financières comme Desjardins qui se vantent d’être “socialement responsables”, doivent s’attendre à davantage de résistance si elles continuent à financer des pipelines comme celui de Kinder Morgan. Or les transactions de ces banques accélèrent de fait la crise climatique et nous éloigne de l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Plusieurs institutions financières délaissent les hydrocarbures !

La banque française BNP Paribas a officiellement déclaré la semaine dernière que « le Groupe cesse ses relations avec les acteurs dont l’activité principale est l’exploration, la production, la distribution, le marketing ou le trading de gaz et de pétrole de schiste et/ou de pétrole issu des sables bitumineux. » Avant elle, la banque néerlandaise ING qui avait confirmé qu’elle exclurait le financement des pipelines de sables bitumineux, précédée elle-même par celle du plus important fonds de pension suédois, qui avait annoncé qu’ils désinvestissent de TransCanada.

Ce qui était vrai pour Énergie Est est encore vrai pour tous les autres pipelines de sables bitumineux : Keystone XL, Ligne 3 et Trans Mountain qui sont incompatibles avec la lutte contre les changements climatiques ainsi que le respect des droits des autochtones et les investisseurs devraient en prendre bonne note. La mobilisation en faveur de l’émergence d’une économie durable, juste et prospère fera en sorte que les autres projets de pipelines de sables bitumineux ne seront jamais construits.

Besoin d’une transition rapide vers les énergies à 100% renouvelables

La transition vers une économie verte nécessite une élimination rapide de l’utilisation des combustibles fossiles et, au lieu de dépenser des milliards dans les pipelines et en subventions aux pétrolières et gazières, cet argent devrait servir à soutenir les travailleurs dans la transition juste vers les énergies à 100% renouvelables en plus de soutenir cette dernière.

Nous pouvons toujours créer des emplois durables si nous transitions aux énergies renouvelables. Si le Canada se met dans la bonne voie vers une économie de 0 émissions, le pays créerait 4 millions d’emplois non reliés à la construction commerciale.

Dans le monde, les emplois dans l’énergie renouvelable continuent de grossir alors que l’emploi dans les énergies fossiles est en baisse. En 2016, 8,3 millions de personnes ont été employés par le secteur des énergies renouvelables. (IRENA 2017 ; excluant l’hydro).

La construction du pipeline de Kinder Morgan pourrait commencer sous peu

Le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan envisage ne créerait que 50 emplois permanents, tandis qu’il menace $9.7 milliards en PIB et 98,000 emplois soutenus par le littoral de la Colombie-Britannique. La province recevrait moins de 2 pour cent des revenus liés à l’exploitation de ce pipeline.

En fait, les informations publiques prouvent que moins de 20% des emplois potentiels d’après Kinder Morgan prendraient forme.

C’est pourquoi du 23 au 25 octobre, des milliers de personnes à travers une douzaine de villes dans le monde vont se mobiliser pour réclamer du changement.

Nous exigeons des banques qu’elles dirigent leur argent et qu’elles façonnent leurs politiques en fonction du bien de tous et de la planète, et qu’elles cessent de financer des projets qui bafouent les droits des peuples autochtones.

*Les trois compagnies voulant construire ces oléoducs sont alimentées par le financement de 26 banques. Parmi ces banques, cinq sont américaines, neuf canadiennes et les sièges sociaux d’une douzaine d’autres sont basés en Europe incluant l’Allemagne, le Royaume-Uni, la France, la Norvège, la Suisse et d’autres pays. Ces banques investissent dans des projets qui bafouent les droit des peuples autochtones. Les banques n’ont obtenu de consentement de leur part pour aucun des oléoducs qu’elles financent et qui devraient traverser ces territoires.

Loujain Kurdi

Blogueur pour Greenpeace Canada.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...