Édition du 18 avril 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Société

Ca va trop vite, on ne contrôle plus rien, et on a rien à dire

On nous dit que tout change et qu’il faut s’adapter : intelligence artificielle, robotisation, manipulation génétique, développement, mondialisation etc. Nous sommes essoufflés, fatigués, agressés, apeurés, silencieux, désespérés, et nous nous dressons les uns contre les autres. La planète terre s’en va chez le diable et nous avec. STOP on n’en peut plus. Est-ce que l’on peut ralentir, reprendre notre souffle, réfléchir, discuter ? Il semble que non.

Les puissants de ce monde et leurs valets politiques, bureaucrates, économistes, scientifiques ou autres décident de ce qui est bon pour nous. Ils décident comment nous vivons et vivrons et comment nous devons penser. Ils nous surveillent et nous épient avec des caméras sur la rue et dans les lieux publics, et via nos ordinateurs dans notre chez soi. Ils nous mitraillent chaque jour de leurs messages via les médias et la publicité. Ils font de leurs mensonges des pseudo vérités.

Ils disent valoriser l’éducation mais nous rendent de plus en plus ignorants. Ils disent croire à l’intérêt collectif mais privatisent tout. Ils nous uniformisent, font de nous des robots penchés sur leurs téléphones cellulaires et leurs tablettes qui ne goûtons plus l’instant présent et ce qui nous entoure. Ils font de nous de bons petits soldats. Ils nous rendent dépendants par la consommation. Ils nous font croire à de fausses libertés et nous enlèvent la vraie liberté. Ils nous coupent de nous-mêmes avec des drogues, de l’alcool, et des médicaments. Ils nous empoisonnent la vie en nous rendant l’air irrespirable, en empoisonnant nos aliments, et en détruisant nos milieux de vie. Ils vendent des armes au premier venu et alimentent les guerres, et provoquent l’exode de millions de réfugiés. Ils disent croire à la culture et au patrimoine mais détruisent tout, même les identités.

Ils disent écouter le peuple mais sont de plus en plus autoritaires. Ils disent croire à la liberté d’expression mais nous font taire. Ils veulent que l’on travaille plus longtemps mais s’en mettent plus les poches. Ils nous promettent la vie éternelle pour bientôt. Ils nous font croire que chacun d’entre nous est unique, que chaque groupe est unique, et que nous n’avons rien en commun avec les autres. Un seul mot me vient à l’esprit : RESISTANCE

Yves Chartrand

Mots-clés : Québec Société
Yves Chartrand

Intervenant social
Montréal

Sur le même thème : Société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...