Édition du 18 septembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

En Ouganda, le vieux président face au “président du ghetto”

Placé en détention, le chanteur de reggae et député Bobi Wine a été inculpé jeudi 23 août pour trahison. Âgé de 36 ans, ce porte-parole de la jeunesse ougandaise est devenu la bête noire du président Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 33 ans. Portrait.

Tiré de Courrier international.

Robert Kyagulanyi ne se souvient pas du jour où Yoweri Museveni a pour la première fois pris ses fonctions de président de l’Ouganda. C’était il y a trente-trois ans. Il n’avait que 3 ans.

Depuis, Museveni a eu droit à quatre autres cérémonies d’investiture, la plus récente remontant à 2016. Kyagulanyi, lui, a grandi. Plus connu sous son nom de scène Bobi Wine, il est aujourd’hui devenu la bête noire d’un président qui n’a pas l’intention de lâcher le pouvoir.

Une situation parfaitement inconcevable il y a encore deux ans. Certes, Bobi Wine était déjà un musicien reggae incroyablement populaire qui s’était baptisé “le président du ghetto” en référence à son enfance dans un des bidonvilles les plus misérables de la capitale, Kampala. Mais il était alors plus réputé pour ses paroles affûtées et ses rivalités avec d’autres musiciens que pour ses positions politiques.

“Pourquoi tu ne t’inspires pas de Mandela”

En y regardant d’un peu plus près toutefois, on peut lire dans ses chansons les germes de la tempête politique qu’il allait provoquer quelques années plus tard. En 2016, alors que la plupart de ses confrères avaient été recrutés pour chanter les louanges du candidat Museveni, Bobi Wine avait sorti Dembe, un titre s’attaquant directement au président :

Lwaki temulabira ku Mandela (Pourquoi tu ne t’inspires pas de Mandela)

Yafuga kimu n’ata bendera (Il a gouverné un certain temps et a laissé la place)

Abakulembeze okulwa mu ntebe (Les dirigeants qui restent trop longtemps au pouvoir)

Ky’ekireetera Uganda okufuuka eddebe (Voilà ce qui met l’Ouganda en colère)

En avril de cette année-là, Wine décide d’entrer sérieusement en politique. Il coupe ses dreadlocks, s’achète quelques costumes bien taillés et se porte candidat au poste de député de Kyaddondo-Est, une circonscription de Kampala. Candidat indépendant, il n’a pas de mal à battre ses rivaux du Mouvement national de résistance (MNR), le parti au pouvoir, et du Forum pour le changement démocratique, le principal parti d’opposition.

Une jeune génération très réceptive

“Contrairement aux autres musiciens qui parlent surtout de filles, sa musique comportait des messages politiques. Une fois qu’il a porté ses messages non plus dans des concerts mais dans des rassemblements politiques, un nouvel homme politique est apparu sur scène”, explique le journaliste Sadab Kitatta, qui a suivi l’ascension de Wine.

La victoire du musicien a surpris la classe politique ougandaise, mais elle n’a semblé qu’un incident isolé. Erreur. Depuis son élection, les candidats soutenus par Bobi Wine – tous des outsiders – ont remporté trois sièges parlementaires. “La jeune génération – son public – est très réceptive à son message [et à celui de son mouvement People Power – Le pouvoir du peuple]”, note Kitatta.

Si Bobi Wine est effectivement parvenu à conquérir la jeunesse ougandaise, alors la démographie jouera pour lui : plus de 75 % de la population a moins de 30 ans en Ouganda. Ces jeunes non plus ne se souviennent pas de la première investiture de Museveni, ou de la violente guerre civile qui l’a précédée – la guerre de brousse [1981-1986] qui avait mis fin au règne du président Milton Obote et demeure le fondement de la légitimité de Museveni et du parti au pouvoir.

Suppression de la limite d’âge de 75 ans pour être président

“Cela fait un certain temps que Museveni [victorieux de la guerre civile] se sert du passé pour justifier son maintien au pouvoir. Il essaie de convaincre les Ougandais que son départ les ramènerait à cette période agitée, explique Erias Lukwago, maire de Kampala et autre féroce détracteur du gouvernement.

Beaucoup d’Ougandais l’ont cru, mais les choses semblent changer avec la nouvelle génération. Beaucoup de jeunes Ougandais n’ont aucun souvenir de la guerre et du chaos, tout ce qu’ils veulent, c’est du changement.”

À 73 ans, Museveni, lui, n’a guère envie de changement. En janvier dernier, il a promulgué une loi supprimant la limite d’âge – 75 ans – du président, ce qui lui permettrait de se présenter pour un sixième mandat en 2021.

“Le récent amendement de la constitution a vraiment aggravé la situation. Il n’y a aucun espoir de voir Museveni partir. Avant cela, les gens disaient qu’il fallait attendre, qu’à 75 ans il partirait”, souligne Patrick Wakida, responsable de l’institut de recherche ougandais Research World International.

Jets de pierre contre le convoi présidentiel

Le 13 août à Arua, ville du nord du pays située non loin de la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC), une foule en colère a lancé des pierres sur le convoi présidentiel. Cet incident a mis la classe politique sens dessus dessous et propulsé Bobi Wine en plein centre des débats.

Ce jour-là, une foule s’était rassemblée pour soutenir Kassiano Wadri, candidat à une élection législative partielle [qu’il remporterait deux jours plus tard] avec l’appui de Bobi Wine. Museveni, lui, était venu soutenir le candidat de son parti.

Physiquement, ni le président ni sa voiture n’ont été touchés par ces jets de pierre. Symboliquement en revanche, il s’agissait d’une attaque inédite contre son autorité, preuve qu’il n’a plus le contrôle total du pays.

Une fois le président mis à l’abri dans un hélicoptère, ses agents de sécurité sont retournés sur les lieux de l’incident. Quand ils en sont repartis, au moins 36 personnes avaient été arrêtées ou violentées, dont six membres du parlement (parmi lesquels Bobi Wine) et deux journalistes. Le chauffeur de Wine, Yasin Kawuma, a été abattu au volant de son véhicule.

Répression des manifestations pour sa libération

L’arrestation de Wine et ses circonstances ont provoqué un vaste mouvement de contestation contre le gouvernement. Le hashtag #FreeBobiWine [Libérez Bob Wine] fleurit sur les réseaux sociaux du monde entier. Et, sur place, d’immenses rassemblements à Kampala ont été dispersés par la police qui a tiré à balles réelles, employé des gaz lacrymogènes et arrêté de nombreux manifestants.

Dans trois messages publiés sur Internet, Museveni accuse Bobi Wine d’avoir attisé la colère de la population, et fait l’éloge de ses forces de sécurité et de leur réactivité. Politiquement, Museveni s’est toujours défendu contre tout le monde. Il a combattu les factions internes à son parti ainsi que plusieurs générations de dirigeants de l’opposition. Alors Bobi Wine représente-t-il une menace nouvelle et inédite ?

Pour Nicole Beardsworth, analyste politique à l’Interdisciplinary Global Development Centre de l’université anglaise de York, “Bobi Wine peut permettre à l’opposition de galvaniser les jeunes, de leur parler une langue qu’ils comprennent, et de les pousser à défier un gouvernement qui n’a pas l’habitude de rendre des comptes”. [1]

Simon Allison

Notes

[1] https://mg.co.za/article/2018-08-22-00-bobi-wine-ugandas-ghetto-president-upstages-the-real-head-of-state

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...