Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Des travaux bénévoles qui entraînent des coûts imprévus - La FPSS-CSQ invite le gouvernement à assumer ses responsabilités

MONTRÉAL, le 29 mars 2018 - « En permettant que soient effectués bénévolement des travaux de peinture, de sablage, de vernissage, de pose de gypse, de portes et de fenêtres dans les écoles, le gouvernement s’est soustrait à ses responsabilités. Malheureusement, ce sont les commissions scolaires qui risquent de devoir en subir les conséquences en payant pour des travaux mal effectués, comme c’est actuellement le cas à la Commission scolaire des Hautes-Rivières. »

La vice-présidente de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ), Mélanie Renaud, estime que d’autres commissions scolaires risquent de se retrouver tôt ou tard avec de telles dépenses imprévues si le gouvernement n’encadre pas sans tarder l’exécution de tels travaux bénévoles.

« S’il faut faire deux fois les mêmes travaux, on va vite découvrir que le bénévolat, ça coûte cher. Le Conseil des commissaires de la Commission scolaire des Hautes-Rivières vient d’ailleurs de le découvrir à ses dépens. Il a d’ailleurs adopté des règles d’encadrement pour éviter que les travaux bénévoles génèrent plus de coûts que de bénéfices », explique Mélanie Renaud.

Des problèmes pour les commissions scolaires

Cette dernière déplore que les modifications apportées par la ministre Dominique Vien au règlement sur les travaux bénévoles de construction n’ont pas réglé les problèmes rencontrés sur le terrain.

« Rien n’est réglé au niveau des commissions scolaires. Tant et aussi longtemps que la ministre n’encadrera pas clairement ces travaux, le problème va demeurer entier », déplore la vice-présidente de la FPSS-CSQ.

Des coûts supplémentaires évitables

Mélanie Renaud rappelle que son organisation syndicale avait déjà exprimé publiquement ses craintes que les travaux bénévoles mal effectués n’engendrent des coûts supplémentaires pour les commissions scolaires. « C’est ce qui semble commencer à se produire. En l’absence d’obligation contractuelle, les commissions scolaires n’ont aucune garantie que les travaux seront réalisés dans les règles de l’art et aucun recours advenant des vices cachés. Dans un tel cas, à qui incombera la responsabilité si les travaux ne sont pas effectués comme il se doit ? », questionne la leader syndicale.

Elle dénonce également le fait que, s’il faut reprendre certains travaux, cette situation risque d’avoir des conséquences également pour les élèves qui fréquentent les écoles. « En se déchargeant de ces responsabilités sur le dos des commissions scolaires, le gouvernement leur a également transféré des risques financiers supplémentaires sans pratiquement aucun recours juridique advenant des travaux bénévoles qui causent des problèmes », explique Mélanie Renaud.

Appel à la prudence

La présidente de la FPSS-CSQ invite donc les commissions scolaires du Québec à se montrer prudentes avant d’ouvrir grande la porte aux travaux bénévoles. « J’appelle également le gouvernement à assumer pleinement ses responsabilités en rétablissant le financement de notre système public d’éducation pour assurer une éducation de qualité à nos jeunes dans des établissements sécuritaires et propices à leur formation et à leur développement. Nous ne sommes pas contre les travaux bénévoles dans les écoles, mais ils doivent être encadrés », conclut Mélanie Renaud.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...