Édition du 21 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Colombie-Britannique : 40 mois pour avoir le salaire minimum à 15$/h !

Le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique a livré de bonnes nouvelles et de mauvaises nouvelles sur le salaire minimum. La bonne nouvelle : non seulement nous touchons un salaire minimum de 15$, mais ils ajoutent deux pièces de dix cents de plus.

tiré de : Infolettre mars 2018 De Alternative Socialiste

La mauvaise nouvelle : les travailleurs et travailleuses à bas salaire de la province la plus chère du Canada devront attendre 40 longs mois (plus de trois ans) pour obtenir la pleine augmentation. 40 autres chèques de loyer. 40 autres factures de téléphone. 40 laissez-passer de plus (ou plus de 40 voyages à la station-service) pour aller travailler pour les employeurs·euses à bas salaire.

La Fédération du travail de la Colombie-Britannique (BC Fed.) a correctement critiqué la longue période de transition. Comme on pouvait s’y attendre, certains employeurs·euses, qui ne se soucient pas du fait que les travailleurs·euses doivent travailler deux ou trois emplois pour joindre les deux bouts, se sont plaints que l’augmentation était trop importante et trop rapide. Pendant trop longtemps, la Colombie-Britannique a connu une pauvreté généralisée parmi les travailleurs·euses qui travaillent pour assurer le bon fonctionnement de l’économie provinciale, notamment les travailleurs·euses qui récoltent notre nourriture, prennent soin des enfants, des malades et des personnes âgées, travaillent dans les magasins et nous servent des boissons.

Compte tenu de la longue période d’application progressive, au moins les augmentations sont concentrées à l’avance avec deux augmentations totalisant 2,50 $ au cours des deux prochaines années suivies de deux augmentations totalisant 1,45 $ au cours des deux dernières années.Toutefois, étant donné que la Colombie-Britannique a un gouvernement minoritaire et qu’il faudra procéder à des élections avant la dernière augmentation, il est possible qu’un futur gouvernement ne mette pas en œuvre le plein montant de 15,20 $.

La victoire de la campagne du 15$ à Seattle, dirigée par Kshama Sawant, conseillère municipale de Socialist Alternative, en juin 2014, a propulsé la demande du 15$ en Amérique du Nord. La BC Fed a lancé Fight for 15 $ en novembre 2014. Socialist Alternative à Vancouver a aidé à obtenir le soutien de la BC Fed pour un salaire minimum de 15$ et était dans cette campagne depuis le début. La C.-B. avait certainement besoin d’une forte augmentation, car le salaire minimum de la province était le plus bas au pays, à 10,25 $ l’heure. Pendant dix ans, entre 2001 et 2011, il n’y a pas eu d’augmentation, le précédent gouvernement libéral de la Colombie-Britannique ayant gelé le salaire minimum à 8 $. La pression combinée des syndicats, des groupes communautaires et des travailleurs·euses a forcé les libéraux à bouger plus qu’ils ne le souhaitaient au sujet du salaire minimum au cours de leurs dernières années au pouvoir. L’augmentation prévue de dix cents de l’automne 2016 est devenue quarante centimes sous notre pression (ce n’est pas un bouleversement, mais un signe que nous avions un impact même sur un gouvernement de droite).

Gagner 15$ est une réalisation majeure. Un demi-million de travailleurs·euses de la Colombie-Britannique gagnent actuellement moins de 15 $ l’heure. Ce sont principalement des adultes (76% ont plus de vingt ans), des femmes (61%), travaillent à temps plein (53%) et travaillent pour de grandes entreprises de plus de 100 travailleurs·euses (54%). Un salaire minimum de 15$ fera une réelle différence dans leurs vies, ainsi que dans leurs familles et leurs communautés. La majorité des gens de la Colombie-Britannique qui vivent dans la pauvreté travaillent, alors l’augmentation aidera à s’attaquer à cette injustice. Une fois que la Colombie-Britannique atteindra 15$, avec l’Alberta et l’Ontario, 63% de la population canadienne aura un salaire minimum de 15 $ ; cela augmentera la pression dans le reste du Canada pour s’attaquer aussi aux salaires sous le seuil de la pauvreté.

Avant les élections de 2017, le NPD s’est engagé au 15$ d’ici 2021. Cependant, après avoir pris leurs fonctions en juillet, leurs actions ont été décevantes. Sous la menace du Parti Vert, ils ont abandonné leur promesse électorale de ramener le 15$ à la fin de leur premier mandat, renvoyant la question du moment à une Commission des salaires équitables qui voyagerait à travers la province pour recueillir des opinions favorables et défavorables. Les néo-démocrates n’ont pas réussi à impressionner en novembre, alors qu’ils ont simplement mis en œuvre l’augmentation de cinquante cents déjà promise par le précédent premier ministre Christy Clark en tant que concession pour l’année électorale.

Après l’annonce de la Commission des salaires équitables par le gouvernement, la BC Fed a adopté une approche politiquement astucieuse pour essayer de transformer un négatif en positif en déclarant que le gouvernement devrait utiliser l’occasion pour accélérer le calendrier et mettre en œuvre le 15$. Au début de 2019, la Colombie-Britannique atteindrait cet objectif en même temps que l’Ontario et seulement quelques mois après l’Alberta. De même, la campagne Living Wage a réclamé le 15$ d’ici mars 2019. Cette date aurait été une victoire sans équivoque.
Les politiques entourant l’augmentation du salaire minimum en Alberta et en Ontario sont différentes de celles de la Colombie-Britannique. La mise en place plus longue en Colombie-Britannique donnera des munitions aux conservateurs et à d’autres en Ontario qui attaqueront l’introduction graduelle de cette province. C’est pathétique que les libéraux de l’Ontario, confrontés à des élections cette année, aient une politique plus audacieuse sur le salaire minimum que le NPD de la Colombie-Britannique.

L’attente de 40 mois est totalement inutile. Le rapport de la Fair Wages Commission a bien fait remarquer que la Colombie-Britannique a une économie relativement robuste (environ 3% de croissance au cours des dernières années, bien que cela penche bien sûr vers les couches supérieures), que la Colombie-Britannique a un coût de la vie très élevé, et que le faible salaire minimum de la Colombie-Britannique nuit aux femmes, aux personnes racisées et aux personnes LGBTQ+ de façon disproportionnée. La commission a pris ceci et beaucoup d’autres informations pertinentes et de bonne qualité, et a ensuite décidé de ne pas ouvrir la fenêtre en NE DEMANDANT PAS un accès rapide au 15$. C’est comme si les vraies recommandations avaient été enlevées en cours de route vers le rapport final et remplacées par une imposture extraterrestre digne des X-Files.

Pendant le combat du salaire minimum ici et ailleurs, la plus sainte des saintes, la « petite entreprise », était partout mise de l’avant comme la victime inévitable de la demande irrationnelle des travailleurs·euses paresseux·euses et non qualifié·e·s pour un salaire minimum plus élevé. En outre, il a été prétendu que cet apocalypse économique blesserait, ironiquement, ces mêmes travailleurs·euses à bas salaire qu’il prétendait aider, car les petites entreprises seraient englouties par la terre elle-même et leurs anciens employés erreraient dans un enfer à la Mad Max, à travers des convives de fin de soirée abandonnées.

Comme sur le Site C, le NPD a accordé un poids excessif aux revendications économiques étroites et unilatérales des grandes entreprises. D’innombrables études sur les hausses passées du salaire minimum ont montré que l’augmentation du salaire minimum ne détruit pas les emplois, en fait elle stimule les dépenses locales des travailleurs·euses à bas salaires, ce qui profite aux petites entreprises. Beaucoup de petites entreprises qui valorisent leurs travailleurs·euses et veulent éviter le coût d’en former constamment de nouveaux·elles, paient déjà leurs travailleurs·euses au-dessus du salaire minimum. La majorité des travailleurs·euses au salaire minimum travaillent pour de grandes entreprises, dont beaucoup font des profits obscènes grâce aux salaires de misère. Les petites entreprises sont toujours le masque le plus amical derrière lequel les grandes entreprises se cachent, car les grandes entreprises, pour une raison ou une autre, sont trop impopulaires pour justifier directement la faiblesse des salaires. (Pour être juste, il y a aussi les travailleurs·euses dont les pires emplois ont été dans de petites entreprises, qui, bien qu’à une plus petite échelle, peuvent être tout aussi exploitants et tyranniques que n’importe quels Walmart ou Amazon.) Cela dit, il y a des arguments en faveur des petites entreprises (les entreprises familiales), mais pas en payant moins les travailleurs·euses. Il y a de bonnes raisons d’avoir des mesures de contrôle des loyers pour les petites entreprises et un taux d’imposition beaucoup plus élevé pour une entreprise milliardaire, comme Tim Hortons, que pour un café du coin. Nous pouvons faire en sorte que les travailleurs·euses des entreprises, grandes et petites, soient payé·e·s décemment sans fermer toutes les petites entreprises du quartier.

Alors, quelles sont les leçons que nous pouvons tirer de la lutte pour le 15$ ? Il n’y aurait pas de 15$ en Colombie-Britannique sans la victoire de Seattle ou la longue campagne ici en Colombie-Britannique. Nous, de Socialist Alternative, sommes fiers, à juste titre, de nos efforts dans cette campagne, surtout compte tenu de notre taille modeste et de notre relative nouveauté en Colombie-Britannique. Socialist Alternative a effectué un travail constant à Vancouver et surtout à Surrey, qui est la deuxième plus grande ville de la province, mais qui est considérablement moins politiquement desservie que la ville de Vancouver. Nous avons déposé presque chaque semaine et organisé plusieurs rassemblements et réunions publiques à Surrey. En janvier, la BC Fed et Socialist Alternative ont organisé des actions avant l’aube et en soirée en solidarité avec les travailleurs de Tim Hortons.

Maintenant, la lutte pour le 15$ doit intensifier la pression sur les questions qui n’ont pas été résolues à ce stade, comme la question des lacunes actuelles dans le salaire minimum qui doit être réglée. Il est bien connu que les travailleurs·euses à pourboire sont autorisés à toucher 1,25 $ de moins que le salaire minimum. Moins connu, et pire encore, les travailleurs·euses agricoles de cette province, y compris un grand nombre de migrants indiens et mexicains, sont exemptés de tout salaire minimum selon leur productivité. Dans nos activités, Socialist Alternative a rencontré des gens dans les bus avant 5 heures du matin pour être reconduits aux champs pour gagner moins de trois dollars l’heure. Cette exploitation extrême doit prendre fin, et le salaire minimum doit s’appliquer à TOU·TE·S les travailleurs·euses de la Colombie-Britannique.

Les terrains vagues et les bars sont aussi deux endroits où le harcèlement sexuel et même l’agression sont autorisés à détruire des vies. Les femmes (et les autres) doivent être capables de se sentir en sécurité sur leur lieu de travail. Les syndicats et les groupes de défense des droits devraient tirer parti de l’élan du mouvement #MeToo vers ce but alors que la lutte des travailleurs·euses en Colombie-Britannique passe du 15$ à d’autres revendications importantes.

La décision du NPD sur le 15$ était qu’ils fassent de leur mieux pour surmonter un autre obstacle, entre les besoins des travailleurs·euses et le profit des sociétés. Le manque d’actions courageuses du gouvernement néo-démocrate, comme ses décisions sur le 15$ et le Site C, qui vont à l’encontre de la plupart des membres de son parti, risque de démobiliser les militants qui sont essentiels pour vaincre les libéraux.

Alors que les poumons de notre mouvement n’étaient pas assez puissants pour faire tourner le vent de notre côté aussi vite que nous le voulions, nous avons réduit significativement la pauvreté des travailleurs·euses. Maintenant, le mouvement doit s’assurer que dans les prochaines batailles sur les exemptions, les lieux de travail sans harcèlement, un horaire décent et le droit de se syndiquer, nous pouvons avoir le volume et l’énergie nécessaires pour changer le vent dans la direction que nous voulons. Dans quelle mesure le gouvernement auquel nous sommes confrontés est-il amical ou hostile ? Pour gagner des victoires, le mouvement a besoin de la force de garantir que tout gouvernement doit écouter et agir. Tous les gains pour les travailleurs·euses, comme le 15$, ne se font qu’avec du travail acharné et des campagnes de terrain.

Source : BC Wins a $15 Minimum Wage : In 40 Months, Chris Fofonoff (SA-CA), 12 février 2018
Traduction : Carlo Mosti

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...