Édition du 18 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Des victoires démocrates peu médiatisées pourraient changer le visage des droits de vote à travers le pays

En Arizona, la courte victoire de Mme Kyrsten Sinema au Sénat américain a reçu son lot d’attention, mais celle encore plus courte de Mme Katie Hobbs, validée tard samedi dernier, peut représenter plus pour le futur de cet État qui peut changer de camp à chaque élection et pour les droits de vote à travers le pays.

Ari Berman, Mother Jones, 20 novembre 2018
Traduction, Alexandra Cyr

Mme Hobbs, une Démocrate, sera la première Secrétaire d’État de l’Arizona de cette allégeance depuis 1995. Ce poste qui vient tout de suite après celui de Gouverneur.e dans la chaine du pouvoir est réputé être un tremplin pour gagner le gouvernorat. 4 des 9 derniers gouverneurs de cet État ont d’abord été Secrétaire d’État, selon le Phoenix New Times. Mais ce qui est plus important, c’est que Mme Hobbs a fait campagne pour l’extension des droits de vote et c’est elle qui va maintenant superviser les élections dans l’état. Elle est donc en position de modifier l’électorat en améliorant l’accès au vote des minorités, des jeunes et des personnes à faible revenu.

Elle est une des 3 démocrates, dans le pays, qui ont gagné le poste de Secrétaire d’État antérieurement détenu par des Républicains.es. Ses collègues sont au Michigan et au Colorado. On a fait peu de cas de ces victoires contrairement à celles acquises ou conservées au Congrès et pour les postes de gouverneurs.es. Mais ces fonctionnaires ont maintenant le pouvoir de mettre en place les lois de leurs états pour l’élection de 2020. Il leur faudra lutter pour ces lois et pour imposer les pratiques qui vont rendre l’exercice du vote plus facile dans ces états si importants car appelés à changer de camp.

Mme Hobbs, une travailleuse sociale, a été la leader de la minorité au Sénat de l’État. Elle tirait légèrement de l’arrière dans sa lutte contre le Républicain Steve Gaynor le 6 novembre mais elle a pris les devants quand presque tous les 18,000 votes envoyés par la poste ont été comptés. L’opinion des deux candidats sur le droit de vote est singulièrement différente. Mme Hobbs s’est faite l’avocate d’un projet de loi visant à mettre en place un système d’enregistrement automatique (sur les listes électorales). Elle voulait aussi étendre le nombre de bureaux de vote et rendre plus facile le vote par la poste. Elle a déclaré que le droit de vote était : « sous attaque de la part des Républicains.es qui tentaient d’empêcher les membres des minorités, les jeunes et les pauvres d’aller voter ». Elle s’est engagée à faire : « tout ce que son pouvoir lui donnerait pour protéger le droit de vote de chaque citoyen.ne et de restaurer l’autorité de son bureau pour que les Arizoniens.nes gardent confiance dans leur système électoral ».

Son opposant, un riche homme d’affaire conservateur, se décrit sur son site web comme une personne « en faveur de D. Trump, du 2ième amendement (sur le droit de porter des armes), de la sécurité aux frontières et pour le respect de la vie ». M. Gaynor a vigoureusement plaidé pour plus de restrictions au droit de vote. Il voulait mettre fin aux bulletins en Espagnol, (ce qui viole le Voting Right Act), au vote par la poste que 75% des électeurs.trices de cet état utilisent. Il a aussi plaidé pour le renversement de la loi nationale sur le droit de vote de 1993 et il a faussement invoqué qu’ : « il y a environ 10,000 électeurs.trices dans notre état qui sont sans papiers ». (Il n’y a eu que 30 cas de fraude électorale qui aient été soumis au bureau du ministre de la justice de l’état entre 2008 et 2017, selon le Arizona Republic).

L’Arizona a fait face à une série de problèmes électoraux pendant le règne républicain. La prédécesseure de Mme Hobbs, Mme Michele Reagan, a été poursuivie par l’American Civil Liberties Union pour avoir retiré des électeurs.trices des listes électorales sans raison légale et pour avoir violé une loi de l’État en n’envoyant pas de dépliants explicatifs à 200.000 électeurs.trices en 2016. Cette année là, sous son autorité, l’attente pour voter aux primaires de l’élection présidentielle dans le comté de Maricopa était de 5 heures parce que 70% des bureaux de vote avaient été éliminés. Un groupe d’appui au vote, iVote, a été créé en 2014 pour soutenir l’élection de Secrétaires d’État démocrates qui soutiennent le droit de vote. Sa Présidente, Mme Elle-Kurz déclare que : « Mme Hobbs va faire tout ce qu’elle pourra pour s’assurer que chacun.e pourra participer aux élections. Ça n’est pas arrivé dans ce bureau dans le passé. Il n’y a pas eu de Démocrates pour tenter de faire augmenter la participation au vote ».

L’élection de 2018 est exemplaire. Elle met en évidence la manière dont les Secrétaires d’État républicains.rs se sont servi de leur position pour restreindre le vote. En Georgie, Brian Kemp, Secrétaire d’État républicain, a mis en place une série de politiques suppressives (de votes) alors qu’il supervisait l’élection et qu’en même temps il était candidat au poste de gouverneur. Ce qui fait dire à son opposante démocrate, Mme Stacey Abrams : « c’est ce qui lui a permis de faire pencher le jeu en sa faveur ». Cela comporte des opérations de suppressions majeures dans les listes, de mise en attente de dizaines de milliers d’enregistrements et d’avis envoyés aux comtés sur la manière de fermer des centaines de bureaux de vote. Mme Abrams a concédé la victoire très serrée de son opposant vendredi dernier.

Même si les Secrétaires d’État ne déterminent pas les lois électorales, ils et elles sont responsables de leurs règles d’application à titre de premiers.ères représentants.es officiels.les de l’État (dans cette opération). Leur responsabilité porte sur la façon de maintenir les listes électorales, du lieu où les bureaux de vote seront placés et comment les machines à voter sont sécurisées.

Les Démocrates ont perdu leurs élections aux postes de Secrétaire d’État en Iowa, en Ohio et au Nevada. Ils sont toujours occupés par des Républicains. Mais d’avoir gagné en Arizona, au Colorado et au Michigan leur donne la possibilité de protéger les droits de vote et augmentent les chances du Parti de gagner dans d’autres États et dans les élections nationales à venir.

Mme Kurz souligne que : « Nous sommes maintenant aux commandes dans 3 États où il n’y aura plus de suppression de vote comme nous l’avons vu en Georgie sous la férule de B.Kemp. Nous sommes de plus en plus conscients de l’importance de ces postes : c’est l’outil pour augmenter ou bloquer les votes ».

Deux élues démocrates ont écrit un livre intitulé : State Secretaries of State : Guardians of the Democratic Process. Mme Jena Griswold, 33 ans, a été élue au Colorado. Elle est avocate et a travaillé pour le Président Obama et pour le Gouverneur John Hickenlooper. Jocelyne Benson, élue au Michigan est une experte des lois électorales qui est devenue la plus jeune femme à jamais être diplômée d’une faculté de droit.

La victoire de Mme Benson est particulièrement exemplaire. Au Michigan, les électeurs.trices ont adopté par référendum le jour de l’élection, une proposition qui rend automatique les inscriptions sur la liste électorale le jour du scrutin et des délimitations de circonscriptions non partisanes (dites Gerrymandering. N.d.t.). C’est elle maintenant qui devra appliquer ces règles. Elle m’a déclaré en octobre : « Cette élection au Michigan est une de celles qui vont définir la démocratie dans notre État pour les année à venir ».

Contrairement aux efforts très répandus des Républicains.es pour empêcher le vote, dans une demi-douzaine d’États l’électorat a approuvé ce mois-ci, des propositions qui le facilite. Ces initiatives avec les gains démocrates dans les États, pourraient rendre l’allure de l’exercice du droit de vote bien différente lors de l’élection présidentielle de 2020.

Une élection au Secrétariat d’État reste à décider : celle de Georgie. Elle est importante parce que c’est dans cet État que le pire de la suppression de vote s’est exercé cette année. Le candidat démocrate, John Barrow, le seul démocrate du sud profond élu à la Chambre des représentants qui a perdu son siège en 2014, s’oppose maintenant à B. Kemp, l’actuel Secrétaire d’État de cet État, pour ce poste. Le 6 novembre il n’avait que 19,000 votes de moins que M. Kemp. Une reprise de l’élection aura donc lieu le 5 décembre. M. Barrow aura pour adversaire, le représentant républicain au parlement de l’État, M. Brad Raffensperger. Le vote par anticipation a lieu la semaine prochaine.

M. Barrow a critiqué la politique de restriction des inscriptions sur la liste électorale la qualifiant de « complètement illégale ». Dans l’Atlanta Journal-Constitution, il a écrit lundi : « Tout ce que nous faisons pour rendre la chose plus compliquée que nécessaire pour s’inscrire sur les listes, s’y maintenir, ou pour miner le droit de vote des honnêtes citoyens.nes » est illégal. Il s’est aussi fermement opposé à la méthode de fixation des limites des circonscriptions électorales après que les Républicains.es de l’état aient redessiné les limites de sa propre circonscription dans l’espoir de battre sa candidature au Congrès.

Mais, il y a une dure côte à remonter devant l’avance prise par M. Raffensperger le jour de l’élection. Le 2ième tour de l’élection n’a lieu que grâce aux 2% des votes obtenus par un candidat libertarien. Autrement M. Raffensberger aurait obtenu la majorité des voix. (Par la suite, le candidat libertarien s’est rangé du côté de M. Barrow). Les Démocrates espèrent mobiliser suffisamment leur base pour que M. Barrow gagne le 4 décembre. Lors de son discours de défaite, Mme Abrams a aussi apporté son soutient à M. Barrow et a déclaré qu’elle allait travailler à sa victoire.

Dans L’Atlanta Journal-Constitution M.Barrow a écrit : « Pendant des années la plupart des gens sont restés indifférents à l’égard de ces postes de Secrétaires d’État. Mais, le 6 novembre, nous avons tous et toutes reçu une leçon civique quant à l’importance de ces postes ».

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...