Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

États-Unis

Etats-Unis. Les syndicats de police savent exactement pourquoi les joueurs de la NFL continuent de protester

Les syndicats de police du sud de la Floride ont appelé leurs membres à boycotter les matchs des Dolphins, parce que trois joueurs ont manifesté contre la violence policière.

Tiré de À l’encontre.

Donald Trump prétend ne pas comprendre pourquoi les joueurs de la NFL (National Football League, organisation d’équipes professionnelles de football américain) organisent des protestations pendant l’hymne national. Il a également déclaré la semaine dernière que beaucoup de joueurs qui s’agenouillent ou lèvent le poing ne savent même pas pourquoi ils protestent.

Mais s’il y a un groupe de gens qui comprennent parfaitement pourquoi ces athlètes d’élite risquent leur gagne-pain, perdent des sponsors et subissent des menaces, ce sont les syndicats de policiers. Ils savent ce que Colin Kaepernick [en 2016, il s’agenouille lors de l’hymne national] a déclaré il y a presque deux ans : « Il y a des cadavres dans la rue. Il y a aussi des gens qui bénéficient de congés payés et qui jouissent de l’impunité quand ils tuent. »

Les protestations des joueurs de la NFL traduisent un appel à la justice et à la responsabilisation et la police le sait bien. Cela met les policiers sur la défensive… et les rend agressifs.

Jeudi dernier (9 août 2018), Kenny Stills et Albert Wilson, de l’équipe des Dolphins de Miami se sont agenouillés pendant l’hymne national pour poursuivre la protestation contre la normalisation de la violence policière. Leur coéquipier, Robert Quinn, a levé le poing. Le syndicat de police local n’a pas pu tolérer cela. Voici une déclaration publiée sur Facebook par le Broward County Policeman’s Benevolent Association en réponse à ces protestations :

« La Broward County PBA a récemment proposé des rabais à nos membres pour un match des Miami Dolphins, cette réduction signifiant qu’ils allaient honorer tous les First Responders [intervenants de première ligne de la police]. Nous avons conclu ce partenariat en pensant que la société [franchise professionnelle] des Dolphins demanderait à ses joueurs de se mettre debout pour l’hymne national. Cela n’a pas été le cas hier soir lors du match de pré-saison contre Tampa Bay. Par conséquent, la BCPBA ne participera plus à ce programme de billetterie. Nous demandons à tous nos membres, ainsi qu’aux membres de la Dade County PBA et de la Palm Beach County PBA, de ne pas y participer non plus. Si vous avez déjà acheté des billets pour ce match, nous vous encourageons à appeler la billetterie des Dolphins pour demander un remboursement, étant donné que cette franchise n’honore visiblement PAS les First Responders et les dangers qu’ils subissent au quotidien. »

Le fait que les syndicats de police considèrent ces protestations comme une attaque contre tous les policiers en dit long. Leurs apologistes soutiennent que ces cas très médiatisés de violence policière – ceux qui sont enregistrés et qui envoient des ondes de choc à travers les médias sociaux – ne sont que des pommes pourries [« bavures policières »] isolées. Mais lorsque les joueurs protestent contre ces « pommes pourries isolées », la police défend l’arbre tout entier. Pour comprendre pourquoi ces joueurs s’agenouillent en signe de protestation, il suffit de voir la vidéo de Baltimore qui montre un officier de police renverser et rouer de coups un jeune Noir. L’officier en question a démissionné mais n’a pas été inculpé.

Quant à Kenny Stills, il a été remarquablement cohérent dans son message et son soutien à Colin Kaepernick et dans son travail au sein la communauté. Comme l’a noté Jason Lieser, le chroniqueur du Palm Beach Post pour les Dolphins : « Kenny Stills a reçu deux années de suite le prix du service communautaire des Dolphins de Miami, il est fortement impliqué dans diverses organisations de jeunes. Il a été capitaine d’équipe la saison dernière, il a été l’un des joueurs les plus productifs de Miami et il est considéré comme un employé modèle par l’entraîneur Adam Gase. »

Cette lutte se poursuivra tant que les syndicats de policiers refuseront d’accepter l’entière responsabilité pour les actions de leurs membres. Mais si les syndicats de police sont si contrariés, ils pourraient peut-être prendre des mesures qui seraient plus efficaces que de pousser leurs membres à demander des remboursements et à renoncer à assister aux matchs des Dolphins. Comme me l’a proposé un monsieur du nom de Bones McKenzie dans un tweet, si la police voulait vraiment montrer son objection, elle devrait être présente lors des matchs… et s’agenouiller.

Article publié dans The Nation le 13 août 2018 ; traduction A l’Encontre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : États-Unis

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...