Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Point de mire du 19 juin 2018

Face à la construction culturelle de la haine, le silence tue !

Dans ces points de mire, Presse-toi à gauche présente synthétiquement des éléments d’analyses d’articles publiés dans l’édition de la semaine et explicite ses partis-pris sur les points d’actualité et les débats en cours. Points de mire, pour bien marquer où nous voulons en venir !

Université indépendantiste, bilan de QS et mode de scrutin
 
Les prochaines élections sont déjà à l’horizon et Québec solidaire est sur les blocs de départ. Le Collectif d’Option nationale a organisé sa première université indépendantiste en offrant une série de formations sur la place de l’indépendance dans le projet de société de la formation de gauche. André Frappier y a assisté et nous présente un compte-rendu ainsi que des enregistrements de certaines présentations.

Nous vous offrons également le bilan de session parlementaire de QS. Enfin, Paul Cliche revient sur un enjeu majeur de la prochaine élection, la réforme du mode de scrutin. L’engagement des quatre formations d’opposition à réformer le mode de scrutin tiendra t-il ? Le PQ a inscrit cette mesure durant 40 ans et n’a pas donné suite une fois au pouvoir. Au fédéral, Justin Trudeau a renié son engagement en faveur de la proportionnelle. La CAQ ne possède pas le profil d’un parti qui tiendra ce genre de promesse s’il détient le pouvoir. Alors quelle perspective doit être mis de l’avant pour s’assurer que chaque vote compte lors des prochaines élections ?
 
Politique culturelle
 
Yves Bergeron revient sur la proposition de la nouvelle politique culturelle des libéraux de Couillard. Notant au passage que si cette politique a peu de chances de voir le jour, il suggère de réfléchir à l’orientation d’une éventuelle politique culturelle québécoise qui s’affranchirait de la marchandisation et des impératifs de rentabilité et d’instrumentalisation des arts au profit du secteur privé que connaissent actuellement le secteur des arts au Québec. La prochaine campagne électorale serait une bonne occasion d’en débattre si ce n’était de la mauvaise habitude des grands partis politiques d’évacuer ce genre de débat lors de ces rendez-vous.
 
Congrès de l’R des Centres de femmes du Québec
 
Les militantes de l’R des Centres de femmes étaient en congrès récemment. Nous vous offrons une captation vidéo du panel qui y fut présenté. Le congrès a permis de réfléchir à de nouvelles stratégies de lutte.
 
Environnement
 
Bernard Rioux fait la démonstration que les discours des élites québécoises sur la transition « verte » qui accompagne les politiques en faveur du gaz naturel comme alternative au pétrole est une fausse piste proposée par nos élites économiques et politiques. L’option du gaz naturel n’est intéressante que lorsque l’on omet d’inclure les GES émis lors de sa combustion et des fuites de méthane qui sont inhérentes à sa production. En incluant ces éléments dans le calcul,le gaz naturel ne représente pas en une option viable pour réduire les émissions de GES.
 
Art, culture et société
 
On ne devient pas la cible de tous les discours de haine comme l’est la communauté musulmane à travers le monde sans qu’un long travail de construction de cette image en précède la diffusion. Cette construction culturelle de la haine est en partie dûe à la propagande d’Hollywood et des producteurs de séries télé. Pierre Conesa nous propose une analyse de cette « fabrication » du méchant musulman à travers une série de productions visuelles largement diffusées au cinéma et/ou à la télé.
 
Le Festival de Cannes quant à lui fut l’occasion pour des femmes productrices de film ou réalisatrices, actrices, techniciennes de réclamer () l’égalité de traitement dans l’industrie. Elise Domenach revient sur les événements qui s’inscrivent aussi dans la foulée du mouvement #Metoo.
 

Sur la scène internationale

La Chine fait partie du futur.

Un réseau connecté sur trois continents : avec la route de la soie, la Chine veut conquérir l’économie monde. Son projet grandiose de route de la soie renoue avec Marco Polo et toutes les aventures fantastiques que l’on peut imaginer. Relier la Chine à l’Europe en passant par l’Asie et en finissant dans les espaces polaires et ce, en peu de temps et à coup de milliards de dollars. Tout cela vise à lui garantir pétrole et matières premières. Tout cela vise à lui assurer espace et profits à ses propres compagnies. Plusieurs pays se montrent intéressés par ces investissements massifs : « Hybride entre le plan Marshall, qui a financé la reconstruction de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale dans le but d’assurer des marchés prospères aux marchandises américaines, et l’économie planifiée par un parti unique du temps de l’URSS, « La Ceinture et la route » attire les pays qui n’ont pas les moyens de financer les infrastructures nécessaires au décollage de leur économie. »

D’abord économique ce plan a aussi des visées géopolitiques et veut assurer à la Chine une place dans le monde. L’aspect militaire joue : la Chine a la plus grande armée au monde et « va consacrer 141 milliards d’euros à son budget militaire. » L’Europe et l’Amérique de Trump regardent ce projet avec beaucoup d’attention… Les contradictions interimpérialistes s’aiguisent.

Le fondamentalisme religieux connaît un renouveau social surtout en Amérique Latine.

Amérique du Sud. Les Eglises évangéliques est désormais un pouvoir qui s’affirme. Ce qui est nouveau dans cet élan religieux, c’est que maintenant ces différents courants chrétiens envahissent la politique. Le courant évangéliste est le plus fort et compte dans ses rangs plusieurs tendances, parfois plus de gauche mais surtout plus de droite et maintenant plus politique. L’auteur fait un tour d’horizon rapide de cette évolution à travers l’Amérique Latine et nous amène deux réflexions importantes . La première porte sur les raisons de la croissance d’un tel mouvement religieux et de droite : « En fait, la montée de l’évangélisme politique en Amérique latine semble être le revers de la médaille des avancées des mouvements féministes et des minorités sexuelles » La deuxième porte sur les liens de ce fort mouvement avec les politiciens et politiciennes actuelles, leur puissance, leurs forces et leurs pressions : « Les effets sur les démocraties de ceux qui pensent la politique en termes de « guerre spirituelle » restent à examiner ».

La militarisation de nos sociétés et les violences sont des réalités quotidiennes.

Les faits divers rapportés dans cet article fait état de meurtres gratuits mais nous questionne sur de telles actions : « Que nous enseignent ces deux faits divers ? Tout d’abord qu’il existe une justice à deux vitesses, celle soucieuse des intérêts ou sous menace des ordres – militaire, policier, étatique – et celle empressée d’emprisonner les frères Traoré par exemple ou de placer en garde à vue les jeunes manifestants du lycée Arago. Car enfin, étonnamment, les deux affaires judiciaires ont en commun une trame militaire… Ensuite, ces deux meurtres, ces « drames » diraient les médias qui couvrent ce type d’événement, nous informent, une fois de plus sur le niveau de violence des adolescents. De façon plus pragmatique, ils révèlent ce qui est devenu pour une majorité d’entre eux une routine, une façon de vivre, celle d’avoir droit de vie ou de mort sur l’autre. Ils expriment l’accélération d’une délinquance qui se généralise en se banalisant »

Notre avenir passe t-il par l’augmentation de ces violences ? On peut se poser la question. Mais le silence tue. Il nous faut les dénoncer.

L’esclavage : une réalité du passé ? Pas si sûre suite aux dévoilement de la situation en Libye. Les femmes de Nder, résistantes sénégalaises à la traite négrière arabo-musulmane. L’article suivant se veut un renouement avec des racines historiques d’une jeune femme noire dont les aînées ont connu l’esclavage et ont refusé de s’y soumettre. C’est l’histoire de femmes courageuses au Sénégal qui se sont fait brûlées plutôt que de devenir esclave : « témoignons de leur histoire et faisons en sorte que leur sacrifice rentre à jamais dans la postérité et qu’il soit connu de nos filles et de petites filles qui, je l’espère, porteront en elles la mémoire de ces femmes d’exception. »

Enfin un petit poème écrit en 2002 mais toujours d’actualité
Le blues des boomers ou caricature écrite d’une génération qui s’est embourgeoisée

« C’est le blues
Le blues des boomers
Le blues des extrémistes idéalistes
C‘est le blues
Le blues des boomers
Le blues des égoïstes conformistes »

Bonne lecture

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...