Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de Pierre Beaudet

Des urnes et de la rue

Un des traits originaux de Québec Solidaire depuis le début a toujours été le souci de se tenir proche des luttes populaires. Il y avait cependant un peu de réticences dans les premières années, de peur d’avoir l’air de « gérants d’estrade », comme certains militants de gauche le faisaient dans les années 1970-80. Mais ne pas être gérant d’estrade, cela ne veut pas dire de rester passif et d’attendre d’être convoqués comme des enfants à l’école. Et cela ne veut pas dire non plus que les mouvements directement concernés aient toujours l’heure juste. Ils ne sont pas non plus « propriétaires » des luttes et s’ils se pensent comme cela, c’est qu’ils sont encore enfoncés dans des traditions hiérarchiques. Donc, autrement dit, un mouvement politique peut prendre des initiatives. Il peut aussi exprimer son opinion. En réalité, les « territoires » des partis de gauche et des mouvements populaires ne devraient pas être étanches les uns aux autres. Et la réciproque est également de mise. Les mouvements populaires peuvent (et j’oserais dire, doivent) interpeller la gauche politique, faire des suggestions, voire, des critiques, quand le moment est approprié.

Je suis encouragé de voir des associations locales comme la mienne dans Crémazie s’impliquer avec les groupes populaires et les syndicats, consulter et s’informer, et puis en fin de compte participer à des luttes. Il n’y a rien d’électoraliste ni de paternaliste dans cela.

J’ai trouvé par contre la réaction de QS à la « crise » des réfugiés haïtiens trop crispée. J’aurais aimé voir de grandes bannières et des manifestations publiques, « bienvenue au Québec » ! Je comprends qu’il y avait des risques à faire cela, mais parfois, il faut les prendre et éventuellement, accepter les coups qui vont venir avec. Les tergiversations d’une certaine droite nationaliste à l’effet que le Québec ne peut pas « recevoir toutes les misères du monde » sont en fin de compte une posture anti humaniste et dans certains cas, pire que cela encore.

On le sait très bien que cette crise a été dans une large mesure « fabriquée » par Trump. Et plus encore, par l’odieux traitement imposé à Haïti, y compris par le Canada, depuis des décennies. On le sait très bien qu’il y en a qui font du millage avec une pseudo « ouverture » pour faire apparaître le PQ comme une bande de nationalistes étroits. On sait tout cela. Mais cela n’a rien à voir avec les pauvres gens qui arrivent à la frontière. Ils sont vulnérables et sans défense et il faut les aider. Point à la ligne.

QS a raté une occasion d’envoyer un message. Cette nécessaire solidarité reflète en fin de compte les mêmes principes qui nous font nous tenir debout avec les mal-pris et les déclassés, sans exception et sans excuse.

La bonne nouvelle en tout cas est que QS reçoit un pourcentage croissant d’intentions de votes, ce qui permet de rêver à augmenter sensiblement la représentation à l’Assemblée nationale. Cela fera autant de voix fortes et claires pour appuyer les luttes du peuple. C’est à cause des luttes du peuple qu’il sera possible, éventuellement, de changer le système pourri qui a l’audace de s’appeler démocratique. Il faudra beaucoup d’efforts et de résistances, bien au-delà des élu-es qui seront à l’Assemblée nationale. C’est pour cela qu’il faut rester très proche de la « rue »…

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...