Édition du 19 juin 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Histoire

Etats-Unis. Martin Luther King, sa trajectoire vers la radicalisation. Son assassinat le 4 avril 1968

Le Federal Bureau of Investigation (FBI) aux Etats-Unis a envoyé un message sur Twitter le 4 avril de l’année dernière, date anniversaire de l’assassinat de Martin Luther King. « Le FBI honore la vie, le travail et l’engagement du Dr Martin Luther King Jr à la justice », dit-il. Le même Bureau l’avait, à l’époque de King, qualifié de « Nègre le plus dangereux pour l’avenir de cette nation ».

Tiré de À l’encontre.

King avait combattu la ségrégation raciale dans le Sud des Etats-Unis au cours des années 1950 et 1960. Ces lois racistes n’étaient pas un accident. Les dirigeants du Sud ont intégré des préjugés dans le système pour diviser et avantager ceux qui en tirent profit.

Les politiciens du Nord, tout en se lavant les mains de la ségrégation, ne s’intéressaient pas au changement. Sans la pression massive d’en bas, il n’y en aurait pas eu.

La Seconde Guerre mondiale a vu un grand changement pour les Noirs américains. Beaucoup avaient quitté le Sud rural et se dirigeaient vers les usines et les villes. Et il y avait une « classe moyenne » noire plus grande et plus confiante.

En 1955, Rosa Parks, militante de l’aile gauche et couturière, refuse de céder sa place dans un autobus à Montgomery, en Alabama. Elle a déclenché un boycott d’autobus d’un an et le Mouvement des droits civiques est né.

• Un prédicateur de 26 ans, Martin Luther King Jr, s’est fait connaître en tant que leader du mouvement de 40’000 personnes.

Le pasteur était pratiquement radical, mais politiquement libéral. Il avait adopté la philosophie de la désobéissance civile. Il a commencé sa vie politique comme un modéré qui voyait la lutte pour les droits civils comme une lutte pour le droit de s’intégrer pleinement dans la société américaine.

L’importance de King s’est accrue à mesure que la nouvelle du boycott s’est répandue. La pression sur l’établissement s’est accrue et la Cour suprême a finalement décidé d’interdire la ségrégation dans les autobus de Montgomery. La victoire a envoyé une onde de choc à travers le Sud et des dizaines de nouvelles campagnes ont surgi.

Le mouvement et ses dirigeants ont rapidement appris. « Sentant que nos revendications étaient modérées, j’avais supposé qu’elles seraient accordées », a dit King. « Je suis venu voir et pu constater que personne ne renonce à ses privilèges sans une forte résistance. J’ai vu en outre que le but sous-jacent de la ségrégation était d’opprimer et d’exploiter les ségrégué·e·s, et pas simplement de les marginaliser. »

• En 1960, des étudiants se sont joints à l’action, lançant un mouvement de sit-in dans les cantines/restaurants ségrégués à travers le Sud.

En l’espace de quelques mois, des dizaines de milliers de jeunes, noirs et blancs, avaient protesté, dont beaucoup avaient été battus par des racistes et emprisonnés par la police.

La protestation non violente était l’insigne d’honneur du mouvement. En tant que minorité largement pauvre et généralement non armée face à un ennemi puissant et lourdement armé, la stratégie avait du sens pour beaucoup.

Il a également séduit de nombreux Blancs de la « classe moyenne » du Nord qui ont soutenu le mouvement.

• Mais la stratégie de King était contradictoire. Face à la violence, elle s’est appuyée sur la menace de l’envoi de troupes armées par le gouvernement fédéral américain pour les protéger et faire respecter les lois anti-ségrégation. Au fur et à mesure que les victoires arrivaient, les dirigeants se fixaient des objectifs de plus en plus grands. En avril 1963, il a ciblé la ségrégation dans la grande ville de Birmingham, en Alabama, avec des manifestations massives.

Devant les caméras du monde entier, les maires des villes ont ouvert les tuyaux d’incendie et ont visé sur les enfants/adolescents et en ont emprisonné des centaines. La panique s’est accrue dans l’administration du président John F. Kennedy [entré en fonction en janvier 1961] à Washington.

Le Mouvement des droits civiques menaçait maintenant une rébellion dans tout le Sud, avec des perturbations majeures pour les entreprises qui réalisaient des profits. Il discréditait également la prétention des Etats-Unis d’être la grande superpuissance démocratique dans une guerre froide de plus en plus tendue.

Mais si Kennedy prenait des mesures contre les racistes du Sud, il risquait de diviser son propre Parti démocrate.

• Avec une marche massive sur Washington prévue pour l’été, Kennedy a parié une législation importante sur les droits civiques. Il espérait que cela mettrait fin aux manifestations, mais éviterait d’enflammer les tensions dans le camp raciste.

Lorsque la marche arriva (28 août 1963), King s’assura qu’elle célébrait les lois anti-ségrégation plutôt que de fustiger l’Amérique libérale pour son retard.

Mais l’adoption de lois ne suffisait pas. Les dirigeants du Sud promettaient une « résistance massive » et leurs partisans se sont mis à utiliser des explosifs, à mutiler et tuer des manifestants. Le gouvernement américain craignait toute intervention et s’est tenu à l’écart.

• Pour beaucoup, y compris la plupart des militants étudiants, la stratégie de King semblait maintenant faible. Ils voulaient répondre par un radicalisme plus marqué ; certains ont même exigé la légitime défense armée.

Les conciliations répétées du gouvernement ont alimenté une insolence croissante à l’égard des Blancs en général, de nombreux jeunes activistes croyant maintenant que seuls les Noirs pouvaient réellement lutter contre le racisme. Les militants de la « classe moyenne » plus âgés craignaient des confrontations à grande échelle.

King considéra de plus en plus que son rôle était de maintenir ensemble les ailes radicales et conservatrices de son mouvement. Les campagnes menées dans le Nord pour réclamer de meilleurs emplois, un meilleur logement et une meilleure éducation pour les Noirs pauvres semblaient ne faire qu’empirer les choses pour King.

Les libéraux blancs qui dirigeaient des villes comme Chicago avaient soutenu le mouvement, mais ils étaient hostiles quand la bataille s’approchait de chez eux. Et le gouvernement américain a clairement indiqué qu’il n’offrirait pas d’autres lois sur les droits civils après la loi de 1965 sur les droits de vote.

Entre 1964 et 1968, les Noirs se sont soulevés dans presque toutes les villes du nord-est, du Midwest et de la Californie. Lorsque le quartier Watts de Los Angeles a explosé de rage en 1965, les autorités ont déployé 15’000 policiers armés et gardes nationaux. Quelque 34 personnes ont été tuées.

La colère des ghettos a contribué à éloigner davantage les étudiants militants de King. Après avoir été hué lors d’une réunion de masse à Chicago, King réfléchit : « Pendant douze ans, j’ai tenu des promesses de progrès rayonnantes. Je les avais exhortés à avoir foi en l’Amérique et en la société blanche. Leurs espoirs s’étaient envolés. Ils criaient maintenant parce qu’ils avaient l’impression que nous n’étions pas en mesure de tenir nos promesses. Ils hurlaient parce que nous les avions poussés à avoir foi en des gens qui s’étaient trop souvent révélés infidèles. Ils étaient maintenant hostiles parce qu’ils regardaient le rêve qu’ils avaient si facilement accepté se transformer en un cauchemar frustrant. »

• La désillusion croissante de King face à la possibilité d’une réforme l’amène à s’interroger sur la nature du racisme. Il a conclu que l’économie capitaliste était responsable de la pauvreté et de la division, et s’est consacré à la construction d’une campagne des pauvres pour la contester. Son virage radical créait déjà des tensions parmi ses partisans. Et en 1966, bien avant que le sentiment anti-guerre (du Vietnam) ne soit largement répandu, il s’est prononcé contre la guerre du Vietnam.

Les journaux libéraux qui l’avaient salué comme un héros l’attaquaient maintenant. La campagne des pauvres a connu des problèmes avant même qu’elle ne soit lancée. La direction du Mouvement pour les droits civiques était composée principalement de personnalités religieuses de la classe moyenne, noires et du Sud.

Ils avaient des contacts limités avec les Noirs pauvres et presque aucun contact avec les travailleurs blancs. Il n’était pas clair comment ils allaient construire le nouveau mouvement.

Une solution est venue quand une grève a éclaté parmi les éboueurs à Memphis, Tennessee.

• Par une journée pluvieuse de février 1968, Echol Cole et Robert Walker se sont réfugiés à l’arrière de leur camion poubelle. Un court-circuit électrique a déclenché le vérin hydraulique et les deux hommes noirs ont été écrasés. Presque tous les 1300 travailleurs noirs de la voirie de Memphis sont immédiatement partis en grève. King voit la possibilité de relancer sa campagne. Les grévistes s’identifiaient au Mouvement des droits civiques et portaient des pancartes disant : « JE SUIS UN HOMME ».

King célèbre leur résistance en disant : « Ne reprenez pas le travail tant que les exigences ne sont pas satisfaites. N’oubliez jamais que la liberté n’est pas quelque chose que l’oppresseur donne volontairement. C’est quelque chose que les opprimé·e·s doivent exiger. Je vous dis ce que vous devez faire, et vous êtes assez ensemble ici pour le faire. Dans quelques jours, vous devriez vous réunir et organiser un arrêt de travail général dans la ville de Memphis. » King revient dans la nuit du 3 avril 1968. Le lendemain, il a été tué par balle par un raciste blanc, James Earl Ray.

• King était devenu un adversaire acharné du gouvernement et de ses guerres, organisait une campagne en faveur des pauvres et appelait à une grève générale à l’échelle de la ville.

Il avait parcouru un long chemin. Et plus il devenait radical, plus l’establishment américain et ses alliés le considéraient comme une menace.

Aujourd’hui, nous devons chercher à répondre à la question de King sur le type de société qui pourrait remplacer le capitalisme en argumentant et en luttant pour le socialisme alternatif. Un tel monde ne peut se réaliser que par une révolution.

Article publié dans le Socialist Worker, en date du 14 mars 2018 ; traduction A l’Encontre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Histoire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...