Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Catherine Deneuve, laissez-moi vous expliquer en quoi le mouvement #metoo n’a rien d’une chasse aux sorcières

Cette semaine nous a une fois de plus rappelé – merci, chers États-Unis ! – que si les vedettes du cinéma et les icônes de la culture populaire sont sans égales pour enrichir nos divertissements collectifs, une politique responsable pour nos États-nations exige des compétences plus spécialisées.

tiré de : Entre les lignes et les mots 2018 - 2 - 13 janvier : Notes de lecture, textes et pétition

Catherine Deneuve est une actrice française légendaire, une interprète enchanteresse, une grande artiste et une beauté célèbre. Elle trône également dans les médias européens cette semaine pour déplorer « la vague de dénonciations qui a suivi les affirmations selon lesquelles le producteur hollywoodien Harvey Weinstein aurait violé et agressé sexuellement des femmes ».

Oui, dans le contexte des campagnes #metoo et #BalanceTonPorc, l’actrice, surtout connue pour son personnage de Belle de Jour, une femme incapable de distinguer les fantasmes sexuels de la réalité, a déclaré : « Je pense que ce n’est pas la bonne méthode pour changer les choses, c’est excessif. »

Ces « choses » rapportées par des femmes et des hommes de partout au monde ont inclus des actes de violence sexuelle, d’agression, de piégeage, de harcèlement, de coercition, de chantage et d’humiliation sexuelle publique. Ces accusations comprennent le fait pour le comédien Louis CK de s’être masturbé devant des femmes non consentantes. Le fait que Harvey Weinstein a éjaculé sur les vêtements de nuit d’une femme après l’avoir violée. Des « choses » faites par des hommes qui ont menti, insulté, menacé, coincé, touché, tâté, peloté, et pénétré des personnes au pouvoir et au statut inférieur au leur, pour le leur rappeler. Comme un privilège délectable non pas sexuel, mais politique.

Le nom de Deneuve fait maintenant partie des 10 signataires féminines d’une lettre ouverte publiée dans Le Monde, où elles protestent contre ces campagnes avec l’argument fallacieux qu’exposer les sévices et nommer les agresseurs « sert les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle ». Elles prétendent que les hommes ont été punis simplement pour « avoir envoyé des messages à connotation sexuelle à une femme chez qui l’attirance n’était pas réciproque ». « Nous sommes suffisamment clairvoyantes, déclarent les signataires, pour ne pas confondre drague maladroite et agression sexuelle. »

Oh mon Dieu, mesdames, moi aussi ! Moi – comme toutes les autres femmes qui avons dévoilé les chairs endommagées de la honte que nous ont infligée nos prédateurs – sommes tout à fait « clairvoyante » quant à cette distinction.

C’est pourquoi nous sommes si en colère – non pas par « puritanisme », comme le prétend votre lettre, mais parce que nous espérons la joie de contacts sexuels à nos propres conditions, et non au prix de l’agression ou l’exploitation par quelqu’un d’autre.

Même celles d’entre nous qui ne sont pas sélectionnées aux Oscars, qui ne feront jamais partie d’une clique « d’écrivaines, d’actrices et d’universitaires » ayant le privilège de jacasser dans Le Monde, peuvent saisir cette différence. Celles d’entre nous qui ont été les serveuses, les vendeuses, les militaires, les scientifiques, les étudiantes (et toutes les autres) qui ont été ainsi « importunées », ont dit non, ont essayé de partir, n’ont pas consenti, ne souhaitaient manifestement pas être l – et ont vu leur volonté ignorée.

La « liberté sexuelle » est le droit de déterminer son propre comportement sexuel, sans coercition. Oserais-je suggérer que celles d’entre nous qui ont vécu sans pouvoir et sans statut comprennent peut-être cela avec une plus grande sagesse et expérience que celles qui ont ces privilèges ?

Imaginez une personne habitant un tel monde où le fantasme de sa supériorité devient réel à ses yeux. Espérons que personne ne donnera jamais à une telle personne une position de leadership politique ou de contrôle d’un arsenal nucléaire. Cela pourrait faire peur. Et c’est déjà un monde très effrayant. C’est évident à voir le groupe rassemblé autour de Deneuve, qui vient ajouter leurs voix à la prétention qu’il existe une « chasse aux sorcières » pour faire tomber les pauvres prédateurs sexuels masculins de ce monde, si marginalisés et opprimés…

Si jamais une assertion pouvait retourner délibérément le fer dans la plaie d’une situation révoltante, c’est bien celle-ci. Pour invoquer une comparaison historique, cela équivaut à présenter les inquisiteurs espagnols comme une classe opprimée ou Gilles De Rais comme la victime de préjugés sociaux.

Faut-il vraiment rappeler que, contrairement aux agresseurs identifiés par le mouvement #metoo, les « sorcières » de notre société ne sont jamais les puissants, dotés des biens, du statut et des avantages d’un ordre social qui protège, cache et excuse leurs crimes ? L’historien David M Perry a souligné dans le Pacific Standard cette semaine que « historiquement parlant… les chasses aux sorcières impliquaient de puissantes institutions gouvernementales et religieuses, qui identifiaient puis exécutaient des personnes vulnérables, principalement des femmes et d’autres parias ».

L’influence idéologique des institutions religieuses a été supplantée par les structures médiatiques modernes, et notre époque est celle où la célébrité dans le monde du divertissement, associée au pouvoir politique, a créé des réalités dangereusement instables. Ce n’est que dans le contexte du narcissisme structurel encouragé dans les prédateurs-barons d’Hollywood et ceux qui leur ressemblent que le fait d’être tenu responsable de ses propres comportements peut susciter des complaintes de « victimisation ». On a ainsi pu voir nul autre que Woody Allen, qui est accusé de pédophilie, prétendre que la dénonciation de Weinstein favorisait « une atmosphère de chasse aux sorcières » dans une industrie cinématographique qui, encore aujourd’hui, soutient Allen.

C’est avec des gens comme Allen, Weinstein et les autres hommes accusés – maintes et maintes fois – d’agressions que Deneuve et ses amies s’alignent avec leur lettre. Leurs actions n’ont rien à voir avec la défense de la liberté, sans parler de l’expression sexuelle ou de l’identité féminine.

Elles font front commun avec ceux qui inventent des prétextes pour brûler des femmes impuissantes, et non avec celles qui défendent leur liberté.

Van Badham

Van Badham est chroniqueuse à l’édition australienne du Guardian.

Version originale :

https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/jan/10/catherine-deneuve-let-me-explain-why-metoo-is-nothing-like-a-witch-hunt?CMP=share_btn_tw

Traduction : TRADFEM

https://tradfem.wordpress.com/2018/01/11/catherine-deneuve-laissez-moi-vous-expliquer-en-quoi-le-mouvement-metoo-na-rien-dune-chasse-aux-sorcieres

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...