Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

Il faut accélérer l'examen de la politique culturelle (Unifor)

TORONTO, le 29 sept. 2017 - D’après Unifor, l’investissement que Netflix s’est engagé à faire dans les productions canadiennes est une bonne nouvelle pour l’industrie culturelle, mais il n’est pas suffisant pour s’assurer que les médias canadiens continuent à produire du contenu canadien.

« L’annonce des nouveaux engagements de Netflix à l’égard de l’industrie cinématographique canadienne fait du bien, mais il faut aller beaucoup plus loin, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor. Nous devons rapidement mettre en œuvre des solutions à long terme pour nos industries de l’information et du divertissement, car leur public et leurs recettes publicitaires font la transition vers Internet. La France l’a fait, le Canada devrait le faire aussi. »

M. Dias s’est dit encouragé par l’augmentation du financement du Fonds des médias du Canada et a indiqué que le prochain président du CRTC, Ian Scott, jetterait un regard neuf sur les moyens à prendre pour s’adapter à l’explosion de la diffusion sur Internet, qui n’est actuellement pas assujettie aux règlements du CRTC à l’appui des émissions canadiennes de divertissement et d’information.

« Le dernier examen de la politique du CRTC, sous le gouvernement Harper, a fait fi de la menace posée par les diffuseurs en ligne américains, a précisé M. Dias. La situation n’a fait qu’empirer. Il semble que le Ministère souhaite repenser la politique culturelle, mais l’examen de celle-ci traîne depuis 17 mois. Nous devons accélérer les choses. »

Selon M. Dias, l’absence d’un engagement plus ferme de Google ou de Facebook pour ce qui est d’investir dans l’industrie canadienne de l’information est décevante, et des mesures énergiques s’imposent pour aider l’industrie de la presse, qui est en grande difficulté. 

Dans un rapport de 2016, le Forum des politiques publiques recommandait une aide de 300 millions de dollars pour les journaux et, en juin 2017, l’organisation représentant les éditeurs de journaux a fait une proposition similaire à la ministre.

« Des journalistes sont mis à pied et la couverture de l’actualité décline parce que Google et Facebook empochent maintenant les recettes publicitaires, a ajouté M. Dias. Le gouvernement doit intervenir avant qu’il soit trop tard. »

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...