Édition du 17 octobre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Au Maroc, après une agression sexuelle dans un bus, des rassemblements pour dire « non à la culture du viol »

Après la diffusion d’une vidéo montrant une agression sexuelle dans un bus, des sit-in ont été organisés par des militantes féministes dans plusieurs villes du pays. Au milieu du brouhaha de la place des Nations unies, dans le centre-ville de Casablanca, une foule de femmes et d’hommes tentent de se faire entendre. Ils se sont rassemblés, mercredi 23 août, pour défendre la condition des femmes au Maroc, deux jours après la diffusion d’une vidéo montrant un groupe d’adolescents agresser sexuellement une jeune femme dans un bus en pleine journée.

Tiré de Europe solidaire sans frontière.

« Au Maroc, le harcèlement sexuel a un effet cocotte-minute que cette affaire, qui n’est pas la première, a fait exploser. Aujourd’hui, nous sommes là pour mettre fin à une situation trop longtemps tolérée », affirme une des manifestantes, qui brandit une pancarte sur laquelle on peut lire : « Non à la culture du viol. »

Des femmes qui « doivent se cacher pour exister »

Organisés par un collectif de militantes féministes sur les réseaux sociaux pour dénoncer le harcèlement dont sont victimes les Marocaines, des sit-in ont eu lieu au même moment à Rabat, Marrakech, Tanger et Agadir.

Malgré l’engouement sur Facebook, où plus de 5 000 personnes prévoyaient de participer à ces événements, peu ont répondu présent. « C’est dommage de constater que dans une ville de 4 millions d’habitants, à peine 200 personnes sont venues défendre la cause des femmes », regrette Réda, 20 ans.

Si la mobilisation n’a pas été à la mesure des espérances, les activistes ont ardemment milité pour plus de droits, une justice « plus équitable et plus compétente », plus de libertés et une sécurité pour toutes ces femmes qui « doivent se cacher pour exister ».

« Les femmes ont peur de sortir de chez elles. Elles savent que si elles sont attaquées, personne ne viendra à leur secours. Ni la société civile, ni les autorités », déplore Houria, 36 ans. « Nous avons appris à vivre avec le harcèlement sexuel, à s’adapter en fonction comme si c’était normal. J’évite de prendre le bus pour me déplacer en journée ou de sortir tout court après le coucher du soleil. Jusqu’à quand allons-nous nous laisser faire ? », s’interroge une autre Marocaine dans la foule.

« La femme est constamment tenue responsable »

Plus que la vidéo de l’agression, qui a provoqué une onde de choc dans le pays, les Marocains réunis sur la place se disent outrés par les réactions de leurs compatriotes.

« Beaucoup d’internautes ont pris la défense des agresseurs. Sous prétexte que la jeune femme était habillée trop légèrement ou qu’elle connaissait ses agresseurs, des internautes leur ont donné raison. J’appelle ça une apologie du viol. Ça en dit long sur les mentalités dans notre société, où la femme est constamment tenue responsable », se désole Selma, une des organisatrices de l’événement.

Alors que les militants fustigeaient ces réactions, deux hommes présents dans la foule ont tenté d’interrompre les slogans scandés sur le droit des femmes, affirmant que celles-ci « étaient par nature provocatrices et méritaient les agressions sexuelles qu’elles subissent ».

De leur côté, les politiques n’ont pas été épargnés. Une des pancartes brandies fièrement par les militantes affichait : « Bassima, dégage ! », en référence à Bassima Hakkaoui, la ministre de la solidarité, de la femme, de la famille et du développement social. Celle-ci n’a réagi à l’affaire de l’agression dans le bus que 48 heures après la diffusion de la vidéo, dans un message posté sur Facebook, où elle dénonce un crime « étranger à notre société ».

« Que fait-on des agressions non filmées ? »

« Le projet de loi contre les violences faites aux femmes traîne depuis 2013 au Parlement. Pendant ce temps, notre ministre a une réaction complètement déconnectée de la réalité », s’exaspère Chaima Lahsini, porte-parole du collectif féministe à Rabat, où un sit-in similaire a réuni près de 200 personnes. « Sans parler de Mustapha Ramid [ministre d’Etat chargé des droits de l’homme] qui a minimisé la situation en déclarant que le harcèlement sexuel existait partout dans le monde », ajoute la jeune activiste.

« Combien de femmes vont-elles subir le même sort avant que la justice n’applique des sanctions à la mesure de ces actes ? », s’interrogent les militantes sur la place, qui regrettent que la police n’ait arrêté les six individus soupçonnés de l’agression qu’après la diffusion de la vidéo, sous la pression de l’opinion publique, alors que celle-ci a eu lieu trois mois plus tôt.

« Qu’est-ce qu’on fait des autres, celles qui ne sont pas filmées ? A peine dimanche, une jeune fille a été violée par cinq hommes et laissée dans la forêt à Kénitra. Mais personne n’est au courant », s’insurge Chaima Lahsini.

Beaucoup des femmes rassemblées place des Nations unies disent avoir perdu confiance en la justice. « Les autorités ne garantissent la sécurité que lorsqu’il existe un danger pour l’Etat, et non pour ses citoyens », conclut désespérément l’une des manifestantes.

Ghalia Kadiri (Casablanca, correspondance)

* LE MONDE Le 23.08.2017 à 22h01 • Mis à jour le 25.08.2017 à 13h20 :
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/08/23/maroc-des-rassemblements-apres-l-agression-sexuelle-collective-d-une-jeune-femme-dans-un-bus_5175767_3212.html

Au Maroc, la vidéo d’une agression sexuelle rouvre le débat sur le harcèlement de rue

Très violente, la scène diffusée sur Internet montre une jeune fille dans un bus qui tente d’échapper à une bande d’adolescents déchaînés.

La scène, filmée dans un autobus, en plein jour, certainement par l’un des agresseurs, est difficilement soutenable. On y voit une jeune fille, à moitié dénudée, qui tente d’échapper à une bande d’adolescents déchaînés. Alors qu’ils lui font subir des attouchements, sous les rires et les insultes, la victime, en pleurs, tente de se dégager.

Diffusée sur Internet dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 août, la séquence, qui dure moins d’une minute, a semé l’effroi au Maroc où la presse titrait le lendemain sur « l’horreur à Casablanca ». L’agression aurait en effet eu lieu dans la capitale économique du royaume, vendredi 18 août.

Lundi, les autorités ont indiqué avoir arrêté six individus – âgés de 15 à 17 ans – soupçonnés d’être les auteurs de l’agression, mais sans éteindre le mouvement d’indignation.

Au-delà de sa violence, si la vidéo a créé une telle émotion à travers le pays, c’est aussi parce qu’elle intervient après plusieurs affaires du même genre. Début août à Tanger, une jeune femme avait ainsi été filmée alors qu’elle était traquée, en pleine rue, par un groupe de jeunes hommes.

Poids des conservateurs

Le problème est récurrent dans le pays où de nombreuses femmes se disent victimes de harcèlement dans l’espace public, regardées avec insistance, insultées, voire agressées.

En juin 2015, deux jeunes filles avaient été poursuivies à Inezgane, une localité près d’Agadir, pour avoir porté des jupes jugées trop courtes par certains commerçants. Quelques mois plus tard, l’actrice principale du film Much Loved, Loubna Abidar, avait dû quitter le Maroc pour la France après avoir été violemment battue dans la rue.

Si le Maroc offre sous de nombreux aspects une image de modernité, le poids des conservateurs y reste important. Comme à chaque affaire médiatisée de violence contre une femme, les réactions des internautes témoignent de ces tiraillements au sein de la société.

Si la majorité a condamné l’agression de la jeune inconnue du bus, certains n’ont pas hésité à mettre en doute sa tenue ou à se demander ce qu’elle faisait à l’arrière du véhicule avec un groupe de garçons…

Interrogée fin juillet par le journal marocain en ligne La Dépêche, l’ancienne ministre de la famille, Nouzha Skalli, rappelait que, depuis le code du statut personnel de 2004, peu d’avancées législatives avaient été obtenues pour protéger les femmes au Maroc. Elle-même n’avait d’ailleurs pas réussi à faire adopter un ambitieux projet de loi contre le harcèlement sexuel dans l’espace public. Les quelques progrès enregistrés l’ont très souvent été sous la pression de la société civile, rappelait l’ancienne ministre.

Lundi, la presse marocaine soulignait que des internautes avaient appelé à un sit-in à Casablanca, mercredi 23 août, pour dénoncer l’horreur de cette dernière agression.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...