Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

En riposte à l'ultimatum de la CSDM - Les membres de l'Alliance des professeures et professeurs de Montréal votent une journée de grève le 1er mai prochain (Alliance des professeures et professeurs de Montréal)

MONTRÉAL, le 13 avril 2018 - Réunis en Assemblée générale, les membres de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal de l’unité de négociation Commission scolaire de Montréal (CSDM) ont voté à 77 % pour un mandat de grève d’une journée à être exercée le 1er mai en riposte à l’ultimatum patronal d’arriver à une entente pour le renouvellement de la convention collective avant le 30 avril prochain. En plus de donner une échéance à très court terme, l’employeur, pour comble d’insulte, déclare qu’il fera tomber les arrangements locaux qui contiennent notamment la semaine de relâche en mars et les listes de priorités de l’éducation des adultes et de la formation professionnelle, un droit syndical durement acquis depuis 20 ans pour ces enseignantes et enseignants à statut précaire.

« On n’a d’autre choix que de dénoncer publiquement l’attitude odieuse de la CSDM. Elle n’a aucun souci d’améliorer les conditions d’exercice des enseignantes et des enseignants, même pour certaines de nos demandes à coût nul. Par cette attitude intransigeante, les dirigeants de la CSDM sont les principaux responsables de la pénurie d’enseignants qui sévit dans la plus grande commission scolaire du Québec. Le problème s’aggrave d’année en année, car nos collègues, jeunes et anciens, s’épuisent à la tâche allant jusqu’à la détresse psychologique. Certains choisissent d’aller enseigner ailleurs ou même de quitter la profession. Les conditions d’exercice sont beaucoup plus répulsives qu’attrayantes à la CSDM. », de commenter madame Catherine Renaud, présidente de l’Alliance.

« Si la CSDM veut démontrer que les relations de travail avec ses enseignantes et enseignants sont importantes, elle doit retirer son ultimatum et s’engager à poursuivre la négociation et à prolonger les arrangements locaux jusqu’à la conclusion d’une entente de principe. Sinon la CSDM sera l’unique responsable de ce gâchis et de la grève du 1er mai. », de conclure madame Pascale Besner, vice-présidente et responsable du comité de négociation pour l’Alliance.

Ce mandat de grève touche uniquement les quelque 8 900 membres travaillant à la CSDM.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...