Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Brett Kavanaugh s’enfonce un peu plus lors de son entrevue sur FOX News

Il était raide, peu convainquant et il a émit des arguments qui pourraient facilement être démentis. Je m’attendais à ce que l’entrevue de Fox News avec B. Kavanaugh soit une farce, un genre de commercial élaboré par la télévision de l’État Trump, orchestré par l’ancien dirigeant de la station, Bill Shine qui est accusé d’avoir camouflé les abus sexuels de Roger Ailes (ancien directeur de la station) et de Bill O’Reilly (journaliste vedette). Maintenant il protège un prédateur sexuel à la Maison blanche et sa directrice de communications.

Joan Walsh, The Nation, 25 septembre 2018
Traduction, Alexandra Cyr

Mais rendons à César ce qui lui revient. La chef d’antenne Martha MacCallum à posé au candidat choisi pour la Cour suprême sur la sellette, quelques questions bienvenues et à poursuivi avec quelques autres bien tranchantes. B. Kavanaugh était épouvantable : un robot idiot dans le pétrin. Décrivant un jeu où il faut boire, il parle de « rêgles justes » et tente de faire avaler sa manière de traiter les femmes avec « dignité et respect ». Il y a de quoi être aussi estomaqué qu’un vieil habitué de la classe préparatoire de l’Université Georgetown lors de leurs beuveries.

B. Kavanaugh à beaucoup perdu avec cette entrevue. Il a essayé de se présenter comme un enfant de chœur expliquant à Mme McCallum qu’au secondaire il était centré sur son objectif de : « tenter d’être premier de ma classe et capitaine de l’équipe de basketball, j’exécutais tout ce que mes projets exigeaient, j’allais à l’église….j’étais un bon ami des garçons et des filles avec qui j’avais des liens » Non seulement il était raide et peu convainquant, mais il a aussi donné des informations qui peuvent être démenties grâce à d’anciennes déclarations qu’il a faites que ce soit dans des discours ou dans le livre annuel de son école secondaire.

Il a affirmé qu’il se permettait quelques bières, rien à voir avec les beuveries décrites ; il avait 18 ans à l’époque. Mais les archives de diverses réunions alors qu’il était adulte et juge, dont ses interventions à la Federalist Society, le montrent blaguant plusieurs fois à propos de ses excès d’alcool durant sa jeunesse et des premières années de son âge adulte.

En 2015, à l’Université catholique, il explique : « Nous avions une bonne façon de faire à laquelle nous nous sommes soumis jusqu’à ce jour, comme le doyen me l’a rappelé juste avant que je ne prenne la parole : ce qui se passe à la Préparatoire de Georgetown, reste à la Préparatoire de Georgetown. Je pense que c’était une bonne chose pour nous tous ».
Le portrait que B. Kavanaugh fait de lui-même comme un élève « studieux et serviable » est quelque peu écorché par un de ses meilleurs amis, Mark Judge. Dr. Christine Blasey Ford qui accuse B. K. d’agression sexuelle accuse aussi M. Judge d’y avoir participé. M. Judge à beaucoup écrit à propos de la grossière culture de la Préparatoire de Georgetown trempée dans l’alcool. Il va même jusqu’à nommer « Bart O’Kavanaugh », un personnage de party qui était connu pour avoir vomit dans une voiture.

M. Judge a longtemps été un troll sur Twitter harcelant des féministes moi incluse et minimisant les plaintes d’abus sexuels. Il a nié avoir participé à l’agression contre Dr Blasey Ford et a maintenant mis fin à son nocif compte Twitter. Mais une de ses anciennes amies à déclaré à The New Yorker qu’il avait avoué avoir participé, avec un groupe d’étudiants de la Préparatoire de Georgetown, à l’agression d’une jeune femme en état d’ébriété. Pas étonnant que les Républicains.es refusent de faire comparaitre M. Judge. Il pourrait soit mêler B. Kavanaugh à des comportements inacceptables durant ses études secondaires ou encore, attester du crime commis contre Dr Blasey-Ford.

Mme McCallum à eut une audace journalistique ; elle a questionné M. Kavanaugh à propos des prétentions de Mtre Michael Avenatti (avocat de Stormy Daniel dans sa poursuite contre D. Trump) qu’un de ses clients aurait des informations allégant que le juge aurait participé à « un viol collectif ». À ma connaissance, ni CNN ou MSNBC n’ont mentionné ce détail. Entendre cela sur FOX était sidérant et B. Kavanaugh à paru interloqué même s’il à nié. La prétention de Mtre Avenatti suit la publication par Ronan Farrow et Jane Mayer sur New Yorker d’une autre allégation d’agressions sexuelles par M. Kavanaugh alors qu’il était étudiant à Yale.

M. Kavanaugh s’inquiète de ce que cet examen de ses comportements durant ses études secondaires ne donne des munitions aux Sénateurs.trices démocrates pour le coincer avec un autre instrument, ses déclarations nombreuses qui entrent en contradiction avec ce qui apparait dans les volumes annuels de son école où il semble y avoir un code langagier. Mtre Avenatti avance qu’il a pu briser une partie de ce code et qu’il y a trouvé des références dégoutantes à la sexualité. Mais on y trouve aussi des mentions claires comme les références au « club des buveurs de la ville » « en boire 100 ou mourir » et « le club ralph de la plage ». Ralph est un euphémisme courant pour parler des vomissements en fin de journée. D’autres passages scabreux sont difficiles à rapporter et semblent dérangeants, comme : Rehobeth Beach Police fan club » qui décrit ses interactions avec le département et pourquoi il était une vedette. Encore, « Bowling Alley assault ». Les Sénateurs.trices vont peut-être demander de la traduction.

Une allusion mystérieuse ne l’est plus maintenant. Les mots « Renate Alumnius » se rapporteraient à une collègue de classe de B. Kavanaugh, Renate Schroeder. Beaucoup de ses camarades de classe la mentionnent dans le livre de classe annuel. Il semble qu’ils insinuent avoir eut, à un moment ou un autre, des rapports sexuels avec elle. Sean Hagan, parlant de B. Kavanaugh et de ses amis, à déclaré à The New York Times : « Ils étaient très irrespectueux au moins verbalement avec Renate. Je ne peux pas exprimer à quel point ils me dégoutent maintenant et me dégoutaient à ce moment là ».

Mme Schroeder à signé une lettre en appui à Brett Kavanaugh après les accusations portées publiquement par Christine Blasey Ford à l’effet qu’il l’avait agressée lors d’un party arrosé. Elle a expliqué au Times que : « Je n’ai pris connaissance de ces pages du volume annuel qu’il n’y a que quelques jours. Je ne sais pas ce que signifie « Renate Alumnus ». Je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe dans la tête de jeunes hommes de 17 ans pour qu’ils écrivent de telles choses et fassent des insinuations si horribles, blessantes et simplement fausses. Je n’ai pas d’autre commentaire ».

Effrontément, B. Kavanaugh à autorisé son avocat à publier une déclaration pour dire qu’il était arrivé une fois qu’il soit sorti avec cette dame, qu’ils s’étaient embrassés et que c’est ce à quoi elle référait. Mme Schroeder à répliqué : Je pense qu’il m’a confondue avec une autre. Je ne l’ai jamais embrassé ».

Au moment où j’écris ces lignes, d’autres reporters tentent de confirmer les déclarations de la cliente de Mtre Avenatti et de d’autres femmes qui soulèvent des inquiétudes à propos du comportement de M. Kavanaugh durant ses études secondaires et au collège. C’est presque une règle spontanée : là où il y a une allégation d’abus sexuel, il y en a presque toujours plus. Parfois beaucoup plus.

L’entrevue de B. Kavanaugh sur FOX News à été si désastreuse que sa prestance n’en a pas été rehaussée auprès des Républicains.es ébranlés.es et des Démocrates de même. Il se peut qu’il ait déçu la personne la plus importante de son audience, le Président Trump qui cherche à se débarrasser des allégations de femmes en colère qu’il à lui-même évacuées effrontément. Il ne peut pas avoir été impressionné par la personne qu’il à nommé avec cette performance évasive et sans lustre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...