Édition du 21 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Bisbille au sein du mouvement écologiste québécois

Les groupes anti-oléoducs québécois se réjouissent des tergiversations de TransCanada dans le dossier Énergie Est. Mais depuis deux ans, d’autres projets menés dans l’Ouest canadien ont fait exploser la marmite au sein même des rangs militants. Le directeur principal d’Équiterre, Steven Guilbeault, est la cible de plusieurs attaques. Petite incursion dans les secrets des écolos.

tiré du site Ricochet | 13 septembre 2017 | Photo : shannonpatrick17

L’histoire commence le 22 novembre 2015. Ce jour-là, un vent de fraîcheur semble souffler sur le Canada : à Edmonton, la première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, dévoile un plan de lutte aux changements climatiques, ce qui semblait jusqu’alors inimaginable dans la province pétrolière. Autour de la première ministre Notley, quatre représentants d’ONG environnementales sont venus donner leur appui. Une seule organisation québécoise fait partie du lot : Équiterre, personnalisée par son directeur, Steven Guilbeault (les trois autres ONG étaient l’Institut Pembina, ForestEthics et Environmental Defence Canada). La planète médiatique s’emballe : « L’Alberta a un nouveau plan de lutte contre les changements climatiques qui a été salué à la fois par les groupes écologistes et par l’industrie de l’énergie », écrira par exemple L’actualité.

Cette annonce prend tout le monde par surprise, à quelques jours de la COP 21 de Paris… y compris Martin Poirier, qui apprend la nouvelle en même temps que le reste de la population. Le Rimouskois est pourtant une figure du mouvement environnemental : il administre la campagne de lutte aux oléoducs Coule pas chez nous et est cofondateur du groupe citoyen Non à une marée noire dans le St-Laurent.

Près de deux ans plus tard, la pilule lui reste en travers de la gorge. Selon lui, les quatre ONG ont agi en secret, dans le dos des autres mouvements écologistes : « On n’a pas eu le privilège de recevoir l’information des groupes environnementaux qui étaient présents sur place. Pourtant, on fait partie de certaines chaînes de courriels stratégiques, et on élabore des campagnes collectives allant parfois d’un océan à l’autre en opposition aux différents projets d’oléoducs qui partent du cœur de l’Alberta. »

  • Mais ce qui dérange le plus le militant, c’est le contenu du plan. Outre l’introduction d’une taxe carbone et l’abandon des centrales au charbon, il prévoit l’imposition d’un plafond sur les émissions des gaz à effet de serre (GES) dû à l’extraction des sables bitumineux, fixé à 100 mégatonnes par an... alors que ces mêmes émissions ne représentaient que 62 mégatonnes par an en 2013. Le site internet du ministère de l’Énergie albertain l’annonce clairement : « La production de sables bitumineux devrait augmenter de 2,3 millions de barils par jour en 2014 à 4 millions en 2024. » Pour Martin Poirier, le plan d’action de Rachel Notley était donc « un summum de greenwashing, afin de permettre au gouvernement Trudeau de répéter sa petite phrase à la COP 21 : Canada is back. » Quelques jours plus tard, Mme Notley sera d’ailleurs du voyage à Paris en compagnie d’un Justin Trudeau tout sourire.

Martin Poirier évoque une « trahison », et se fie sur une étude publiée en 2015 dans la prestigieuse revue Nature pour appuyer ses dires : « Pour ne pas dépasser l’augmentation de 2 °C [par rapport aux niveaux préindustriels], 80 % des énergies fossiles devraient rester sous terre. C’est devenu un leitmotiv très fort dans le milieu environnemental. Que l’industrie pétrolière ne respecte pas ce consensus, on peut le comprendre. Mais venant d’ONG qui sont censées porter une certaine mission, c’est inacceptable. »

Le président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), André Bélisle, abonde dans le même sens : « Tout le mouvement environnemental, depuis les années 1990, incluant Équiterre, demandait l’arrêt de l’augmentation des sables bitumineux. Et tout à coup, ils sont devenus d’accord pour un augmentation en échange d’un plafond beaucoup trop haut qui fait que le Canada ne pourra jamais atteindre les objectifs qu’il s’est fixés. » Lui se fie sur un rapport du Sénat publié en mars 2017 : les objectifs de réduction des GES du Canada ne sont pas réalisables sans une diminution de la production de pétrole, quels que soient les efforts mis dans la production d’énergies alternatives.

En tant que Québécois, c’est surtout après Steven Guilbeault que MM. Poirier et Bélisle en ont — les trois autres ONG présentes sur scène à Edmonton viennent du Canada anglais. Joint au téléphone, le directeur d’Équiterre réitère son appui au plan de Rachel Notley : « On a appuyé ce plan parce qu’on pensait qu’il y avait de très bons éléments. L’Alberta est la plus grande utilisatrice de charbon pour la production d’électricité au pays, or, elle va éliminer sa production de charbon, quintupler sa production d’énergie renouvelable, et mettre en place un programme d’efficacité énergétique. De nombreuses organisations à travers le Canada et même aux États-Unis ont salué ce plan d’action. 350.org a parlé d’un pas dans la bonne direction, et Greenpeace d’une journée historique. » [Ce dernier organisme nous a fait savoir, après publication de cet article, qu’il jugeait toutefois beaucoup trop haut le plafond de 100 mégatonnes.] Il faut dire qu’avant ce 22 novembre 2015, le fameux plafond sur les émissions de GES des sables bitumineux était tout simplement inexistant...

Le Financial Post affirme que pour en arriver à un tel plan, le gouvernement de l’Alberta a mené des négociations secrètes avec quatre compagnies pétrolières — Canadian Natural Resources, Shell Canada, Suncor Energy et Cenovus Energy, également présentes sur scène lors de l’annonce — et les quatre ONG. D’après le supplément économique du National Post, ces dernières s’engageaient à lever le pied dans leur contestation des oléoducs en échange d’un plafond sur les émissions de GES. Steven Guilbeault nie fermement avoir participé à une rencontre secrète. Martin Poirier, lui, est sceptique : « Il ne peut pas y avoir eu une telle sortie avec la ministre de l’Environnement de l’Alberta, des gros joueurs de l’industrie pétrolière canadienne et des ONG environnementales, sans pourparlers préalables... »

Les oléoducs mettent le feu aux poudres

L’histoire aurait pu en rester à un conflit somme toute banal entre « radicaux » et « pragmatiques », mais c’était sans compter sur la suite des événements. Fin novembre 2016, Justin Trudeau approuve deux projets d’oléoducs dans l’Ouest canadien. Le premier est en fait le triplement de la capacité du pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan, reliant Edmonton à Burnaby, dans la banlieue de Vancouver. Le second est le doublement de la capacité de la Ligne 3 d’Enbridge entre Hardisty (Alberta) et Superior (Wisconsin). Le premier ministre évoque le plan d’action albertain pour justifier ces approbations, ainsi que le rapporte Le Devoir : « Cette annonce fait partie de notre plan pour réduire les émissions. Parce que nous savons que l’Alberta a mis une limite absolue sur les émissions de gaz à effet de serre de 100 mégatonnes. »

Équiterre se retrouve-t-il en porte-à-faux, voyant son appui à Rachel Notley transformé en caution pro-oléoduc, alors que l’organisation milite becs et ongles contre Énergie Est, notamment ? Steven Guilbeault ne se défile pas face à la question : « Est-ce qu’on était conscient que les gouvernements albertains et fédéral allaient utiliser notre appui [au plan de Rachel Notley] pour justifier des approbations de pipelines ? Je n’ai pas de boule de cristal, mais je pense qu’on savait tous que c’était un risque, que nous avons évalué dans notre processus de prise de décision. » Il note toutefois que le feu vert gouvernemental ne signifie pas que ces projets verront nécessairement le jour : « Kinder Morgan rencontre beaucoup d’opposition en Colombie-Britannique. Il y a des poursuites judiciaires de Premières Nations, et maintenant du nouveau gouvernement NPD » de John Horgan à Victoria, bien décidé à faire capoter le projet.

La nouvelle de l’approbation a en tout cas fait bondir André Bélisle, qui a demandé au Front commun pour la transition énergétique — qui réunit une soixantaine de groupes au Québec, dont Équiterre, l’AQLPA et « Non à une marée noire dans le Saint-Laurent — d’organiser une réunion d’urgence en mars 2017 pour crever l’abcès : « Je voulais que Steven Guilbeault vienne s’expliquer, explique le militant beauceron. Non seulement il contredisait le mouvement environnemental, mais en plus il ouvrait la porte aux projets de pipeline, parce que ce pétrole ne peut pas voyager par la poste ! » Mais le directeur d’Équiterre ne s’est pas présenté à cette réunion, y envoyant plutôt son bras droit, Sidney Ribaux. « C’est toujours comme ça : quand vient le temps de répondre aux questions, il n’est jamais là ! » tonne M. Bélisle.

Les deux hommes entretiennent une relation orageuse depuis plus d’une décennie. « André Bélisle a une dent contre moi », explique M. Guilbeault. Le président de l’AQLPA reproche en effet au directeur d’Équiterre des positions fluctuantes au cours des dernières années. Un événement marquant dans cette relation est la lutte contre le projet de port méthanier Rabaska, près de Lévis, en 2007 : Équiterre demande alors à ses membres de ne pas participer à une manifestation organisée par les autres groupes environnementaux faisant front commun contre le projet. Une semaine plus tard, Steven Guilbeault cosigne une lettre avec Henri Massé, président de la FTQ, dans les colonnes du Soleil : dans celle-ci, il montre son ouverture au port méthanier, arguant que cela peut contribuer à la réduction des GES si le gouvernement provincial prend les mesures adéquates afin que le secteur industriel effectue une transition du mazout vers le gaz naturel. Une position qui va à contre-courant de celle de tous les autres environnementalistes, fermement opposés à Rabaska, y compris Laure Waridel, alors présidente du conseil d’administration d’Équiterre.

« Il y a toujours eu une philosophie dans le mouvement écolo par rapport à la dissension interne, explique Martin Poirier : les « coups de cochon », on les règle entre nous. Mais depuis quelques années, beaucoup commencent à sentir qu’on a un gros caillou dans le soulier. » À son grand dam, les médias ont fait de M. Guilbeault leur chouchou. Selon l’administrateur de Coule pas chez nous, cela amène à des situations comme celle d’Edmonton, où l’on considère que tous les écologistes sont d’accord parce qu’Équiterre a donné son aval.

Quand l’ONÉ sollicite les écolos...

L’Office national de l’énergie (ONÉ) a-t-il lui aussi pensé qu’Équiterre était le porte-parole du mouvement environnemental ? Quoi qu’il en soit, lorsque l’organisme chargé de réglementer le transport du pétrole est venu faire une tournée au Québec en lien avec le projet Énergie Est de TransCanada en février 2015 — au cours de laquelle il a notamment rencontré secrètement Jean Charest —, c’est à Équiterre seulement qu’il a demandé une rencontre afin de connaître les préoccupations des écolos. Le groupe montréalais a alors transféré l’invitation aux groupes citoyens engagés dans la lutte à cet oléoduc de 4 400 km de long, les invitant à se manifester auprès de l’ONÉ afin de pouvoir être écoutés eux aussi.

La suite des événements donne une idée des désaccords qui existent dans le milieu. Pour Coule pas chez nous, une telle invitation est quasiment un affront, ainsi que l’explique Martin Poirier : « On était plusieurs à vouloir qu’Équiterre dénonce publiquement cette demande de l’ONÉ, qui selon moi cherchait à savoir quoi faire sur le plan environnemental pour faire avancer le dossier Énergie Est. Il faut savoir que s’asseoir avec l’ONÉ, c’est s’asseoir avec un organisme qui n’a jamais refusé un projet d’oléoduc. » Mais Équiterre n’est pas coutumier de la politique de la chaise vide : la rencontre a donc eu lieu. Il n’en existe aucune note, ainsi qu’une demande d’accès à l’information auprès de l’ONÉ a permis de le vérifier.

« Je ne suis pas ici pour essayer pour plaire à tout le monde, rétorque le directeur d’Équiterre. Je crois que la diversité des stratégies est nécessaire à tout mouvement social. Pour certains, la position de base c’est l’opposition. Je respecte tout à fait ça, mais ce n’est pas comme ça que nous on procède. »

Il suffit de se faire expliquer les stratégies de chacun pour comprendre que cette cohabitation entre bénévoles et professionnels de l’environnement ne peut qu’être difficile. Martin Poirier décrit les groupes citoyens, dont il est issu, comme « des gens qui font des réunions de cuisine, qui décident de former une cellule citoyenne et de défendre leur portion de territoire ». Pour lui, le mouvement écologiste, trop souvent récupéré par le capitalisme ambiant, a besoin d’une radicalisation « avec une caution civile ». Plus porté sur le complet-cravate, Steven Guilbeault défend de son côté une approche au cas par cas, ferme s’il le faut (comme dans l’opposition à Énergie Est), mais qui se veut la plupart du temps collaborative avec les gouvernements et les entreprises. Il distribue les bons points au gré de l’actualité, comme il a pu le faire avec Gaz Métro ou la Caisse de dépôt pour son projet deRéseau express métropolitain. André Bélisle dira qu’il est « proche du pouvoir économique », cela n’empêche pas le natif de La Tuque de poursuivre son chemin.

Idem pour la proximité avec le pouvoir politique. À ce chapitre, Équiterre compte même profiter d’une conjoncture qui lui est favorable : le groupe a ouvert un bureau à Ottawa début 2016. « On caressait cette idée dès 2006, mais il n’y avait clairement aucun intérêt pour nous de le faire à l’époque où le gouvernement Harper était là, explique Steven Guilbeault sans détour. Alors que même si nous ne sommes pas toujours d’accord avec le gouvernement Trudeau, il y a beaucoup plus d’ouverture sur les sujets qui nous intéressent. »

La politique révèle ainsi parfois un subtil sens de l’ironie. Réputé anti-écologiste, le gouvernement Harper colmatait les fissures entre les militants de différentes allégeances. Le gouvernement Trudeau, lui, les fait exploser. Cela n’échappe pas à Martin Poirier, qui fait remarquer qu’en approuvant deux pipelines, Justin Trudeau a réussi ce que Stephen Harper n’a jamais pu faire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...