Édition du 21 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Médias

Chute en bourse, enquête, doutes… : Facebook et Cambridge Analytica, le jour d’après

Les répercussions de l’affaire Cambridge Analytica se font déjà ressentir.
Hier, nous apprenions qu’une firme d’analyse comportementale à des fins politiques avait siphonné des données collectées sur Facebook par le truchement d’une application de quiz à visée universitaire. Les responsabilités des différents protagonistes de cette affaire sont encore à démêler, mais déjà Facebook et bien évidemment Cambridge Analytica subissent les conséquences de ces révélations.

Tiré du site Numerama.

Chute du titre

Le titre Facebook a chuté en bourse, perdant un peu plus de 7 % de sa valeur. Il est passé d’un pic à 185 dollars et est tombé à 170 dollars en clôture des marchés. À l’heure où ces lignes sont écrites, il est stabilisé à 172 dollars. La perte de capitalisation boursière se chiffre en pratique à 43 milliards de dollars.

La chute est impressionnante, mais elle se comprend : les autorités américaines et européennes demandent des comptes au géant du web sur sa politique liée aux données et veulent entendre le fin mot de l’histoire. Si l’affaire aboutit sur de nouvelles régulations, les investisseurs craignent qu’elles nuisent au business model de Facebook à court terme.

Cela dit, l’inquiétude presque pavlovienne des marchés pourrait être de courte durée : ce scandale qui mêle politique et utilisation des données est marginalement lié à l’activité principale de Facebook qui est la vente d’espaces publicitaires — et des données liées pour faire du marketing ciblé. Ce n’est donc pas tant le détournement du système Facebook par Cambridge Analytica qui rapporte de l’argent au réseau social, mais l’achat, après-coup de campagnes publicitaires par ces firmes.

Enquête privée

Facebook a engagé la firme d’enquêteurs Stroz Friedberg pour analyser la manière dont Cambridge Analytica pourrait avoir siphonné et utilisé les données de ses utilisateurs. Ces données, qui auraient dû être détruites, ne l’ont pas été et Facebook entend bien savoir comment tout cela a pu se dérouler dans son dos — ou sous ses yeux, ce que l’enquête des autorités devra déterminer.

D’après Facebook, Cambridge Analytica a fourni un accès à ses serveurs et le chercheur qui a participé à la collecte a accepté un audit. Le but de Facebook est de pouvoir se défendre en mettant en avant le fait qu’il a été victime de Cambridge Analytica qui n’a pas respecté son contrat et non complice de la société d’analyse.

Sommet interne

Dans le même temps, Facebook serait en train d’organiser une réunion générale d’urgence avec tous ses employés, sur le modèle des questions ouvertes à la direction, afin de clarifier en interne les enjeux des révélations. Cette réunion est a priori la première sur le sujet tenue par Facebook, ce qui laisse entendre que même au sein de l’entreprise, les enquêtes sont des sujets de discussion.

Départ d’Alex Stamos, chef de la sécurité

Ce n’est pas vraiment lié à l’affaire Cambridge Analytica dans la mesure où le départ de Stamos était annoncé depuis décembre, mais l’officialisation de cette période de transition chez Facebook ne tombe peut-être pas au meilleur moment. Le chef de la sécurité était officiellement en désaccord avec la manière dont le réseau social a géré la crise de l’influence russe sur les élections américaines via Facebook. Stamos aurait commencé à enquêter sur l’influence russe dès 2016 et aurait poussé sa direction à plus de transparence sur le sujet — ce qu’elle aurait refusé de faire.
Stamos doit quitter l’entreprise en août et s’assurera de la transition.

Julien Cadot

Rédacteur en chef de Numerama.

Amoureux de tech, d’objets (presque) intelligents et de machines qui volent, Julien a été journaliste freelance pendant 5 ans, collaborant notamment avec le magazine Humanoïde, ÈreNumérique ou FrAndroid. Il a rejoint le groupe Humanoid à la rentrée 2015 pour s’occuper de la R&D éditoriale de Numerama.

https://www.numerama.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Médias

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...