Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Livres

Dalie Giroux Le Québec brûle en enfer Essais politiques

À plusieurs égards, la situation politique du Québec peut se lire à travers les tendances occidentales et s’inscrit dans une temporalité mondiale : crises financières, incertitude économique, inquiétudes liées au terrorisme, montée du populisme, spirale ascendante de la contestation et de la répression, exploitation industrielle intensive du territoire, crise écologique, fusillades. Le pari de cet ouvrage va pourtant à contre-courant de cette approche. La vie politique québécoise est comprise par le bout de son épaisseur culturelle, dans ses particularités, ses couleurs, ses expressions, ses manies.

Cet ouvrage décapant propose des réflexions à vif sur quelques sujets brûlants, des angoisses de la disparition des francophones aux luttes autonomistes des peuples autochtones en passant par la marchandisation de la culture populaire. Il s’agit ici de scruter la vie politique québécoise par le bout de son épaisseur culturelle, dans ses particularités, ses couleurs, ses expressions, ses manies. La première partie de l’ouvrage propose une incursion dans la fabrication du complexe identitaire québécois, abordant le souverainisme paranoïaque, le « Code de vie » de Hérouxville et la xénophobie bien-pensante de la droite nationaliste québécoise contemporaine. La deuxième partie se penche sur l’intersection de la culture et du capitalisme. D’abord par une analyse des
radios-poubelles, puis par l’examen de la cuisine-marchandise de Ricardo, des festivals-marchandises et, enfin, par une discussion sur les réseaux sociaux au sujet des riches et des pauvres. La dernière partie aborde de manière transversale la question de la colonisation et de l’impérialisme en Amérique française. Distinguant souveraineté et indépendance, l’auteure analyse l’échec électoral du PQ en 2014, la position politique des traditionalistes innues et atikamekw, une œuvre de Robert Lepage sur l’indistinction entre colonisateurs et colonisées dans la subjectivité québécoise et termine sur quelques pistes concernant les significations possibles de l’idée d’indépendance. Des propos à la fois méchants et candides, exempts de tout snobisme et résolument anarchistes.

TABLE DES MATIÈRES Présentation
Première partie « Nous » et les autres
• Bernard et Jeanette
• Nous sommes toutes de Hérouxville
• Citoyen Martineau
• Une vague brune
Deuxième partie Maîtres chez nous
• Des radios-poubelles
• Ricardo™
• Le prêt-à-fêter
• Aimer les riches
Troisième partie On n’est pas des sauvages !
• Misère du Parti québécois
• Blocus indigène
• Colonisateur/colonisée
• Indépendances

L’AUTEURE Dalie Giroux est professeure agrégée de pensée politique à l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent sur l’articulation du langage, de l’espace et du pouvoir. Elle est membre du comité de rédaction des Cahiers de l’idiotie.

Richard Poulin contact@m-editeur.info http://m-editeur.info/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Livres

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...