Édition du 13 février 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

« C’est assez. » : Une déclaration commune

#MoiAussi, #MeToo, #Balancetonporc : depuis octobre et l’affaire Weinstein, des millions de femmes, de plusieurs pays et cultures, ont uni leurs voix pour dénoncer différentes formes de violence sexuelle. Elles ont dit : « C’est assez. » Le silence doit cesser et la honte, changer de camp.

Au-delà d’Hollywood, cet élan, insufflé d’abord par la militante Tarana Burke il y a dix ans, est celui des travailleuses à bas revenu, des mères de famille, des femmes célèbres ou marginalisées, des adolescentes et des sexagénaires. Leur parole a soulevé partout un vent de reconnaissance, d’empathie, d’espoir fabuleux… et certains débats. Tant mieux. Qui voudrait, en démocratie, de la pensée unique ?

Le constat est néanmoins troublant : partout dans la société, les femmes sont exposées aux diverses formes de violence ou d’agression sexuelles. Comment se fait-il qu’au terme de décennies de lutte pour l’égalité entre les sexes, tout cela continue de miner l’existence et les opportunités dont jouissent les femmes ?

Nous savons faire les nuances nécessaires. Oui, il y a une différence entre un commentaire sexiste et une agression sexuelle. Mais un acte a-t-il besoin d’être criminel pour être inapproprié ? S’il est posé sans le consentement de la personne, s’il se répète, si le refus entraîne des représailles, cet acte est un abus de pouvoir. Il n’a pas pour but de séduire, mais d’asseoir une domination.

Les femmes n’acceptent plus d’être réduites au statut d’objets du désir masculin. Elles veulent poser leurs limites, dire « non » sans craindre le renvoi, l’insulte ou la violence. Il ne s’agit pas de jouer à la police des mœurs, d’empêcher le jeu de la séduction… ou de lancer une chasse aux sorciers. Chercher justice n’est pas crier vengeance.

Les choses changent et les révolutions suscitent toujours de l’inconfort. Néanmoins, les retombées de #MoiAussi sont positives. La réflexion et le dialogue se sont amorcés, positivement, dans l’intimité comme dans l’espace public. Tant de femmes, tant d’hommes y voient un souffle et de l’espoir. Ce n’est pas de victimisation dont il est question mais d’une force qui enfin s’affiche.

Et maintenant ? Nous voulons continuer sur cette lancée, les hommes à nos côtés. Tellement reste à faire ! Afin que les politiques publiques, la culture des entreprises et des institutions, les contenus médiatiques – et oui, les relations amoureuses et sexuelles - évoluent dans le sens d’une véritable égalité entre les genres.

Nous vous invitons à joindre ce mouvement, pour que désormais les « non » s’élèvent quand il le faut. Pour que ce soit à nos désirs et à nos amours qu’ensemble, hommes et femmes, nous disions « oui ».

Instigatrices de la déclaration : Aurélie Lanctôt, Léa Clermont-Dion, Josée Boileau, Francine Pelletier, Françoise David, Elisabeth Vallet

Les signataires initiales

Alice Morel-Michaud, Alice Paquet, Anaïs Barbeau-Lavalette, Anne-Marie Cadieux, Ariane Émond, Ariane Moffatt, Béatrice Martin, Béatrice Vaugrante, Brigitte Haentjens, Camille Ingels-Fortier, Camille Robert, Carmen Garcia, Carole Laganière, Caroline Codsi, Catherine Dorion, Catherine Durand, Catherine Éthier, Catherine Hébert, Catherine Perreault-Lessard, Catherine Van Der Donckt, Catherine, Léger, Charlotte Bergeron, Charlotte Cardin (musicienne), Chloé Savoie-Bernard, Christine Beaulieu, Christine Eddie, Christine Falco, Christine Fréchette, Claudette Carbonneau, Claudia Larochelle, Dalila Awada, Daphné B. Pilon, Denyse Baillargeon, Diane Lamoureux, Diane Poitras, Dominique Champagne, Dominique Gingras, Dominique Sterlin, Donna Cherniak, Elise Jetté, Emmanuelle Walter, Ericka Alnéus, Eugénie Lépine-Blondeau, Ève Lamont, Fabienne Larouche, Fanny Britt, Fatima Houda-Pépin, Françoise Guénette, Geneviève Bois, Geneviève Rioux, Geneviève Thibault, Gloria Escomel, Gracia Kasoki Katahwa, Grazyna Krupa, Guylaine Maroist, Hélène-Claire Émond, Ina Fichman, Ines Talbi, Isabelle Montpetit, Janine Krieber, Janine Mauzerolle, Jeanne Joly, Jenny Cartwright, Josée Legault, Judith Lussier, Julie Snyder (animatrice et productrice), Karina Goma, Kenza Bennis, Kim Lizotte, Kimberley Marin, Laure Waridel (sociologue), Léane Labrèche D’or, Lesley Chesterman, Lili Boisvert, Linda Leith, Lise Moisan, Lise Vaillancourt, Lizza Frulla, Louise Beaudoin, Louise Chabot, Lucienne Losier, Magalie Lépine-Blonde, Maika Sondarjée, Maïté Labrecque-Saganash, Manal Drissi, Mara Tremblay, Marianne Desautels-Marissal, Marie Hélène Poitras, Marie Lamensch, Marie Lavigne, Marie-Andrée Labbé, Marie-Claude Beaucage, Marie-Claude Élie-Morin, Marie-France Bazzo, Marie-France Boudreault-Champagne, Marie-Louise Arsenault, Marilhan Lopez, Marilyse Hamelin, Marina Orsini, Marjorie Villefranche, Martine Delvaux, Martine Desjardins, Mary Armstrong, Mathilde Corbeil, May Telmissany, Mélanie Boulay, Mélanie Lemay et Ariane L’Italien, Melissa Molles-Dupuis, Michèle Rouleau, Michèle Stanton-Jean, Micheline Dumont, Micheline Lanctôt, Micheline Sarrazin, Milk and Bone, Mitsou, Monia Chokri, Monique Giroux, Monique Polak, Monique Simard, Myriam Comtois, Myriam Fehmiu, Nancy Grant, Naomi Fontaine, Nataly Messara, Natasha Kanapé Fontaine, Nathalie Trépanier, Nellie Brière, Nicole Campeau, Nicole Giguère, Nicole Ollivier, Pascale Navarro, Patricia Lanoie, Paule Baillargeon, Pauline Gagnon, Pénélope Mcquade, Queen Ka, Rachida Azdouz, Raymonde Provencher, Régine Laurent, Rose-Aimée Automne T Morin, Ruth Feigelson, Ryoa Chung, Ryoa Ghazal, Sabrina Barilà, Safia Nolin, Salomé Corbo, Sandrine Ricci, Sarah Jeanne Labrosse, Sarah Maude Beauchesne, Selin Murat, Sibel Ataogul, Sibel Ataogul, Sophie Bienvenu, Sophie Bissonnette, Sophie Cadieux, Sophie Goyette, Sophie Lambert, Stéphanie Boulay, Stéphanie Mayer, Suzanne H. Pringle, Sylvie Bernier, Sylvie Dupont, Sylvie Fréchette, Sylvie Savard, Sylvie Van Brabant, Tamy Ema Pepin, Toula Drimonis, Valeria Petit, Virginie Fortin.

Une campagne organisée en collaboration avec Québec contre les violences sexuelles.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...