Édition du 23 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Appui aux projets d’hydrocarbure - Les élu.es gaspésien.nes refusent l’information qu’ils ont sous la main

« Il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre ».

Camp de la rivière, 7 décembre 2017 : Les élu.es de la Gaspésie continuent d’ignorer l’information disponible et s’empêtrent dans des demandes d’information en direction du gouvernement, à la fois législateur et promoteur du dossier des hydrocarbures. Les élu.es semblent à la recherche d’informations qui conforteraient leur appui aux projets d’hydrocarbure, plus que d’informations objectives sur les projets. Environnement Vert Plus leur demande toujours de retirer l’appui donné au projet Bourque en attendant de prendre les moyens nécessaires pour s’informer adéquatement.

« C’est très facile de dire qu’on n’a pas l’information nécessaire quand on refuse de rencontrer les gens qui l’ont entre les mains. Nous avons demandé une rencontre avec Daniel Côté et Gaétan Lelièvre à plusieurs reprises, et bien qu’ils m’aient dit que ça allait arriver, personne ne m’a contacté pour une rencontre de vulgarisation sur les projets. Même Pierre Moreau a passé 20 minutes en tête-à-tête avec nous lors de son passage en Gaspésie ! Sommes-nous assez crédibles pour les élus nationaux, mais pas pour ceux et celles de la région ? » s’étonne Pascal Bergeron, porte-parole d’Environnement Vert Plus.

Parmi les informations que nous avons depuis longtemps entre les mains que les élu.es refusent d’entendre, comme ils l’ont réitéré en conférence de presse :

1- Le projet Bourque opérera nécessairement par fracturation (ou par un procédé de stimulation analogue) pour atteindre des rendements justifiant une exploitation commerciale, et le nombre d’emplois créé ne rend pas le procédé moins dangereux. Les données de perméabilité du gisement, que le promoteur cachait jusque là, mais rendues disponibles dans le rapport, le confirment. (1) L’évaluation du potentiel de Bourque a d’ailleurs été faite sur la base de l’utilisation de tels procédés. « Est-ce que nos élu.es nous disent que la fracturation ou un procédé analogue pourrait être acceptable, dépendant du nombre d’emplois liés ? Veulent-ils vraiment jouer à la roulette russe avec la York et la Dartmouth ? » s’indigne le porte-parole.

2- Le gaz « naturel » n’est pas un combustible de transition, comme l’affirme encore Daniel Côté. Pour être un combustible de transition, le gaz « naturel » d’origine fossile devrait permettre une réduction des émissions de GES à l’échelle de la province. Hors, même avec un scénario d’exploitation marginale, des émissions fugitives sous-estimées et un facteur de conversion du méthane en CO2 sous-évalué, les commissaires du BAPE sur les gaz de schiste en 2014 arrivaient à une augmentation de 3% des émissions de GES de la province. (2) Un groupe d’expert du GIEC réitérait lors d’un briefing technique récent que le gaz « naturel » fait aussi partie du problème en terme climatique. (3) « Daniel Côté demandait de l’information vulgarisée indépendante lors de sa conférence de presse : voilà quelque chose que nous aurions bien aimé lui mettre entre les mains, ça lui aurait évité de répéter cette ineptie une fois de plus » explique le porte-parole.

3- Le gouvernement du Québec et le promoteur des projets de pétrole et de gaz ne sont pas des sources d’information indépendantes. Questionné en chambre sur les montants investis dans le projet Bourque, la ministre de l’Économie cède sa place au ministre de l’Énergie, rendant caduque la distinction entre législateur et promoteur. Pierre Moreau justifie sa réponse en évoquant Délisca qui veut les emplois liés au projet Bourque. (4)

La mairesse de Murdochville ne se fait pas honneur en disant que « La résolution (d’appui à Bourque) est là pour rester jusqu’à ce que la position change. »5 « Autrement dit, on ne la retirera pas tant qu’on ne la retirera pas ? La mascarde doit cesser ! La MRC doit empêcher le gouvernement libéral de Couillard et Moreau de se servir d’eux pour justifier les M$ gaspillé à Bourque. Nous tendons toujours une perche aux élu.es pour leur apporter de l’information pertinente dans le dossier. En attendant, la MRC doit retirer son appui à Bourque et admettre que la population de la Gaspésie, des communautés autochtones, et de toute la province ont leur mot à dire sur l’acceptation de ce projet » conclut le porte-parole.

Environnement Vert Plus invite les personnes qui se sentent concernées à se rendre au Conseil des maires pour poser des questions mercredi prochain, le 13 décembre 2017, à l’Hôtel de ville de Cloridorme, à 17h00.

Consultation intégrale, ici.

Notes

1 Voir le rapport de Sproule, p. 26. http://environnementvertplus.org/rapport-sproule-bourque/

2 Tiré du : « Rapport synthèse des résultats du Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits et services (CIRAIG) sur l’impact des émissions de gaz à effet de serre de la filière du gaz de schiste au Québec » présenté lors du BAPE de 2014 (no. 307) sur la filière gaz de schiste.

3 Voir la vidéo, très vulgarisée, à partir de 9:40 : https://www.youtube.com/watch?v=qZ-
4WJKDkl8&list=PLCsAaFc7QzJ-x0OPylypy15pgYR3Rdkto&index=1 Cette présentation intègre des rapports provenant de plusieurs universités américaines : https://www.rvhq.ca/wp-content/uploads/2017/09/Version-compl%C3%A8te-Des-scientifiques-d%C3%A9boulonnent-le-mythe-du-gaz-naturel-comme-%C3%A9nergie-de-transition.pdf

4 Voir l’extrait de la période de question à l’assemblée nationale. À partir de 3:56 pour entendre la justification des demies vérités du ministre sur la position de la mairesse de Murdoch : https://www.youtube.com/watch?v=nXfISzLZPrE&feature=em-uploademail

5 Écoutez le dernier extrait de la conférence de presse à l’adresse : https://radiogaspesie.ca/nouvelles/actualite/elus-souhaitent-tenue-dune-seance-dinformation-publique-projet-bourque/

Environnement Vert plus

Groupe écologiste gaspésien.

La petite histoire d’un grand mouvement

1. PRÉSENTATION D’ENVIRONNEMENT VERT-PLUS

1.1 Une naissance en forêt

" Il était une fois une communauté tranquille qui vivait en harmonie avec son milieu. Puis, des avions sont venus et nous ont arrosés des mêmes produits qu’on utilisait lors de la guerre du Vietnam "

Environnement Vert-Plus tire son origine des audiences publiques de 1983, au moment où le B.A.P.E. consulta la population du Québec sur l’usage que voulait faire le Ministère de l’Énergie et des Ressources de l’agent orange. Les citoyens ont eu gain de cause et heureusement, car des études ont démontré depuis que ces produits sont hautement cancérigènes.

D’informel qu’il était au départ, un groupe de personnes de la région décida de s’incorporer en 1986 afin de donner une voix à l’environnement de la Baie des Chaleurs.

1.2 A l’ombre des grosses cheminées : Une croissance mouvementée

Très bientôt, il s’avéra que les atteintes faites à notre milieu de vie nous laisseraient peu de répit : participation à l’élaboration du schéma d’aménagement de la M.R.C. d’Avignon puis au sommet économique de la Gaspésie et des Iles ; initiation d’un système de récupération du papier ; rédaction d’un mémoire à la Commission Charbonneau ; dénonciation du laisser-aller d’Hydro-Québec menant à l’incinération domestique de poteaux enduits de pentachlorophénol ; suivi du dragage en mer ; production de diaporamas " Le petit paradis gaspésien revu et corrigé " et " Ciel jaune sur Baie bleue " ; prise de position pour que cesse l’enfouissement "sauvage" de déchets ; documentation et pressions pour que les industries se conforment aux normes, organisation d’un forum sur la forêt gaspésienne en 1992 suivi de la mise sur pied d’une table régionale de concertation des différents utilisateurs de la forêt.

Et les actions des écologistes ont eu des résultats : comme celui d’amener Energie Nouveau-Brunswick à intégrer des épurateurs dans les cheminées de sa nouvelle centrale thermique de Belledune et de sa centrale existante de Dalhousie.

Concertation aussi, avec la création d’une Zone d’intervention prioritaire (Z.I.P.) New-Richmond dans le cadre du programme Stratégies St-Laurent, afin d’asseoir à une même table, industriels, milieux de la santé, municipal, scolaire, agricole et écologistes.

1.3 Un organisme bien entouré et appuyé

Sans aucune stratégie active de recrutement ou de permanence à temps plein et entre les nombreux dossiers à traiter, E.V.P. compte près de 200 membres individuels et corporatifs (en 1993).

A cela, ajoutons les appuis ponctuels qu’apportent les signataires de pétitions, les dizaines de résolutions d’appui des corporations municipales, et les inter-relations qui se créent avec d’autres organismes.

Sondez l’opinion des gens de la Baie des Chaleurs et vous constaterez que les positions d’E.V.P. sont partagées et appuyées.

1.4 Environnement Vert-Plus : un chien de garde de l’écosystème de la Baie des Chaleurs

Nous avons cru longtemps que la Gaspésie était " vierge et intacte". Puis on nous a dit de faire bouillir l’eau, que certaines plages étaient impropres à la baignade, que le taux de cancer augmentait, que les populations de poisson diminuaient, de ne pas cueillir les petits fruits, qu’on prévoyait des ruptures de stock en forêt, que la survie du chevreuil et du caribou était menacée.

L’avenir de la forêt gaspésienne ne repose pas avec les industriels ou les politiciens. L’avenir de la forêt gaspésienne repose sur une opinion publique vigilante et une concertation de tous les utilisateurs de la forêt y incluant les écologistes.

http://vert-plus.tripod.com/1.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...