Édition du 9 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections 2018

« Des politiques audacieuses sont de bonnes politiques » (Bernie Sanders)

Avec les annonces sur le cadre financier et sur le plan de transition économique, Québec solidaire a démontré qu’une vision de transformation sociale inspirait ses politiques. Ce type d’annonces marquent une nouvelle phase dans la campagne politique de Québec solidaire qui risque d’être fort prometteuse, car elle permet de définir Québec solidaire comme une alternative véritable.

Le cadre financier de Québec solidaire : en finir avec le refus des plus riches de payer leur juste part

Taxer les riches et taxer les grandes entreprises sont des propositions qui répondent aux aspirations de la classe populaire de tout le Québec. Pour les Québécoises et Québécois des régions ressources, qui voient le pays pillé par des multinationales forestières ou minières, l’augmentation des redevances est essentielle.

L’augmentation des redevances sur l’eau s’inscrit dans la même logique. La lutte contre l’évasion fiscale, la réouverture de l’entente avec les médecins spécialistes, la taxation des mieux nantis et des grandes entreprises, la mise en place des 10 paliers d’imposition, l’augmentation du salaire minimum à 15$, toutes les mesures avancées dans le cadre financier proposé par Québec solidaire visent à faire payer aux plus riches leur juste part. Québec solidaire s’engage en plus à s’attaquer à l’évitement fiscal et à la fraude fiscale. Ces mesures dégageraient une augmentation des revenus de l’État de 12,9 milliards de dollars permettant le financement, entre autres, du plan de transition économique et énergétique.

Non seulement, le PLQ, le PQ n’ont pas le courage de s’attaquer aux privilèges de l’oligarchie, mais au cours des dernières décennies, les gouvernements dirigés par ces partis ont continuellement diminué la part des impôts payés par les plus riches et les grandes entreprises. La CAQ promet maintenant de continuer et d’aggraver ce type de politique. Le cadre financier de Québec solidaire s’inscrit dans le sillon tracé par les luttes de la Coalition Main rouge pour les 10 milliards de revenus qui a mobilisé des syndicats, des groupes populaires et des organisations féministes contre le caractère injuste et inéquitable de la fiscalité québécoise ces dernières années. Il s’inscrit dans la suite de la mobilisation pour le 15$ de l’heure.

Si on continue de voter pour des libéraux, des péquistes ou des caquistes, l’iniquité fiscale va continuer et les inégalités vont s’approfondir. Pour mettre fin à cette injustice, il faut voter Québec solidaire qui a le courage de remettre radicalement en question cette situation en redistribuant la richesse vers la classe populaire qui forme la vaste majorité de la population. Québec solidaire se fait de plus en plus inspirant, car il sait montrer que toutes ses propositions sont centrées sur le bien-être de la majorité populaire.

Le plan de transition économique ouvre sur une perspective d’une nécessaire transformation sociale

Alors que la lutte aux changements climatiques est une question de survie, le gouvernement Trudeau trouve encore les moyens de subventionner l’exploitation des énergies fossiles et d’utiliser l’argent public pour acheter un pipeline pour assurer que le pétrole tiré des sables bitumineux puisse s’exporter sur les marchés internationaux. Le gouvernement Couillard a tenté d’ouvrir la porte à l’exploitation des gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent, en Gaspésie et sur l’île d’Anticosti. En période électorale, il essaie d’éviter la question… mais il partage les orientations du gouvernement canadien sur les questions énergétiques. François Legault a une vision pour le moins limitée de cet enjeu. Son discours et ses propositions s’inscrivent dans le cadre de la poursuite de ce qui nous a conduits au bord du gouffre. Il propose de continuer d’exploiter les hydrocarbures qui seraient une source d’enrichissement pour le Québec.

Québec solidaire a présenté cette semaine un axe majeur de son plan de transition économique : son plan d’investissement massif pour développer les réseaux de transport en commun. Ce plan vise à créer 300 000 emplois d’ici 2030. Le développement du transport collectif est d’autant plus important que le transport routier représente le tiers des émissions des GES au Québec (33,6%)

Ce sera le plus grand chantier mis en œuvre au Québec depuis la Révolution tranquille. Québec solidaire propose d’investir 13,3 milliards $ dans les infrastructures, soit 5,7 milliards $ déjà prévu dans le plan québécois des infrastructures et 7,6 milliards dans de nouvelles infrastructures. Pour permettre le tournant de la population vers l’utilisation du transport collectif et le rendre plus abordable, Québec solidaire propose de diminuer de moitié le prix du transport collectif dans un premier mandat vers une gratuité totale dans les dix ans qui suivent. Cette transformation du transport des personnes s’inscrit dans l’objectif global de diminution des GES de 48% en 2030 et de 95% en 2050 et ce, par rapport au niveau de 1990.

Cette partie du plan de transition propose que le Québec s’oriente vers un parc automobile entièrement électrique et, que pour ce faire, il prenne des mesures pour encourager l’achat de véhicules électriques. Cet objectif s’inscrit dans un calendrier précis : 2030, obligation de vendre des véhicules hybrides ou électriques ; 2040, obligation de vendre des véhicules électriques ; 2050, disparition des véhicules à essence des routes du Québec.

Ces propositions du plan de transition s’inscrivent dans le cadre de la bataille menée par les mouvements environnementalistes et citoyens contre l’exploitation des gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent et contre la construction du pipeline Energie Est. Ces propositions du Plan de transition économique de Québec solidaire reflètent l’accumulation des mouvements de résistance sur le terrain de l’environnement et sur l’importance de la lutte qui est devant nous. Les conditions de sa mise en œuvre et l’opposition active de la classe dominante qu’il faudra affronter ne sont pas encore bien définies dans les propositions rendues publiques jusqu’ici, mais l’établissement de propositions concrètes permettra d’éclaircir les perspectives dans le cours de la lutte pour la réalisation de ces revendications et d’éclairer les stratégies qui devront être mises de l’avant pour permettre leur mise en oeuvre.

Inscrire la campagne de Québec solidaire dans le sillage des mobilisations populaires

Québec solidaire en permettant que soient discutées largement dans la population ces perspectives peut susciter un élan pour dépasser la paralysie imposée par les vieux partis sur les nécessités de la transition écologique. L’apport de Québec solidaire à ce combat doit pouvoir s’exprimer par un large soutien électoral. C’est à cette tâche que les équipes électorales des candidat-e-s sur le terrain se dévouent avec une détermination vraiment inspirante.

Avec ces sorties importantes sur le cadre financier et sur le plan de transition, Québec solidaire a réussi à apparaître comme une véritable alternative aux positions présentées par le PLQ, la CAQ ou le PQ. Ces prises de position ont permis de préciser la réalité du projet de société que défend Québec solidaire. Les propositions de Québec solidaire pourront ainsi clairement apparaître, particulièrement pour les secteurs qui vont y reconnaître l’écho de leurs luttes pour la justice sociale et la défense de l’environnement comme un véritable débouché politique. Faire le plein, au niveau électoral de ces secteurs, c’est le défi auquel doit faire face le Québec solidaire pour connaître une avancée significative non seulement sur la scène électorale, mais au niveau d’un enracinement véritable dans ces secteurs de la classe populaire. C’est par là que Québec solidaire jettera les bases solides permettant de contribuer à faire de la majorité sociale (l’ensemble des classes ouvrières et populaires) une véritable majorité politique.

Bernard Rioux

Militant socialiste depuis le début des années 70, il a été impliqué dans le processus d’unification de la gauche politique. Il a participé à la fondation du Parti de la démocratie socialiste et à celle de l’Union des Forces progressistes. Militant de Québec solidaire, il participe au collectif de Gauche socialiste où il a été longtemps responsable de son site, lagauche.com (maintenant la gauche.ca). Il est un membre fondateur de Presse-toi à gauche.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections 2018

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...