Édition du 21 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Après des mois de périple, la caravane de migrants est arrivée à la frontière californienne

Partis d’Amérique centrale pour fuir la misère et le danger, plus d’une centaine de migrants sont arrivés ce week-end à la frontière entre Tijuana et San Diego, bien décidés à demander l’asile aux États-Unis.

Tiré de Courrier international.

“Leur long et éreintant périple [à travers le Mexique] va se transformer en un long et éreintant processus de demande d’asile, maintenant que la caravane des migrants a atteint la frontière entre le Mexique et les États-Unis”, rapporte le New York Times.

Le quotidien américain souligne également que l’arrivée de la caravane à Tijuana représente “un test pour la politique anti-immigration du président Trump”.

Et pour cause, dès le mois d’avril, le locataire de la Maison-Blanche s’était emporté sur Twitter contre ce convoi constitué pour permettre aux migrants de se protéger des “kidnappings, viols et agressions” pendant leur traversée du Mexique.

Garde nationale

Le 3 avril, Trump avait annoncé qu’il ferait appel à l’armée pour garder la frontière. “On ne peut pas accepter que des gens déferlent illégalement dans notre pays”, avait-il lancé. Une annonce suivie d’effets puisque la garde nationale a, depuis, été déployée dans certains endroits le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

Et les migrants ne sont pas au bout de leur peine, souligne le New York Times, puisque, “à leur arrivée à Tijuana, plus de 150 migrants sur les quelque 1 200 personnes qui constituaient la caravane au départ se sont vu notifier par les services de l’immigration américains qu’ils ne pourraient pas déposer leur demande d’asile le jour même et qu’ils devraient attendre du côté mexicain de la frontière”.

Le Los Angeles Times souligne, de son côté, que “des citoyens américains sont prêts à ouvrir leurs portes pour héberger des demandeurs d’asile” arrivés avec la caravane des migrants.

Alors que le débat sur l’immigration devient “de plus en plus acrimonieux et que le pays est divisé sur la question de savoir qui doit être autorisé à entrer sur le territoire des États-Unis et ce que cela signifie d’être américain, certains citoyens prennent position” et décident d’agir, note le quotidien.

Hébergeurs volontaires

Soixante-quinze personnes ont d’ores et déjà “signalé leur intention d’héberger un ou plusieurs demandeurs d’asile”, souligne dans les colonnes du quotidien californien Heather Cronk, la codirectrice de l’organisation antiraciste Showing Up for Racial Justice.

Des hébergeurs volontaires qui résident dans les zones métropolitaines des côtes Est et Ouest, “mais également dans des zones rurales éloignées comme le Montana et le Dakota du Nord”, explique le journal.

Dans un premier temps, nombre de demandeurs d’asile “seront placés en détention après leur entretien préliminaire avec les services de l’immigration, qui doivent déterminer s’ils ont des causes réelles de craindre la persécution et la torture et peuvent rester dans le pays le temps que leur demande d’asile soit instruite par la justice”. Une situation de plus en plus fréquente, note le journal, qui souligne le durcissement de la politique de détention “sans possibilité de libération conditionnelle avant que l’audience de justice ne soit programmée”.

Ce n’est qu’après celle-ci que les demandeurs d’asile qui auront vu leur requête acceptée “pourront trouver refuge soit chez des membres de leur famille résidant déjà aux États-Unis, soit chez les hébergeurs volontaires”.

Bérangère Cagnat

Collaboratrice au site basta Mag (France).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...