Édition du 21 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Débat sur les politiques d’alliance

Adopter une posture unitaire sans tomber dans l’artificiel !

À constater la tournure des discussions entourant les propositions sur Option nationale (ON) ou le Parti québécois (PQ), il y a matière à s’inquiéter ! Dans la foulée du débat, plusieurs commentaires deviennent acerbes, alors que certaines prises de position restent confuses ! La tendance à s’éloigner de l’objectif ou à faire du surplace se renforce ! Le débat peut-il permettre à ceux qui doutent au sein de QS d’aller au-delà du défaitisme et de saisir les occasions qui s’offrent à lui ? Comment adopter une posture unitaire sans tomber dans l’artificiel ?

Image by alegriphotos.com

Depuis la publication des propositions sur les alliances, on lit des commentaires qui voient dans le prochain congrès de QS un rendez-vous crucial pour son avenir. Pourtant, plus on s’en rapproche, on sent un scepticisme qui obscurcit l’analyse de la conjoncture. Pour tirer le meilleur parti de la situation et mieux positionner QS, il importe de maintenir une attitude audacieuse d’ouverture ! Réflexion sur un débat qui polarise !

D’abord, saisir l’occasion d’Option nationale

Depuis l’annonce de la proposition de fusion avec ON, les doutes exprimés à son encontre se font croissants. On annonce à l’avance l’échec du projet, parce qu’il refuserait notre main tendue ! Pourtant, certains membres d’ON appellent une proposition sérieuse. Le questionnement est normal et l’on ne doit pas s’en surprendre. L’origine d’ON n’est pas celle de QS ! Néanmoins, les membres évoluent vers la gauche et les prises de position sont de plus en plus progressistes ! Si l’on abandonne la partie maintenant et qu’on refuse d’engager une exploration, l’échec est garanti !

QS demeure en position de force, c’est en effet à nous d’avoir l’audace de proposer une intégration respectueuse. Exiger leur dissolution et leur adhésion sur une base individuelle a un effet contraire à celui recherché. QS ne se construira pas par le seul recrutement individuel. Nous devons leur demander de clarifier collectivement leur avenir, en prenant les moyens pour que notre proposition soit crédible.

Dans le contexte du débat sur la convergence, laisser échapper une orientation qui témoigne de notre ouverture aura des conséquences sur QS. Réussir une fusion avec ON, c’est-à-dire réussir une intégration collective de ce groupe issu notamment du PQ, constitue non seulement une première, mais place QS de manière concrète à l’enseigne de la convergence.

La convergence avec le PQ est superficielle

Par ailleurs, plusieurs le constatent, la distance programmatique de QS avec le PQ et les difficultés qui pavent la voie à un pacte avec lui sont telles que, même adoptée, une telle orientation risque d’être inapplicable. Le programme, la culture et ce que représente le PQ au plan idéologique et politique imposent à QS de s’en démarquer. Le PQ s’appuie sur des travers de la conscience nationale et dans l’establishment d’élite locale qui se satisfont des préjugés ambiants. Son projet ne peut pas se confondre avec celui des solidaires.

À supposé que QS s’engage dans la voie de pactes avec le PQ, on reconnaîtra aux associations locales le droit de refuser dans leur circonscription. Par ailleurs, dans le cas qu’elle accepte une telle perspective, sur quel programme l’association de QS pourra-t-elle appuyer la candidature du consensus ? Les membres de QS doivent promouvoir le même programme partout sur le territoire, pacte ou non, ce qui s’opposera évidemment à celui du PQ !

Le projet de pacte électoral avec le PQ fait déjà émerger de multiples conditions préalables qui sont autant d’obstacles à l’exploration proposée. Concrètement, il y a peu de gains avec une telle tactique électorale dans le contexte du système électoral du Québec. Les quelques résultats possibles ne permettent pas de justifier le projet de pactes, notamment à cause des conséquences sur QS. Force est ainsi de reconnaître qu’une telle aventure risque beaucoup plus de nuire à QS que de le renforcer.

Toutefois, les yeux sont tournés vers le congrès de mai, en vue de connaître comment QS va résoudre la question. Il n’y a pas de problème à nommer le piège, mais ça ne constitue pas une orientation. Il est important de tout mettre en œuvre pour garder l’initiative.

Des candidatures indépendantes des partis

Ce n’est pas à travers un exercice de démarcation ou d’autoproclamation que l’on peut garder le cap sur une posture unitaire. Si on revient sur la démarche de convergence qui s’appuie sur les mouvements sociaux, initiée par QS à l’automne dernier, comment peut-elle se traduire dans le cadre électoral qui vient ?

Dans le présent contexte, il est peut-être déjà très tard, entre autres parce que la procédure ne peut plus accueillir d’amendement. Toutefois, des scénarios de candidature indépendante des partis peuvent offrir un tel cadre susceptible de réunir des réseaux sociaux et des forces politiques concurrentes pour mener une campagne unitaire. L’idée de proposer au Parti québécois une exploration sur des candidatures indépendantes des partis nous permet de conserver l’initiative du débat et le somme à se positionner sur une proposition basée sur la mobilisation contre les politiques néolibérales.

En plus de favoriser l’action politique des organisations sociales, une telle démarche permet de réunir des bases de convergence qui lèveront le piège du pacte électoral partisan, qui ne peut être que défavorable à QS. Du même coup, une telle orientation peut participer à recrédibiliser l’action partisane et à attirer une partie de l’électorat, plus sceptique devant les partis. Enfin, si une telle situation se produisait spontanément dans une circonscription, je crois que tous les mandats existent pour que les instances de QS soutiennent une telle perspective.

Ronald Cameron
membre de QS
Le 3 mai 2017

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Débat sur les politiques d’alliance

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...