Édition du 18 avril 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Coule pas chez nous : Le Bien, le Malt joint le mouvement

La microbrasserie Le Bien, le Malt de Rimouski fait partie de la vingtaine d’établissements au Québec à s’unir avec la Fondation Coule pas chez nous, dans le but de contrer le projet Énergie Est et préserver l’eau.

La fondation vient d’initier une nouvelle campagne de sensibilisation. La bière Coule pas chez nous a été lancée afin de contrer le projet d’oléoduc de la compagnie TransCanada. Les instigateurs de la démarche sont la brasserie et distillerie Oshlag (Montréal), La Barberie (Québec), Le Griendel (Québec), Les Grands Bois (Saint-Casimir) et Ras L’Bock (Saint-Jean-Port-Joli). Le Bien, le Malt a emboîté le pas, comme une douzaine d’autres établissements. Ailleurs dans la région, la microbrasserie La Captive d’Amqui a aussi joint le mouvement.

Plus de 12 000 bouteilles ont été mises en circulation. L’idée de créer une bière rejoint celle de l’importance de préserver l’eau potable, selon les responsables de la campagne, puisque sans eau, il n’y a pas de bière. « Quand on regarde le tracé d’Énergie Est et la carte des microbrasseries du Québec, on est tout de suite frappé de voir à quel point les deux se chevauchent. Beaucoup de brasseries prennent leur eau à même des cours d’eau. Énergie Est traverserait 860 d’entre eux au Québec seulement. En cas de rupture près d’une prise d’eau où une microbrasserie puise son eau, la production devrait s’arrêter instantanément. Pour nous qui avons choisi de nous impliquer dans la campagne, ce risque est intolérable », raconte William Garand de La Barberie.

« Quand nous avons commencé à approcher les microbrasseries, nous avons été étonnés de la facilité avec laquelle elles ont embarqué. Elles ont immédiatement vu les impacts négatifs éventuels du projet Énergie Est pour leur secteur d’activité. Pour la Fondation, cela signifie une chose : ce n’est pas vrai que tous les secteurs économiques soutiennent cet oléoduc. On nous parle toujours des soi-disant impacts économiques positifs, mais jamais des négatifs sur plusieurs secteurs économiques dont les microbrasseries. Or, c’est certain qu’il y en aura », ajoute la coordonnatrice de la Fondation Coule pas chez nous, Anne-Céline Guyon.

Pour chaque bière vendue, les microbrasseries ont accepté de donner une partie de leurs profits à la fondation dans le but de contrer le projet de pipeline Énergie Est. Le Bien, le Malt tient une activité dans le cadre de la campagne, le 23 mars. La fondation Coule pas chez nous regroupe 14 groupes citoyens, dont Non à une marée noire dans le Saint-Laurent.

Page Facebook

Jean-Philippe Langlais

Journaliste pour le journal L’Avantage (Rimouski).

http://www.lavantage.qc.ca/

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...