Édition du 17 octobre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Grace, la Disgrâce, première Dame du Zimbabwe

Alors qu’on nous bat et rebat les oreilles avec le statut de la première Dame de France, les mésaventures de Grace Mugabe, épouse du Président du Zimbabwe, pourraient faire réfléchir sur le bien-fondé de garder au conjoint d’un chef d’état, son statut de citoyen ordinaire.

Tiré du blogue de l’auteure.

Grace Mugabe est une forte femme, du tempérament et de l’ambition à revendre, beaucoup plus jeune que son fringant mari âgé de 94 ans, toujours candidat à sa propre succession. Depuis 37 ans de règne sur le pays, il a l’intention de se représenter aux prochaines élections de 2018 : « Le peuple a le sentiment qu’il n’y a personne pour me remplacer, aucun successeur n’est acceptable pour eux, sauf moi ». Corruption, népotisme, atteinte aux libertés fondamentales, répression, rien n’y fait et l’opposition divisée n’a pas réussi à le déloger, alors que l’économie est en lambeaux, que les Zimbabwéens quittent le pays par milliers.

En attendant, Grace Mugabe tisse sa toile, tout en feignant de ne pas briguer la succession de son mari. Nommée à la tête de l’organisation gouvernementale des femmes du Zimbabwe, elle a prononcé un discours musclé, destiné aux femmes violées : « Si vous êtes violées, c’est de votre faute. Vous vous promenez en minijupes qui montrent vos cuisses et vous invitez les hommes à vous reluquer, et puis vous vous plaignez d’être violées ? C’est malheureux, mais c’est de votre faute ». Déclaration dans le droit fil de celle de son époux concernant les homosexuels ; la continuité de pensée est assurée.

Depuis une semaine, elle tient la presse en haleine avec son dernier coup d’éclat. A la veille de la réunion du sommet de la Sadc, la Communauté des pays d’Afrique australe, auquel son époux devait participer, elle a démoli le portrait d’une jeune femme à coups de rallonge électrique, dans un hôtel de luxe de Johannesburg. Elle ne devait pas apprécier les relations avec les fils Mugabe, fêtards invétérés dont les frasques alimentent la presse « people », avec ce jeune mannequin sud-africain.

La jeune femme, le visage en sang, a porté plainte auprès de la police qui a tergiversé à appréhender la coupable, première Dame du Zimbabwe, d’où un tollé public. Grace Mugabe a disparu pendant le sommet de la Sadc, puis est rentrée au Zimbabwe après avoir obtenu « l’immunité diplomatique » accordée par la Ministre des Affaires étrangères d’Afrique du Sud.

Cette dernière a pris soin de préciser que sa décision avait été très difficile à prendre, et que la nécessité de maintenir de bonnes relations avec les pays voisins de la Sadc, en particulier le Zimbabwe, avait prévalu. Certes, mais il y a eu agression et l’agresseur s’en tire à bon compte.

Si un statut particulier est accordé au conjoint d’un chef d’état et transforme une vulgaire affaire de famille en conflit diplomatique, que devient la raison d’Etat ? En accordant l’immunité diplomatique à la colérique et fougueuse Grace Mugabe, l’Afrique du Sud donne le mauvais exemple en montrant qu’il y a des citoyens qui doivent rendre des comptes à la justice et d’autres qui sont au-dessus des lois.

Jacqueline Derens

Collaboratrice au site de Mediapart (France).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...