Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Logements

Des résident(e)s de Parc-Extension et des militant(e)s pour le droit au logement aux mains du Groupe BSR pour lutter contre la gentrification

Plus de 60 personnes se sont rassemblées en face du métro Parc cet après-midi (jeudi, Note de la rédaction) pour manifester contre la spéculation immobilière et la gentrification. L’action avait pour but de rassembler des membres de Parc-Ex contre la gentrification, du POPIR, du Comité B.A.I.L.S., du Comité d’Action de Parc-Extension, du Comité Logement de Rosemont et du Comité logement du Plateau Mont-Royal pour maintenir la pression sur les développeurs immobiliers et envoyer un message clair que le développement de condos et d’appartements luxueux ne sont pas les bienvenus dans leur quartier.

Des membres de la communauté sont ensuite allé(e)s au bureau du Groupe BSR - la compagnie de développement immobilier qui est derrière le redéveloppement de la Plaza Hutchison - pour remettre une lettre et perturber leur journée de travail. Pendant les trente dernières années, la Plaza Hutchison a servi de lieu de rencontres pour Parc-Extension, abritant des groupes communautaires, des associations culturelles, des écoles de langue, des lieux de culte et des petits commerces locaux. Depuis que le Groupe BSR a acheté l’immeuble, ils ont intimidé, menacé et évincé les locataires l’un après l’autre. Les membres de la communauté espéraient apporter leurs revendications à l’attention du propriétaire - notamment que les locataires puissent revenir dans leurs locaux et que l’immeuble soit remis dans les mains de la communauté.

Aussitôt entré(e)s dans les bureaux, les manifestant(e)s se sont fait donner des coups de pieds à plusieurs reprises et ont été frappé(e)s au visage par Ron Basal et des employé(e)s du Groupe BSR. Des personnes ont été étranglées et plusieurs se sont fait arracher et briser leurs lunettes. Des employé(e)s ont fait des menaces de mort et plusieurs femmes ont subi du harcèlement sexuel quand un membre du Groupe BSR a menacé de se déculotter devant elles. Quand les manifestant(e)s ont essayé de quitter l’immeuble, les employé(e)s du Groupe BSR ont fait arrêter les ascenseurs, ont physiquement bloqué les escaliers, ont séquestré les gens sur l’étage et ont essayé de lancer une personnes dans la cage d’escaliers d’urgence.

Les membres de la communauté et les manifestant(e)s ont visité des bureaux de développeurs immobilier auparavant, pour apporter des revendications pour le droit au logement et pour s’opposer à la gentrification. Personne ne se souvient d’avoir rencontré autant de violence. Bien que secoué(e)s, les participant(e)s demeurent inébranlables dans leur détermination à perturber le business as usual, de confronter les projets gentrificateurs où qu’ils se trouvent et de combattre la destruction de leurs quartiers.

- 30-

Source :

Parc-Ex Contre la Gentrification

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Logements

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...