Édition du 13 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Femmes et pauvreté : un enjeu toujours marquant au Québec

Manifestation dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Le 17 octobre à 17 heures devant l’Assemblée nationale.

Les partis ont fait leurs promesses et les électeurs-trices ont fait leur choix. Ce sera donc le moment pour un nouveau gouvernement de passer de la parole aux actes afin d’éliminer la pauvreté. Rassemblons-nous en grand nombre pour faire de la lutte à la pauvreté une priorité pour le Québec.

Organisé par RÉPAC 03-12

Longueuil, 17 octobre 2018 - Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté , les groupes de la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF) souhaitent souligner que les femmes sont plus pauvres que les hommes au Québec

La pauvreté des femmes et leur manque d’autonomie économiques découlent de chois politiques et économiques que nous effectuons chaque jour en tant que société. « La fin de la pauvreté des femmes n’est pas une question de charité mais une questions de droits des femmes et de droits humaoins » déclare Denyse Thériault, membre de la CQMMF.

Les femmes disposent, en moyenne, de 30 % de revenus de moins que les hommes, et ce, dans toutes les catégories d’âge. elles sont plus nombreuses à occuper des emplois précaires non syndiquées et sans fonds de pension et se retrouvent ainsi plus pauvres une fois arrivées à la retraite n’ayant pas contribué autant aux régimes de protection sociale comme la Régie des rentes du Québec. De plus, les femmes immigrantes, racisées et celles vivant avec un handicap sont aussi particulièrement touchées par les problèmes de pauvreté. Cette pauvreté spécifique prend également racine dans des choix politiques et sociaux comme la non-reconnaissance des diplômes et des compétences ou encore leur refus d’adapter les milieux de travail pour permettre aux femmes vivant avec un handicap de mettre leurs talents au service de la société.

Actions gouvernementales attendues

Ainsi, il est attendu que le gouvernement intervienne directement pour faire face aux problèmes sociaux contre lesquels une société doit se prémunir. De réelles politiques sociales qui défendent les droites de toutes les femmes doivent se déployer rapidement afin de permettre pleinement l’autonomie financière des femmes et la consolidation et la mise sur pied de programmes de sécurité sociale qui répondent entièrement aux besoins de celles-ci. Par exemple, en regard à l’analyse différenciée selon les sexes, des mesures spécifiques pour les femmes auraient dû émaner du troisième plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale. « Il est de la responsabilité de l’État de prendre les moyens nécessaires pour que le développement économique s’opère dans le cadre d’une éthique de développement social et durable qui reconnaît les divers types de contribution à la richesse collective et prévient, ou empêche la constitution de différentes formes d’exclusion et de discrimination » conclue Joanne Blais, membre de la CQMMF.

Mots-clés : Féminisme Québec

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...