Édition du 23 mai 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Écarts salariaux : les femmes vivent une double discrimination (IRIS)

MONTRÉAL, le 20 avril 2017 - Non seulement les femmes ne sont pas aussi bien payées que les hommes, peu importe les choix de carrière ou de domaine d’étude, mais elles doivent également prendre en charge davantage de tâches domestiques. Cela les désavantage sur le marché du travail, limitant ainsi leur possibilité d’accéder aux mêmes trajectoires que les hommes. C’est ce que démontre la dernière note de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS).

« Globalement, en 2016, les femmes ont gagné 79,1% du salaire hebdomadaire des Québécois masculins et 88,5% de leur rémunération horaire. Si la tendance s’est améliorée depuis 1997, les gains des femmes demeurent bien en deçà de ceux des hommes. À la lumière de ces ratios, même lorsque les différences d’horaires sont prises en compte, il reste 10 % qui ne peut être attribué au simple fait de travailler moins d’heures », affirme Marie-Pier Roberge, chercheure à l’IRIS et auteure de la note.

Peut-on alors expliquer ces inégalités par une simple question de choix individuels chez les femmes ? « Même quand on observe des trajectoires égales en termes de domaines d’étude, niveaux de compétence ou secteurs d’industrie, l’écart entre les hommes et les femmes est toujours présent. Par exemple, un écart persiste entre les hommes et les femmes ayant atteint le même niveau de scolarité, allant de 16,0% pour les personnes qui détiennent un diplôme universitaire à 27,1% pour celles sans diplôme d’études secondaires. Parmi les diplômé·e·s d’un baccalauréat, les femmes reçoivent en moyenne un salaire plus faible dans 9 des 10 domaines d’études. Les écarts les plus sévères sont observés dans les domaines les plus payants comme les sciences de la santé et le droit, où les femmes gagnent respectivement 82% et 77% du salaire des hommes.

De plus, les femmes reçoivent également un salaire plus faible même si elles occupent des positions similaires sur le marché du travail. Selon le niveau de compétence, l’écart de salaire entre les hommes et les femmes varie entre 11,2% pour des compétences professionnelles et 19,1% pour des compétences élémentaires. Toutes tailles d’entreprises confondues, les femmes gagnent un salaire plus faible mais celles de moins de 20 employé·e·s présentent les moins bons résultats avec un écart de 15,5% », calcule la chercheure.

« Non seulement la société ne valorise pas autant le travail rémunéré des femmes par rapport à celui de leurs homologues masculins en payant moins celles-ci, mais elle ne reconnaît pas non plus l’apport majoritairement féminin lié au travail à la maison, comme le soin des proches ou les tâches domestiques. Ce travail productif, mais non-rémunéré, est encore largement pris en charge par les femmes, ce qui limite leur capacité même à entreprendre une trajectoire équivalente à celles des hommes. Bref, les femmes ne gagnent pas moins parce qu’elles font des choix différents, mais plutôt parce qu’elles vivent avec des pressions systémiques auxquelles échappent la plupart des hommes », conclut Marie-Pier Roberge.

Salaires inégaux, à qui la faute ? est disponible gratuitement sur www.iris-recherche.qc.ca.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...