Édition du 19 septembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Exploration pétrolière de Junex en Gaspésie - « L'argent d'Anticosti pour détruire la Gaspésie » - Manon Massé

MONTRÉAL, le 18 août 2017 - « La pétrolière Junex n’a finalement pas pu détruire Anticosti avec la fracturation hydraulique. Mais qu’à cela ne tienne ! Le ciel est bleu et les oiseaux chantent toujours pour les pétrolières ! Avec l’argent obtenu de Québec en compensation, elle peut maintenant s’en donner à cœur joie en Gaspésie. », dénonce la porte-parole de Québec solidaire et députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé.

Alors qu’un camp citoyen s’oppose aux activités d’exploration de Junex aux abords de son site Galt, la députée, qui s’est rendue plusieurs fois dans la région, rappelle que ces activités d’exploration sont rendues possibles grâce à l’argent des Québécois et Québécoises. « En annulant l’entente avec Junex pour l’exploration pétrolière sur Anticosti, le gouvernement a versé rubis sur l’ongle des millions à la pétrolière cet été. C’est cet argent qui menace maintenant le territoire gaspésien. Si ces millions avaient été versés directement aux initiatives régionales de tourisme ou de pêche par exemple, nous n’en serions pas là ! Encore une fois, c’est l’irresponsabilité du gouvernement qui enrichit les pétrolières et détruit notre territoire », martèle Mme Massé.

La députée souligne qu’il n’y a pas eu de consultation sur les activités d’exploration pétrolière de Junex au site Galt. « Aujourd’hui, nous en sommes là. Des groupes environnementaux et des citoyen.nes organisent des camps de protestation. Le gouvernement n’a que lui à blâmer dans cette situation qui ne rime pas avec acceptabilité sociale », continue-t-elle.

« Plusieurs indices peuvent nous laisser penser que le projet de Junex nécessitera l’utilisation de la fracturation, un mode d’exploitation non conventionnel du pétrole. Ce projet met à risque les sources d’eau potable de la pointe de la péninsule, qui sont majeures pour les activités économiques et traditionnelles régionales. Si Philippe Couillard avait à cœur le Québec et les Québécois.es et non uniquement ses amis des pétrolières, il interdirait clairement la fracturation hydraulique et cesserait toute injection de fonds publics dans les énergies fossiles », termine Mme Massé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...