Édition du 5 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Couillard en Israël avec le gratin de Québec Inc.

La grève de la faim des prisonniers palestiniens ignorée

Pour la première fois de son histoire, un premier ministre québécois visite officiellement Israël, pendant toute une semaine, à la tête d’une imposante délégation. « Plus de 100 personnes provenant du milieu universitaire ainsi que des secteurs de l’aérospatiale, des sciences de la vie et des technologies de l’information. Des géants établis comme Bombardier, Air Canada, Air Transat, Hydro-Québec et Ubisoft côtoieront des vedettes émergentes comme Élément AI. » Cette visite fait suite à celles des « premières ministres de l’Ontario et de la Colombie-Britannique [qui] y ont séjourné l’an dernier, tout comme le maire de Montréal, Denis Coderre. »

Pourtant la taille des échanges commerciaux entre Israël et le Québec — 345 millions $ en 2016 — n’a rien de mirobolante même si « [c]’est une hausse de 32 % par rapport à l’année précédente » [1] « Israël, un pays de taille semblable au Québec, se situe au 38e rang des partenaires commerciaux du Québec. » [2] Israël serait plutôt un modèle d’efficience technologique de qui apprendre car le Québec a de la difficulté à commercialiser ses avantages technologiques : « Québec veut investir 100 millions pour développer une filière de l’intelligence artificielle à Montréal, et Israël est une véritable pépinière de ‘‘start-up’’. » Il aurait fallu ajouter que ce succès est une retombée de son industrie militaire largement connectée sur celle des ÉU et elle-même dépendante d’une force armée largement subventionnée par le gouvernement étasunien.

Un troisième accord de coopération doté, pour la première fois, d’un budget

Le Premier ministre, dans le cadre de semblables et de très nombreux accords Canada-Israël dont un de libre-échange paraphé en 1997 [3], a signé un troisième accord de coopération, après ceux de 1997 et de 2007, pour la première fois impliquant un apport budgétaire :

Le gouvernement Couillard approfondira ses relations bilatérales avec Israël, dimanche, en signant une entente de coopération dotée d’une enveloppe de 6 millions. […] ll s’agit de la troisième entente bilatérale entre le Québec et l’État hébreu. La première a été conclue en 1997 par le gouvernement de Lucien Bouchard afin de resserrer les liens en matière de science, de technologies, de culture et d’éducation. La seconde, signée en 2007, visait à faciliter les collaborations dans différents secteurs économiques. La troisième entente cible spécifiquement les relations en matière de recherche et d’innovation technologique. C’est la première qui prévoit des investissements gouvernementaux. [4]

Hydro-Québec a profité du voyage pour signer un contrat afin de se protéger des cyberattaques car « Israël est reconnu comme un leader mondial en matière de cybersécurité. » [5]5 On n’en doute pas... et pas seulement pour la défense. De son côté, « Bombardier emploie 230 personnes en Israël […] L’entreprise construit 70% des voitures de trains qui y circulent. » [6] Petit problème :

Bombardier fournit des locomotives double niveau TWINDEXX Vario pour une ligne grande vitesse en Israël qui passera par les territoires palestiniens occupés, d’ici l’année prochaine. Ce projet serait pourtant contraire aux conventions internationales auxquelles le Canada adhère. […] La ligne de train rapide, prévue pour le printemps 2018, reliera Tel-Aviv à Jérusalem. Or, une partie du tracé – environ six kilomètres – traversera la « ligne verte » qui fait état de frontière entre Israël et les états voisins. […] Le ministère des Affaires étrangères palestinien a déjà fermement condamné ce projet de « colonisation et de judaïsation » qui « menace de faire exploser » le conflit israélo-palestinien. [7]

Pour atténuer le caractère commercial du voyage, trois universités québécoises, surtout McGill et Concordia mais aussi Montréal-HEC, ont elles aussi établi des ententes avec des consoeurs israéliennes [8]. Cerise sur le gâteau, le Premier ministre, en rencontrant le président de l’Autorité nationale palestinienne et le Premier ministre israélien, a fait semblant de vouloir jouer un ridicule rôle de conciliateur en ce qui concerne les rapports entre Israël et les territoires occupées comme si la Palestine dans son entièreté n’était pas autre chose qu’une colonie sioniste de peuplement dont la majorité arabe est soit réfugiée, soit prisonnière dans des enclaves murées, soit citoyenne de seconde zone. La visite de l’école-Potemkine arabo-juive a marqué le comble de cette hypocrisie.

La grève de la faim des prisonniers politiques palestiniens... oubliée

Ce que le Premier ministre a cependant superbement « oublié », tout comme le président étasunien en visite en Israël en même temps que lui, c’est la grève de la faim des prisonniers palestiniens soutenue le 23 mai par une grève générale en Cisjordanie [9] :

850 détenus politiques refusent depuis plus d’un mois de se nourrir, et certains sont dans un état critique. Cette grève risque de se terminer en catastrophe, cela pour deux raisons. La première est liée à la nature même du gouvernement israélien qui refuse de céder sur quoi que ce soit, et quelles qu’en soient les conséquences. […] Pourtant, les revendications des prisonniers politiques palestiniens sont minimalistes : leur rendre des droits gagnés et repris par l’extrême droite au pouvoir, en termes de visite des familles, le droit de téléphoner (sous contrôle) à leurs familles, le droit de suivre des cours par correspondance, l’air climatisé dans des cellules qui sont de véritables fournaises, etc. Des droits chèrement obtenus au cours des années 1970 et 1980. [10]

Quelle a été la réaction au Québec envers ce voyage ? D’abord les Libéraux se sont défendus de prendre à la légère la situation politique en réaffirmant la nécessité d’un règlement négocié... entre le chat et la souris :

« Des motions concernant la situation là-bas, nous en avons déjà adopté à l’Assemblée nationale, dit la ministre [Christine St-Pierre]. Ce que nous prônons, ce dont nous avons toujours fait la promotion, c’est qu’il y ait un règlement de la situation négocié dans le respect des populations. » Philippe Couillard se rendra d’ailleurs à Ramallah, en Cisjordanie, pour rencontrer des dirigeants palestiniens. Il va également visiter l’école Hand in Hand, où étudient des élèves juifs et arabes. [11]

La CAQ est aux abonnés absents comme on pouvait s’y attendre. Pendant que le Bloc québécois s’apprête à « introduire une motion en soutien à la Palestine » [12], le PQ, par son député Stéphane Bergeron, position non reprise sur le site du parti, critique le déséquilibre en ce qui concerne le traitement économique des deux parties tout en ignorant la situation politique :

En faisant de l’économie le thème central de sa mission, Philippe Couillard se trouvera naturellement à rencontrer davantage de gens d’affaires israéliens, l’occupation des territoires palestiniens ayant rendu leur économie « exsangue » estime le député du Parti québécois, Stéphane Bergeron. « Ça pourrait donner l’impression, objectivement parlant, d’une mission un peu déséquilibrée par rapport à la politique traditionnelle du Canada et du Québec par rapport à la Palestine et à Israël », estime M. Bergeron. [13]

Québec solidaire trouve les bons mots mais oublie la campagne BDS

Québec solidaire, par son député Amir Khadir, position aussi non reprise sur le site du parti, rappelle au Premier ministre

« ...que le fait de tisser "des liens commerciaux avec un état, ça ne nous amène pas à fermer les yeux sur la situation des droits humains" […qu’il y a] actuellement des milliers de prisonniers politiques palestiniens qui font une grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention inhumaines, [...], exhortant le premier ministre Couillard à profiter de son séjour en Israël pour exprimer son désaccord aux autorités du pays. […que les] forces au pouvoir en Israël oeuvrent, "en toute impunité" selon lui, "pour l’affrontement, pour la guerre, oeuvrent pour la conquête, oeuvrent pour l’agression pour avoir plus de territoire". [14]

À propos du train de Bombardier passant en territoire occupé, « [à] son avis, Bombardier aurait dû refuser de vendre du matériel qui va rouler sur ‘‘des tracés qui empiètent sur le droit international’’ » [15] Mais le député Solidaire ne semble pas exiger que ce contrat, non encore exécuté, soit résilié d’autant plus que le gouvernement du Québec et sa Caisse de dépôt et de placement, tout comme le gouvernement fédéral, seraient certainement en mesure de forcer Bombardier à obtempérer. Que voulez-vous, aurait dit Jean Chrétien, les vraies affaires sont les vraies affaires auraient ajouté Philippe Couillard. Pourtant Québec solidaire adhère à la campagne Boycott, Désinvestissement, Sanction (BDS) [16]. Il faut cependant avouer que jusqu’ici BDS-Québec est resté bien discret sur toutes ces ententes commerciales et universitaires.

Québec solidaire ne faisait pas non plus partie du collectif de 20 groupes qui a organisé à Montréal la manifestation du 20 mai « en solidarité avec la grève de la faim des prisonniers palestiniens » [17] dont le faible écho médiatique dénote peut-être sa modestie malgré un communiqué de presse de la CSN [18]. Comme l’attention de Québec solidaire durant cette fin de semaine était accaparée par son congrès, on peut comprendre. Mais pourquoi alors aucune motion d’urgence ne vint-elle signaler cette grève de la faim ? L’écho de cette grève au Québec dans les grands médias est d’ailleurs dérisoire [19]. Signalons toutefois une série d’articles plus substantiels dans Presse-toi-à-gauche mais rien dans l’Aut’Journal, organe de la gauche du PQ.

Marc Bonhomme,
27 mai 2017
www.marcbonhomme.com ; bonmarc@videotron.ca


[1Martin Croteau, Mission commerciale délicate pour Couillard en Israël, La Presse+, 18/05/17

[2Jocelyne Richer — Presse canadienne, Mission axée sur l’innovation : Couillard en Israël et en Cisjordanie, La Presse+, 12/05/17

[3Ambassade du Canada en Israël, Relations Canada – Israël, mai 2016

[4Martin Croteau, Québec signe un accord commercial de 6 millions avec Israël, La Presse+, 21/05/17

[5Presse canadienne, Cybersécurité : accord entre Hydro-Québec et Israe l Electric, Radio-Canada, 22/05/17

[6Martin Croteau, Couillard appelle les Québécois à « prendre grand soin » de Bombardier, La Presse+, 23/05/17

[7Catherine Lévesque, Des trains de Bombardier passeront dans les territoires palestiniens occupés, Huffington Post –Québec, 18/05/17

[8Bureau du Premier ministre du Québec, Miser sur des partenariats en éducation, recherche et innovation pour bâtir une économie du savoir du 21 e siècle, 21/05/17 ; Journée sur le thème de l’innovation en Israël, 22/01/17 ; 15 nouveaux partenariats pour propulser le Québec dans l’économie du 21 e siècle, 23/05/17

[9Dominique Vidal appuyé par 200 universitaires et journalistes spécialisés, Pétition : rendons visibles les prisonniers palestiniens en grève de la faim, Mediapart, 24/05/17

[10Michel Warschawski, Grève de la faim des détenus palestiniens : solidarité !, Hebdo L’Anticapitaliste par ESSF, 25/05/17

[11Martin Croteau, Mission commerciale délicate pour Couillard en Israël, La Presse+, 18/05/17

[12CJPMO, CJPMO applaudit la motion du Bloc en soutien à la Palestine, 26/05/17

[13Martin Croteau, Mission commerciale délicate pour Couillard en Israël, La Presse+, 18/05/17

[14Presse canadienne, Khadir demande à Couillard de plaider en faveur des droits des Palestiniens, Huffington Post-Québec, 17/05/17

[15Catherine Lévesque, Des trains de Bombardier passeront dans les territoires palestiniens occupés, Huffington Post –Québec, 18/05/

[16Québec solidaire, Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre l’apartheid israélien, 18/04/10

[17Tadamon, Manifestation en solidarité avec la grève de la faim des prisonniers palestiniens

[18CSN (communiqué de presse), Solidarité avec les prisonniers palestiniens en grève de la faim, 20/05/17

[19J’ai trouvé en français cinq brefs articles dans Le Devoir, le Journal de Montréal, Radio-Canada et dans La Presse dont deux démobilisants.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...