Édition du 20 novembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

LGBT

Homoparentalité Les couples israéliens LGBT bientôt privés de droits d'adoption en Russie

Israël s’est entendu avec la Russie pour signer un accord binational concernant l’adoption, selon lequel l’État hébreu veillera à interdire aux couples israéliens de même sexe ainsi que les pères célibataires d’adopter des enfants en Russie, a-t-on appris dimanche.

tiré de : KINK : êtes-vous prêt à jouer ? De Infolettre de Fugues

Une loi russe datant de 2014 n’autorise ni les LGBT (lesbiennes, les gais, les bisexuels et les transgenres) ni les parents célibataires à adopter des enfants, et Israël s’était engagé ces dernières années à prendre des mesures pour que la loi russe sur l’adoption soit pleinement appliquée

La semaine dernière, lors de plusieurs débats au sein du Comité de coopération économique israélo-russe, auxquels a participé le vice-premier ministre russe Maxim Akimov, les deux parties ont opté pour la signature d’un accord interdisant officiellement les couples israéliens de même sexe ainsi que les pères célibataires d’adopter des enfants en Russie, tandis que l’État fédéral est considéré comme le pays de prédilection des Israéliens en termes d’adoption.

Lors d’un entretien téléphonique, le porte-parole de l’Association des Pères homosexuels d’Israël, Julien Bahloul, a regretté la coopération du gouvernement israélien visant à faire appliquer une loi « clairement homophobe ».

« Il est triste que le gouvernement israélien décide de soutenir une loi clairement homophobe, sachant qu’en Israël les gais ne peuvent pas adopter alors que le gouvernement israélien avait promis de changer la législation », a-t-il dénoncé auprès d’i24NEWS.

« Il n’y a quasiment aucun pays au monde où les homosexuels peuvent adopter, alors les Israéliens se tournent vers la GPA (gestation pour autrui), mais là aussi, tandis que le gouvernement avait maintes fois promis de prendre des mesures pour ouvrir la voie vers la GPA aux pères célibataires, et même vers l’adoption, dans les faits rien n’a changé », a-t-il ajouté.

Le ministère israélien du Travail et des Affaires sociales a de son côté refusé dimanche de commenter la décision, invoquant simplement le respect mutuel des législations en vigueur dans chaque pays, et la Convention de la Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale.

« Nous respectons la souveraineté de la Russie », a précisé Bahloul, « et ce n’est pas à nous de décider de ses lois. Ce que nous regrettons, c’est la coopération du gouvernement israélien, même si nous sommes conscients que les gais en Israël ont une meilleure situation comparée au reste du monde... on aspire toujours à mieux ».

« Nous attendons à présent les prochaines élections et on va se battre pour que le sujet des droits des homosexuels soient à l’ordre du jour du prochain gouvernement israélien », a-t-il affirmé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : LGBT

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...