Édition du 16 octobre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

« Il faut 20 millions pour les stagiaires en enseignement dans le prochain budget » - Gabriel Nadeau-Dubois

QUÉBEC, le 14 mars 2018 - Dans un point de presse à l’Assemblée nationale, le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, accompagné du président de l’Union étudiante du Québec, Simon Telles ainsi que du porte-parole de la CRAIES, Antoine Côté, demande au gouvernement libéral d’inclure des sommes de 20 M$ au prochain budget pour rémunérer le quatrième stage en enseignement.

« Les futurs enseignantes et enseignants, dans les prochaines années, vont s’occuper de nos enfants, vont les élever, les socialiser et les éduquer. Il y en a beaucoup qui déjà, dans des vraies classes, dans des vraies écoles, avec des vrais enfants, font ce travail d’enseignement. Et ils le font de manière bénévole. En fait, encore pire, ils le font à leurs frais parce qu’ils doivent payer leurs frais de scolarité d’un côté et, en plus, travailler à temps plein de manière bénévole. C’est une situation inacceptable. Les futurs profs ne devraient pas être considérés comme du ’cheap labor’, ils devraient être considérés comme la crème de la société québécoise », affirme Gabriel Nadeau-Dubois, porte-parole de Québec solidaire.

« Aujourd’hui, on est présents pour envoyer un message clair. À l’approche du budget, il est temps que le gouvernement démontre que la valorisation de la profession enseignante, ce n’est pas qu’un slogan politique, mais c’est une vraie priorité. Après avoir tant aidé et supporté les médecins, le gouvernement peut-il donner un peu d’air aux profs de demain ? Il y a quelques mois, Mme David s’était engagée publiquement à réfléchir à la question, mais aujourd’hui, Mme David, on vous dit qu’on pense qu’il est temps de nous livrer le fruit de vos réflexions. », affirme Antoine Côté, porte-parole de la CRAIE.

« Ce qu’on demande, c’est une compensation financière avec une bourse de 576 $ par semaine pendant le stage final uniquement, ce qui équivaut à l’échelle salariale de la fonction publique pour quatre années d’études en université. C’est une mesure qui aiderait au total 3 900 stagiaires et qui coûterait seulement 20 millions de dollars à l’État, ce qui représente, pour vous donner une idée, moins de 0,1 % du budget total de l’éducation au Québec. », conclut Simon Telles, président de l’Union étudiante du Québec.

Lors de la période de questions, le député de Gouin a talonné le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, lui demandant de s’engager sur la mesure demandée par les étudiantes et étudiants. Sans répondre par l’affirmative, le ministre n’a pas fermé la porte.

La CRAIES est l’acronyme pour la campagne de revendications et d’actions interuniversitaires pour les étudiantes et les étudiants d’éducation en stage.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...