Édition du 19 septembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Commerce légal du cannabis récréatif au Québec - Rejeter la SAQ serait une grave erreur

Le SCFP s’inquiète vivement des hésitations du gouvernement du Québec sur la manière de vendre le cannabis récréatif légalisé. Les réticences des ministres responsables, en particulier celles du ministre Coiteux, semblent témoigner d’une vision idéologique, coupée de tous les arguments pragmatiques.

Pour le SCFP, tous les aspects de la question indiquent que la Société des alcools du Québec présente de très loin le meilleur modèle. Comme dans le cas de l’alcool, la SAQ est tout indiquée pour éliminer la place du crime organisé, contrôler la qualité des produits, éviter la vente aux mineurs, financer des programmes de prévention, générer des économies d’échelle et dégager des bénéfices au profit de la collectivité.

« Jusqu’à maintenant, dans ce débat, le bon sens a mené le gouvernement vers la SAQ, et l’idéologie l’en a éloigné. La SAQ a beau être un immense succès à tout point de vue, le ministre Coiteux est incapable de l’apprécier. Pourtant, avec la SAQ, le Québec a une occasion en or de commercialiser le cannabis de la façon la plus sécuritaire, la plus efficace et la plus rentable possible », selon Bruno Tremblay, conseiller syndical du SCFP.

Le SCFP rappelle le scandale de l’automne dernier au sujet des appareils de loterie vidéo aux mains du crime organisé, qui illustre les risques du « privé encadré ».

De plus, il abonde dans le sens du chercheur Philippe Hurteau de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), qui signait le 14 avril dernier un billet sur les avantages de confier le cannabis à la SAQ. Parmi ces avantages, notons que le Québec pourrait miser sur une structure fiable et déjà existante : « le réseau de distribution, les succursales à la grandeur du territoire, l’infrastructure pour tester les produits, la structure administrative, etc. »

L’IRIS estime le marché du cannabis au Québec à 1,3 milliard de dollars. La SAQ pourrait dégager environ 500 millions de redevances au gouvernement. Une partie de ces redevances iraient directement à la prévention et l’éducation, selon le modèle éprouvé d’Éduc’alcool.

Le SCFP entend être présent sur toutes les tribunes et à chaque étape de ce dossier pour faire valoir l’intérêt public.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...