Édition du 21 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Brésil. 35 millions de personnes qui veulent s’emparer des rues

Publié par Alencontre le 8 - mai - 2017

La grève générale du vendredi 28 avril 2017 constitue sans aucun doute le plus fort « arrêt de travail » de toute l’histoire du Brésil. Et il ne s’est pas agi d’une grève passive où l’on n’aurait fait « que » ne pas travailler. A travers tout le pays, des milliers de mobilisations ont eu lieu dès le soir précédent, avec des blocages de routes et d’autoroutes ainsi que des marches et des manifestations invitant les « indécis » à abandonner le travail dans toutes les villes du pays. Pour la première fois, l’oligarchie brésilienne a reçu une réponse à la hauteur de sa brutale offensive et de ses contre-réformes qui tentent d’imposer la tertiarisation (système sous-traitance) du travail, l’augmentation des années exigées pour obtenir un droit à la retraite et l’annulation des principaux droits syndicaux et démocratiques conquis avant et après la Constitution de 1988. C’est un plan néolibéral qui placerait le Brésil parmi les pays les plus arriérés de la planète et qui le pousserait vers une crise sociale et économique sans issue.

La grève a été une manière de dire que toute expectative de négociations avec un Parlement majoritairement dirigé par les ruralistes, le « lobby de la balle » et par les évangéliques, ne pouvait déboucher que sur une impasse.

Les déclarations de certains dirigeants des principales centrales [syndicales] du pays montrent qu’ils sont d’accord sur le fait qu’une confrontation est en train de se préparer entre l’oligarchie et les travailleurs et que ce n’est que dans la rue qu’une solution pourra être trouvée.

Le président de Força Sindical, une centrale « jaune », le député Paulo Pereira da Silva, connu sous le petit nom de « Paulinho da Força », qui fait partie de la clique « gouverniste » et qui a été un appui de la première heure au coup porté contre Dilma Rousseff pour la destituer, a déclaré lors d’une intervention le 1er mai dernier (entouré d’une sélection de dix-neuf voitures Hyundai HB20 Zéro Km offertes par des entrepreneurs) que « si le gouvernement n’avait pas compris le message de la grève, alors il allait y en avoir davantage ». Comme tout bon opportuniste, il s’est accaparé du succès de la grève sans avoir rien fait pour qu’elle existe. En ajoutant, comme il se doit, que le principal était de négocier avec le gouvernement afin qu’il « améliore » les contre-réformes, il a affirmé : « J’espère que le gouvernement négociera et que tout pourra se résoudre sans bruit. »

De son côté, le président de la Centrale Unitaire des travailleurs (CUT) – qui est inféodée au Parti des Travailleurs – Vagner Freitas [qui a été secrétaire de la gestion politique de la CUT entre 2006-2009, puis des finances de la CUT et enfin président élu en 2012 et réélu pour la période de 2015-2019] a annoncé que les instances allaient discuter pour savoir si on allait organiser une marche des cent mille sur Brasilia, une nouvelle grève de deux jours ou alors les deux choses à la fois.

La contre-réforme « travailliste » [sur le Code du travail] a déjà été approuvée la semaine passée par les députés. Mais le leader du PMDB (Parti du mouvement démocratique brésilien) au Sénat, Renan Calheiros, a assuré que « comme elle avait été approuvée par les députés, elle ne passerait pas devant le Sénat », ouvrant ainsi la possibilité d’une nouvelle négociation avec les centrales.

Comme l’a révélé une enquête, cette contre-réforme a été élaborée par des patrons de grandes industries et des banquiers. Huit cent cinquante amendements à la loi ont été rédigés par des représentants de la Confédération nationale du transport, la Confédération nationale des institutions financières, la Confédération nationale de l’industrie et l’Association nationale du transport de charges et de logistique. Le député Rogério Marinho (PSDB, un parti colonial subordonné aux Etats-Unis), qui est le rapporteur auprès de la Commission spéciale mise sur pied en février pour discuter la proposition du gouvernement, a décidé d’inclure plus de 50% de ces amendements, totalement ou partiellement, au projet substitutif.

De son côté, des chiffres parus le lundi 1er mai ont révélé que sept Brésiliens sur dix se déclaraient opposés à la contre-réforme du système de retraite. Ce rejet atteint même les 83% parmi les fonctionnaires publics, qui sont les plus menacés par les changements de la loi régissant retraites et pensions.

Ces chiffres indiquent que les prochaines mobilisations visant à barrer la route aux contre-réformes de l’actuel gouvernement ont de grandes chances de croissance autant quantitative que qualitative. Et c’est bien cette force dont nous avons besoin pour mettre en échec les banques, elles qui sont les principaux ennemis des travailleurs du Brésil qui ont été expoliés par une dette publique enrichissant les banquiers et un 0,3% des habitants du pays qui détiennent les titres publics. C’est une dette frauduleuse qui mine la souveraineté nationale afin d’engrosser le capital financier [qui encaisse les intérêts de la dette].

Alors que la population s’empare des rues, des élections internes sont en train d’avoir lieu au PT. Avec un grand absent…

Durant ses quatre exercices au gouvernement [de 2003 avec Lula, puis avec Dilma Rousseff de janvier 2011 au 31 août 2016], le PT a perdu une belle occasion d’impulser une profonde transformation politique au Brésil permettant d’en finir avec un système de gouvernement exploiteur et corrompu au service du Capital.

Le dimanche 9 avril s’est déroulée la première étape des élections internes au PT avec l’élection des dirigeants et délégués municipaux et des délégués des Etats [fédéraux] dans tout le pays. Ont voté dans tout le Brésil un peu plus de 200’000 militants, ce qui représente moins de la moitié du nombre de votants lors du précédent processus électoral direct interne de 2013. Rappelons que cette année-là, peu avant l’éclatement de l’opération Lava Jato, les votants avaient dépassé les 420’000.

Au cours de ce mois de mai, les délégués récemment élus choisiront les directions du PT et les présidents des Etats et éliront également les délégués au Congrès de juin 2017, au cours duquel la nouvelle direction nationale du PT sera élue. Tout cela en vue des élections nationales (présidentielles et législatives) de 2018.

Ce processus électoral soi-disant démocratique se déroule avec un grand absent : il n’y a pas eu de véritable débat démocratique interne qui analyse en détail ces quatre exercices au gouvernement où il y a eu quelques lumières et beaucoup d’obscurité. Pire encore : la base militante du PT n’a même pas pu disposer d’un document d’autocritique de la part de la direction nationale, ce qui serait un élément indispensable pour réorienter un parti s’étant embourbé dans les méandres institutionnels de la démocratie bourgeoise. Il semblerait que la direction actuelle du PT pense que le coup qui est en train d’être porté par l’oligarchie les autorise à passer par-dessus tout cela et à laisser de côté toutes leurs intrigues et leurs erreurs. (Cet article a été envoyé le 5 mai 2017 par l’auteur à la rédaction de A l’Encontre ; traduction A l’Encontre)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...