Édition du 24 avril 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

LGBT

Egypte : la répression s’abat sur la communauté homosexuelle

Dimanche, un tribunal du Caire a condamné 14 hommes, supposés gays, à trois ans d’emprisonnement pour pratique de relations sexuelles « anormales ». Les rafles se sont multipliées ces dernières semaines à l’issue d’un concert du groupe libanais Mashrou’ Leila.

Tiré de Humanite.fr

Les changements à la tête de l’Egypte, Moubarak auparavant, Morsi ensuite et maintenant Sissi, n’affectent pas la répression contre l’homosexualité. Fin septembre et début octobre, plusieurs vagues d’arrestations ont eu lieu. « C’est la pire vague de répression basée sur une supposée orientation sexuelle depuis l’arrestation de cinquante-deux personnes à la suite d’un raid de police dans un night club en 2001 », rappelle Amnesty International. Particulièrement visées, les personne ayant participé au concert du groupe libanais Mashrou’ Leila, au Caire (dont les chanteurs se revendiquent publiquement homosexuels et sont interdits de scène en Jordanie), et qui ont brandi des drapeaux arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBTQ (lesbienne, gay, bi, trans et queers).

Si la loi égyptienne n’interdit pas l’homosexualité en tant que telle, les tribunaux utilisent néanmoins les incriminations de « débauche » ou de « prostitution » pour condamner les relations entre personnes de même sexe, essentiellement les hommes. Au début du mois, Amnesty avait condamné une proposition de loi criminalisant l’homosexualité comme étant « profondément discriminatoire », la qualifiant de « revers pour les droits de l’Homme ». Plusieurs députés avaient proposé, en octobre, un texte prévoyant des peines d’un à cinq ans (en cas de récidive) d’emprisonnement contre les personnes de même sexe ayant eu des relations sexuelles, dans les lieux publics comme privés.

« Examens anaux sur au moins cinq des personnes arrêtées »

L’organisation s’inquiète également des « examens médicaux » pratiqués sur les personnes appréhendées. « L’autorité médico-légale a mené des examens anaux sur au moins cinq des personnes arrêtées », assure Amnesty, pour qui cet examen ne repose « sur aucune base scientifique et (…) ne peut être justifié sous aucune circonstance ».

On est là en plein Moyen-Age puisque les autorités prétendent déceler les « déviances » à des signes exacerbés contraire au genre de la naissance ! Gare à la démarche un peu chaloupée ou au port de bijoux trop féminins pour les hommes. Attention à une attitude par trop masculine pour les femmes. Les gardiens des (« bonnes et normales ») moeurs veillent.

Dimanche, un tribunal du Caire a condamné 14 hommes supposés homosexuels à trois ans d’emprisonnement pour pratique de relations sexuelles « anormales ». Le tribunal a autorisé leur libération contre le paiement d’une caution de 5 000 livres égyptiennes (environ 230 euros) en attendant le procès en appel. Trois autres accusés n’ont pas été jugés pour des raisons de procédure. Leur procès a été reporté à une date non déterminée.

La présidence et le gouvernement ne se sont pas prononcés publiquement sur le sujet. Pourtant, on voit mal les forces de sécurité intervenir de cette manière sans l’aval des plus hautes instances de l’Etat. Selon certains observateurs égyptiens, cette répression qui rencontre l’assentiment d’une bonne partie de la population, conservatrice, viserait à gagner en popularité à l’heure où l’économie est en faillite, la pauvreté et le chômage en augmentation. Sans parler de la violence et de l’insécurité que le pouvoir ne parvient pas à juguler, comme l’a montré le sanglant attentat perpétré vendredi contre une mosquée dans le Sinaï.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : LGBT

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...