Édition du 15 mai 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

En Chine, le PM québécois oublie les droits de l’Homme

La complaisance du premier ministre québécois Philippe Couillard face au non-respect des droits de l’Homme par le gouvernement chinois est une chose dangereuse.

Le fait que Philippe Couillard, lors de sa visite en Chine en fin janvier n’a pas demandé aux gouvernants du pays de respecter les droits de l’Homme s’ils veulent faire du commerce avec le Québec trahit les valeurs québécoises. Cette mission commerciale était censée être aussi culturelle. Elle aurait donc dû, au départ, inclure un volet concernant le respect des droits de l’Homme par les Québécois et comment ils sont une valeur essentielle pour eux. Le gouvernement québécois s’est d’ailleurs plusieurs fois dans le passé engagé à respecter ces valeurs universelles.

La situation est d’autant plus grave que le gouvernement chinois viole systématiquement les droits de l’Homme selon des pays et organismes internationaux. L’Union européenne a récemment affirmé que cette situation c’était détérioration en Chine en 2017. C’est aussi le pays qui exécute le plus de condamnés au monde entier. Le rapport mondial 2018 de Human Rights Watch (HRW) affirme que le président chinois Xi Jinping continue sous son présent mandat les importantes attaques à ces droits qu’il a commencées dans son premier mandat. Son offensive contre les droits de l’Homme a commencé il y a cinq ans dès qu’il a pris le pouvoir. L’organisme remarque qu’il n’a montré aucun signe de diminution dans l’intensité de ses actions en ce sens pendant 2017. La mort du Lauréat du prix Nobel de la Paix, Liu Xiaobo, interdit de sortir du pays et sous la garde du gouvernement chinois dans un hôpital incapable de fournir les soins nécessaires à sa survie est un exemple éloquent de cette situation. HRW a aussi constaté que 20 ans après que la ville de Hong-kong ait été retournée à la Chine, soit en 1997, les libertés civiques y diminuent. Le gouvernement chinois a de plus mis en place une des censures Internet les plus strictes dans le monde. Il renforce aussi le contrôle idéologique de sa population. Les médias de masse et l’éducation sont instrumentalisés pour faire passer la propagande d’État. Pendant ce temps, les moines tibétains continuent à s’immoler parce que le monde regarde à côté pendant que les Chinois continuent de coloniser de force leur pays. En 2017, quatre autres moines se sont donné la mort de la sorte. Le gouvernement de chinois, qui avait pourtant un assez bon dossier quand à l’égalité des sexes, devient même de plus en plus hostile à l’activisme au sujet des droits des femmes. Beijing a aussi intensifié en 2017 sa campagne pour retourner de force les réfugiés nord-coréens.

Cette situation est d’autant plus grave que la Chine ne cache plus qu’elle veut devenir la prochaine superpuissance mondiale. Elle a déjà les moyens financiers de le faire et se donne actuellement les possibilités militaires pour assurer ses prises de position. Les gouvernements qui n’établissent pas clairement le respect des droits de l’Homme comme la base sur laquelle se font leur commerce, mettent donc les droits de leur propre population en danger de deux manières. En premier, c’est un danger économique à court terme. Les travailleurs de pays qui respectent ces droits sont désavantagés au niveau de la compétition des exportations de nations qui sont prêtes à les violer pour faire baisser leurs coûts de production. Le deuxième danger est possiblement plus important et à long terme. Si toutes les nations faisaient comme le Québec, le respect des droits de l’Homme risquerait de diminuer à la grandeur de la planète. Ne pas demander que des partenaires commerciaux respectent les droits fondamentaux qu’ont tous les citoyens du monde équivaut à valider des comportements inhumains qui pourraient devenir une norme mondiale si on n’y prend pas garde.

Les chefs des états occidentaux qui tentent d’établir des relations avec la Chine sans demander qu’elle respecte ces droits universels scient littéralement la branche sur laquelle ils sont assis. En ce sens, cette complaisance du premier ministre québécois face à ces actions contre les droits de l’Homme est un symptôme d’une vision à courte vue. Le gouvernement libéral est prêt à sacrifier à ses visées politiques des valeurs qui sont fondamentales au niveau mondial. Il n’y a donc aucune garantie que la supposée quarantaine d’ententes d’une valeur de 262 millions de dollars qu’auraient signées des entreprises québécoises et chinoises pendant cette tournée en Chine respectent les droits internationaux les plus élémentaires.

Michel Gourd

Michel Gourd

Résident de L’Ascension de Matapédia.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...