Édition du 20 février 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec solidaire

Fin du caucus présessionnel de Québec solidaire - « À partir de maintenant, on va se faire entendre sur l'économie » - Gabriel Nadeau-Dubois

ORFORD, QC, le 27 août 2017 - À la sortie de leur caucus présessionnel, les solidaires sont plus que jamais résolus à occuper le terrain de l’économie. Gabriel Nadeau-Dubois, coporte-parole et député de Gouin, dénonce par le fait même la vantardise du gouvernement Couillard, qui affirme avoir redressé l’économie du Québec.

« Quelle supercherie ! Pendant que les grandes corporations engrangent toujours plus de profits, les salaires stagnent, le pouvoir d’achat des familles diminue et les travailleurs et travailleuses tombent comme des mouches ! Particulièrement dans les secteurs où le patron est le gouvernement libéral, d’ailleurs ! On n’a qu’à penser au milieu de la santé », affirme le député de Gouin.

« Alors que le Parti libéral au pouvoir travaille très fort pour que les Bombardier et Couche Tard de ce monde s’enrichissent bien tranquillement, qui pense à ceux et celles qui paradoxalement, s’appauvrissent pendant ce temps, c’est-à-dire les travailleurs et travailleuses du Québec ? C’est Québec solidaire. En cette année préélectorale, nous prendrons plus que jamais la défense des travailleurs et travailleuses ordinaires, particulièrement les non-syndiqués », continue Manon Massé, députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques et coporte-parole de la formation politique.

Selon M. Nadeau-Dubois, l’imposture intellectuelle libérale en économie n’est pas difficile à dévoiler. « Se fier uniquement au taux de chômage pour évaluer l’économie c’est non seulement simpliste, mais c’est aussi malhonnête. La réalité est dissimulée. Parmi les emplois créés, beaucoup sont à temps partiel. Cela ne règle en rien l’insécurité liée à l’emploi. Et bien souvent, ces emplois sont payés au salaire minimum. De plus, le vieillissement de la population améliore aussi le portrait en termes de taux de chômage puisque la population active diminue. La vérité vraie, c’est qu’il y a encore beaucoup trop de monde qui tire le diable par la queue au Québec », renchérit M. Nadeau-Dubois.

Pour les solidaires, la révision de la Loi sur les normes du travail cet automne est un bon prétexte pour mettre de l’avant quatre mesures concrètes et simples à réaliser, qui amélioreraient sensiblement la vie de ceux et celles qui créent la richesse au Québec  :

- La hausse du salaire minimum à 15$ de l’heure

- Quatre semaines de vacances après un an continu de service

- La fin des heures supplémentaires forcées

- Deux congés chômés et payés supplémentaires par année

« Tout ça n’est pas de trop alors qu’au printemps dernier, M. Couillard a offert un allègement fiscal de 50 millions $ pour les patrons d’entreprises familiales et que les salaires des hauts dirigeants connaissent des hausses astronomiques. Les travailleurs et travailleuses ont aussi droit à leur part », termine Manon Massé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec solidaire

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...