Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Catalogne

Face à la répression en Catalogne, un appel à la grève générale est lancé

Depuis deux semaines, l’attitude inflexible du gouvernement de Mariano Rajoy contre la tenue du référendum sur l’indépendance de la Catalogne a plongé l’Espagne dans la crise. Depuis mi-septembre, Madrid a choisi d’intervenir par la force pour empêcher cette consultation, jugée illégale par la Cour constitutionnelle.

Tiré de Basta Mag.

Arrestation par la Guardia civil de 14 membres de l’exécutif catalan, saisie de millions de bulletins de vote, mise sous tutelle de la région, fermeture de sites web constituent les mesures de rétorsion prise par l’État. Avec pour résultat de déclencher des manifestations massives, l’occupation de l’université et de multiples actes de désobéissance dans toute la région. Parmi ces derniers, le refus des dockers de Barcelone et de Tarragone de décharger le matériel destiné aux forces de répression venues de Madrid.

L’organisation du référendum, ce 1er octobre, a donné lieu à des violences et affrontements entre forces de l’ordre – envoyées par le gouvernement de Madrid pour fermer les bureaux de vote et interdire leur accès – et votants. Plusieurs centaines de personnes auraient été blessées par la police. Selon le gouvernement de la communauté autonome de Catalogne, la participation a été de 42,3 %, le "oui" à l’indépendance aurait obtenu 90 %.

Dans ce contexte, la Confederación general del trabajo (CGT), 3ème force syndicale en Espagne et héritière de la tradition libertaire historiquement puissante en Catalogne, a lancé un appel à la grève générale le 3 octobre dans toute la communauté autonome. Thomas Lanssens, représentant de la centrale anarcho-syndicaliste au Comité d’entreprise d’Atos Spain à Barcelone a répondu aux questions du site Rapports de force.

Pourquoi la CGT catalane appelle-t-elle à une grève générale le 3 octobre ?

Thomas Lanssens (CGT) : Ces dernières années, les travailleurs en Catalogne ont subi une détérioration significative de leurs conditions de vie. Nous avons connu une baisse générale des salaires. Nous avons vu comment les réformes du Code du travail des années 2010 et 2012 ont réduit nos possibilités d’action face aux employeurs. Cela a entraîné une précarité accrue et une aggravation générale de nos conditions de travail. Parallèlement, nous avons assisté à une augmentation de la répression, contre les grévistes et les militants sociaux avec des condamnations et des amendes dans le cadre de la « Llei Mordassa » (la loi bâillon). Enfin, au cours des derniers jours et semaines, nous avons également observé comment cette répression s’est étendue à de nombreux autres secteurs de notre société. Cela ressemble à un processus général de suspension des droits civils par l’État.

Est-ce aussi une réponse à la réaction du gouvernement espagnol face au référendum en Catalogne ?

Nous refusons la présence policière et militaire (la Guardia civil est un corps militaire correspondant à la gendarmerie) que nous avons dû subir ces dernières semaines dans de nombreux lieux de travail. Nous voulons mettre fin à la suspension des droits civils survenue ces derniers jours en Catalogne : perquisitions, fermeture de pages web, violation des correspondances, interdiction d’actes collectifs... Cette grève générale s’inscrit aussi dans l’appel général, de notre organisation et d’autres mouvements et groupes sociaux, à défendre les libertés publiques. En ce sens, il vise à stimuler et à protéger une large mobilisation sociale.

Comment va se passer la grève du 3 octobre ?

La grève générale est convoquée uniquement pour le 3 octobre. Mais devant l’impossibilité de prévoir le déroulement des événements après le 1er octobre (jour du référendum pour l’indépendance) et en tenant compte de la législation sur le droit de grève, la CGT a déposé un préavis jusqu’au 9 octobre. Trois autres organisations appellent à la grève générale en Catalogne : l’intersyndicale CSC, l’Intersyndical alternativa de Catalunya (IAC) et la Coordinadora obrera syndical (COS), proche du parti indépendantiste et anticapitaliste CUP [la Candidature d’unité populaire a réalisé 8,2 % aux élections au Parlement de Catalogne en 2015, ndlr]. C’est une occasion pour les travailleurs de montrer que s’ils sont prêts à manifester pour pouvoir voter un référendum ou pour réclamer l’indépendance, ils sont là aussi pour défendre leurs droits civils et un travail digne.

Quel regard la CGT porte-t-elle sur le référendum et l’indépendance ?

Les décisions au sein de la CGT se prennent par votation depuis la base jusqu’au plus haut niveau. Ainsi, nous sommes pour l’autodétermination des peuples, même s’il est vrai que ce référendum n’offre pas toutes les garanties nécessaires. La CGT n’a pas de position définie vis à vis à l’indépendance parce que son objectif, comme syndicat, est la défense des droits de tous les travailleurs.

Notre organisation juge cependant intolérable la réponse autoritaire donnée par le gouvernement central et les administrations de l’État. Le refus du gouvernement central de négocier la possibilité d’un référendum et l’application disproportionnée et autoritaire de la loi a poussé de nombreux citoyens, qui étaient relativement indifférents, à réclamer maintenant ce référendum à corps et à cris.

Indépendamment de leurs positons pour ou contre a l’indépendance. Les adhérents de la CGT sont le reflet de la société catalane. En ce sens, nous respectons l’opinion de chacun d’entre eux. Mais nous ne soutenons pas le gouvernement catalan contre celui de Madrid. Encore une fois, nos objectifs et préoccupations sont la défense des intérêts et des droits des travailleurs et des citoyens.

Comment voyez-vous la suite des événements ?

L’impossibilité des politiques à résoudre un conflit politique, social et économique a conduit une partie chaque fois plus prononcée des Catalans à chercher d’autres voies pour les résoudre. L’indépendantisme leur promet une solution. S’il y a une progression du nationalisme en Catalogne, à la différence d’autres pays, il n’est pas accompagné de discours xénophobes.

La situation est assez complexe et change chaque jour. Il est donc très difficile de prévoir comment cela va évoluer. Personnellement, je pense que cela va finir en de nouvelles élections principalement centrées sur le thème de l’indépendance.

Propos recueillis par Stéphane Ortega / Rapports de force

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Catalogne

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...