Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

LGBT

Afrique du Sud La Gay Pride de Johannesburg, un tremplin pour dénoncer les discriminations

tiré de : L’INFOLETTRE DE FUGUES # 668 - 30 octobre 2017

Publié le 29 octobre 2017

L’Afrique du Sud est l’un des premiers pays au monde à avoir reconnu l’union aux personnes de même sexe. La ville du Cap est d’ailleurs considérée comme la capitale gay du pays et du continent en général. Le constat est cependant plus mitigé dans le reste du pays où les homosexuels font face à de nombreuses discriminations, comme à Johannesburg où avait lieu, samedi 28 octobre, la Gay Pride de la ville. Reportage.

Au-dessus des 2 000 personnes réunies dans un quartier huppé de Johannesburg flottent les drapeaux LGBT aux couleurs arc-en-ciel comme le drapeau national.

Pourtant, selon Craig Chapman de l’association Right to Care, être gay en Afrique du Sud est bien loin de correspondre aux droits reconnus par la Constitution. « L’Afrique du Sud est le seul pays en Afrique qui reconnaît des droits aux individus LGBT. Mais la réalité est différente. Par exemple, dans les townships du pays, les femmes subissent encore des viols de correction, car elles sont lesbiennes », explique le militant.

Les discriminations sont nombreuses. Six homosexuels sur dix s’en disent régulièrement victimes. Lerhato défile avec sa copine. Les discriminations, elles les vivent tous les jours : « Lorsque je prends les taxis collectifs certaines personnes me disent : " Tu n’as jamais fait l’amour avec un vrai homme. Si tu en avais connu un, tu serais hétérosexuel ". »

Certaines communautés sont aussi réticentes à accepter des personnes homosexuelles. Depuis qu’elle a annoncé être lesbienne, Horatile, 22 ans, a perdu le contact avec des proches. « A l’église, par exemple, ils prient parce qu’ils pensent qu’il y a un démon qui doit sortir de moi. Certains membres de la famille ou de l’église n’acceptent pas », raconte-t-elle.

Le principal défi pour les homosexuels d’Afrique du Sud reste le VIH/sida. Le taux de prévalence pour les personnes gais est environ 10% supérieur à celui de la population totale.

Fugues

Magazine LGTB québécois.

http://www.fugues.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : LGBT

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...