Édition du 24 avril 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Désert d’Arizona : bidons d’eau retirés pour les migrants, humanitaires poursuivis pour crime fédéral

Alors qu’en France les forces de l’ordre ont été accusées de lacérer et asperger de gaz lacrymogène les sacs de couchage des migrants pour éviter la formation de camps, aux États-Unis, un cap dans l’ignoble a été franchi. Un rapport du groupe humanitaire No More Deaths accuse les gardes-frontières de retirer les bidons d’eau laissés aux migrants dans le désert par les membres du groupe confessionnel. Huit activistes de ce réseau venant en aide aux migrants sont poursuivis par les autorités.

Tiré de Rapports de force.

Une plainte a été déposée jeudi 18 janvier contre Scott Warren, un des organisateurs du groupe confessionnel d’aide aux migrants No More Deaths. Il est accusé d’avoir introduit et hébergé des sans-papiers dans l’Arizona. La veille, il avait reçu la visite de la police des frontières à son domicile où il a été trouvé en compagnie de deux immigrés. Au total, huit humanitaires du groupe sont poursuivis pour des crimes et délits fédéraux.

Cette plainte intervient quelques heures après la publication d’un rapport, édité conjointement par No More Deaths et la Coalition de Derechos Humanos, accusant les gardes-frontières américains d’enlever systématiquement les bidons d’eau laissés dans le désert par les humanitaires. Le document rapporte que les agents détruisent les fournitures laissées dans le désert d’Arizona, condamnant les gens à mourir de soif. Une pratique qui n’est pas un comportement déviant de quelques agents des patrouilles frontalières, mais une méthode faisant système dans les régions frontalières, selon les soutiens aux migrants. Des accusations rejetées par Steve Passament, le porte-parole des patrouilles frontalières du secteur de Tucso dans l’Arizona.

Le désert d’Arizona est un cimetière pour les migrants

Selon une étude parue dans USA Today, au moins 7209 personnes ont perdu la vie dans le passage de la frontière mexicaine ces vingt dernières années. Prêt de la moitié d’entre elles sont mortes dans le désert. Une route de plus en plus empruntée avec le durcissement des politiques migratoires aux États-Unis. « La militarisation de la frontière poussant les migrants à emprunter ce chemin périlleux date de l’époque du président Bill Clinton. Elle a été poursuivie par toutes les administrations depuis », affirme Caitlin Deighan, une porte-parole de No More Deaths.

Ces pratiques inhumaines à la frontière mexicaine font échos aux politiques migratoires et aux pratiques policières à l’égard des migrants en Europe et en France. La criminalisation des soutiens aux réfugiés y est également de mise. L’arrestation pour la neuvième fois de Cédric Herrou la semaine dernière en est une illustration. Tout comme les menaces d’Emmanuel Macron, lors de sa visite à Calais, de poursuivre en diffamation ceux qui accuseraient les forces de police sans preuve. Un avertissement visant les associations de soutiens aux migrants qui dénoncent depuis des mois la politique mise en place par le gouvernement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...