Édition du 11 décembre 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Khashoggi ou les excès d’un totalitarisme mondialisé

L’assassinat de Jamel Khashoggi à Istanbul début octobre 2018 révèle, par sa pure violence, un déclin du pouvoir saoudien. Le totalitarisme choisi par MBS se veut « modernisé ». Il témoigne de la coexistence entre violence et pouvoir voulue par une élite masculine mondialisée et occidentalisée. Son futur en devient incertain.

tiré de : Entre les lignes et les mots 2018 - 44 - 17 novembre : notes de lecture, textes et pétition

Il y a 4 500 ans. Osiris, symbole de la terre fertile et nourricière, dieu bienfaisant et civilisateur, est tué par son frère cadet Seth qui lui reproche d’avoir entretenu des rapports sexuels adultérins avec Nephtys, déesse protectrice des morts1. Jaloux, Seth organise un banquet divin, au cours duquel il offre un sarcophage à son rival, dans lequel il l’y enferme aussitôt. Puis il jette le cercueil au fleuve2. Durant le Nouvel Empire, qui a duré d’environ 1 500 à 1 000 av. J.C., une autre version du meurtre apparaît : fou de rage, Seth se serait acharné sur la dépouille d’Osiris et aurait dispersé les lambeaux de chair de son corps à travers toute l’Égypte : de 12 à 42 pièces, ce qui correspond aux 42 provinces du royaume3.

21 février 1978. Des ouvriers trouvent à 1,80 mètre en dessous du sol de Mexico un énorme monolithe circulaire représentant Coyolxauhqui, déesse de la lune c’est-à-dire perdante d’une bataille4, décapitée et démembrée, le corps découpé en six parties : tête, tronc, bras et jambes. Cette pièce est à mettre en relation avec la naissance d’un mythe qui, selon les spécialistes, doit s’analyser « à la lumière du climat d’instabilité, des rapports de force, des guerres, des intrigues entre lignages et seigneuries »5 caractéristiques de cette région d’Amérique latine au XVe siècle.

6 août 2015.Dans le cadre d’une affaire de blanchiment d’argent, Liana Hergueta, opposante au Président Maduro, est électrocutée à l’aide d’un Taser, asphyxiée, violée, puis sa tête, ses mains et ses pieds sont coupés avec un couteau de cuisine. L’assassinat a lieu à Caracas au Venezuela par un groupe paramilitaire, formé en Colombie et étroitement lié à l’extrême-droite. Hergueta n’est pas la première de la liste à être suppliciée. Le député socialiste Robert Serra et le président du Conseil municipal bolivarien, Eliécer Otaiza, ont également fait les frais de ces méthodes6.

2 octobre 2018. Jamal Khashoggi, journaliste, est étranglé, dénudé, décapité, démembré, puis ses membres sont dissous à l’acide dans les locaux du consulat général d’Arabie saoudite à Istanbul. Une équipe de 15 personnes sont à l’œuvre dont le responsable de la médecine légale au département de la sécurité générale d’Arabie saoudite, président de l’ordre saoudien des médecins légistes et membre de l’association saoudienne de médecine légale. Toutes sont proches du Prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) : garde royale, armée, forces spéciales, services secrets.

Quels liens entre Khashoggi et MBS ?

D’origine ottomane7, petit-fils du médecin personnel du roi Ibn Saoud8, Khashoggi était lui aussi un proche de longue date du prince et de sa famille. Il aurait pris ses distances avec MBS en 2017 à cause de l’intervention au Yémen à laquelle il s’opposait. Neveu de Adnan Khashoggi9, considéré au début des années 1980 comme l’homme le plus riche du monde grâce à des ventes d’armes10, le journaliste n’était pas tant en désaccord avec le prince, aujourd’hui chef des armées, en raison du surarmement de l’Arabie saoudite11 mais des alliances qu’il a conclues avec les Frères musulmans, ennemis du royaume et alliés de la Turquie. Khashoggi était de fait au cœur d’un conflit ancien entre les deux pays qui rivalisent pour le contrôle du Moyen-Orient et la domination du monde sunnite12 : le royaume soutient le régime autoritaire du président Abdel Fattah al-Sissi en Égypte, les Émirats arabes unis (EAU) et Israël13, Erdogan l’Iran, le Qatar, la Palestine, les groupes islamistes, position affirmée lorsqu’en 2011 naît le Printemps arabe. Khashoggi était surtout au fait des discordes au sein-même de la dynastie, MBS ambitionnant un pouvoir absolu14. Peut-être Khashoggi était-il simplement « l’homme qui en savait trop », l’Osiris de son frère dynastique, la Coyolxauhqui du Moyen-Orient ou l’Hergueta du royaume.

Les stigmates d’un totalitarisme renouvelé

Histoires de barbouzes, règne des pétrodollars, marchés de l’armement, guerre des chefs, affaires de fesses, règlements de compte mafieux ou tout à la fois… les raisons du meurtre de Khashoggi demandent un suivi. Dans l’attente, notons que, hormis une femme dont on ne sait à peu près rien à part qu’elle est turque et était depuis peu « fiancée » de la victime15 – il y a unanimité sur le terme, une forme de retransmission inlassable et irréfléchie d’un même communiqué grotesque –, tous les protagonistes de cette affaire sont des hommes. Ensuite, cet assassinat est qualifié d’« incident hideux » et « douloureux » (MBS)16, de « faits très graves » (Macron)17, d’« acte des plus vils » (Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières)18, réclamant, « si les faits sont avérés, […] un châtiment sévère » (Trump)19. Tous ces qualificatifs disqualifient les réels enjeux qui se trament.

Les modes opératoires de cet assassinat sont d’une telle violence qu’ils dépassent l’expression d’un totalitarisme « classique ». D’une part, ces méthodes sont apprises et pratiquées par des commandos ou groupes paramilitaires dans le but de faire disparaître, de dissoudre, c’est bien le cas, la représentation incarnée – les corps – de personnes pensantes symbolisant « pour les membres de la classe militaire dominante [au Proche-Orient], […] la puissance […] d’un homme que l’on entendait dévaloriser »20. D’autre part et paradoxalement, parce que l’usage de la violence fait miroir au politique et inversement21, ces crimes et le contexte où ils se produisent témoignent d’un déclin du pouvoir saoudien car quand l’usage de la violence pure « s’instaure […] le pouvoir commence à se perdre »22. Ensuite, dans le cas de l’Arabie Saoudite, et différemment de ses ennemis (Turquie, Qatar, EI) et alliés (États-Unis, Israël, EAU), on assiste à un renouvellement du totalitarisme : bien que MBS, en tant que « modernisateur », mette tout en œuvre pour gagner en popularité au niveau national23, il ne crée pas mouvement, c’est-à-dire que sa puissance ne se base pas sur des masses (d’individus)24 mais sur la confiance absolue d’un père et d’une famille. Le cas saoudien se distingue en cela des expériences totalitaires du XXesiècle, dont Hannah Arendt disait : « Il n’y a jamais eu de gouvernement qui soit exclusivement fondé sur l’emploi des moyens de la violence. Même le chef d’un régime totalitaire, dont la torture est le premier instrument de gouvernement, a besoin, pour son pouvoir, d’une base : la police secrète et son réseau d’indicateurs. […] Le genre de domination le plus despotique que l’on ait pu concevoir, celui des maîtres sur leurs esclaves, qui leur furent toujours très supérieurs en nombre, ne reposait pas lui-même sur des moyens de contrainte particulièrement puissants, mais sur la supériorité de l’organisation du pouvoir – c’est-à-dire sur la solidarité organisée des maîtres »25. MBS a ainsi passé un cap dans l’exercice du totalitarisme. Il pousse à outrance la pratique de la violence tout en s’assurant de la cohésion d’une élite masculine mondialisée et occidentalisée, aux bases populaires éphémères ou inexistantes. Même si la quête de cette élite est le pouvoir absolu, son futur en devient précaire.

Joelle Palmieri, 8 novembre 2018

https://joellepalmieri.wordpress.com/2018/11/08/khashoggi-ou-les-exces-dun-totalitarisme-mondialise/

Notes

1 Nadine Guilhou et Janice Peyré, La mythologie égyptienne, Marabout, 2006, 414 p.

2 Plutarque et Mario Meunier (traduction française), Isis et Osiris, Paris, Guy Trédaniel, 2001.

3 Nadine Guilhou et Janice Peyré, op.cit.

4 Emily Umberger, « Events Commemorated by Date Plaques at the Templo Mayor : Further Thoughts on the Solar Metaphor », in The Aztec Templo Mayor, E. Hill Boone (éd.), Washington, Dumbarton Oaks, 1987, p. 427-428.

5 Patrick Saurin, « Autopsie d’un meurtre », Kentron, 19 | 2003, mis en ligne le 12 avril 2018,http://journals.openedition.org/kentron/1864, consulté le 6 novembre 2018.

6 « Venezuela : Les assassins d’Hergueta confirment les liens de la droite avec le para-militarisme », Viva Venezuela, 31 Août 2015.

7 Hala Kodmani, « Qui est Jamal Khashoggi, journaliste saoudien disparu à Istanbul ? », Libération, 5 octobre 2018.

8 Abu-Nasr Donna, « Who Was Jamal Khashoggi ? A Saudi Insider Who Became an Exiled Critic », Bloomberg,‎ 10 octobre 2018.

9 VOA News, « Jamal Khashoggi : A Profile », VOA News, 19 octobre 2018.

10 David Leigh et Rob Evans, « Adnan Khashoggi », The Guardian,‎ 8 juin 2007.

11 L’Arabie saoudite est le deuxième client de la France en matière d’armement, derrière l’Inde. Plus d’un milliard et demi d’euros d’équipements ont été livrés en 2017 au royaume wahhabite. Selon un rapport parlementaire publié en juin 2018 sur les exportations d’armes de la France, depuis dix ans, le carnet de commandes saoudien n’a cessé d’augmenter atteignant plus de 11 milliards d’euros de contrats sur la période 2008-2017. https://www.defense.gouv.fr/actualites/articles/rapport-au-parlement-2018-sur-les-exportations-d-armement, consulté le 6 novembre 2018.

12 En 1811, le sultan ottoman ordonnait au gouverneur d’Égypte, Mohamed Ali Pacha, de reprendre la zone des villes saintes (La Mecque et Médine) et faisait détruire le royaume saoudien situé au Nadjd. Les membres de la dynastie saoudienne, créée par Mohammed Ibn Saoud et principale alliée du créateur du wahhabisme, Mohammed ben Abdelwahhab, étaient alors déportés en Égypte et l’émir (prince) Abdallah Ibn Saoud, l’aîné des fils de la famille, décapité à Istanbul.

13 Ce pays est allié à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), financée par le milliardaire américain Sheldon Adelson, conseiller proche de Trump, partisan du soutien à Israël, connu pour ses penchants politiques néo-conservateurs et ennemi d’Erdogan. Mehmet Solmaz, « Why Saudi Arabia and the UAE are targeting Turkey », Middle East Eye, 22 décembre 2017, https://www.middleeasteye.net/columns/why-uae-hostile-turkey-1184696487, consulté le 7 novembre 2018.

14 Depuis 2017, un grand nombre de princes de la dynastie, personnalités les plus riches et les plus puissantes du royaume, sont enfermés à l’intérieur de l’hôtel Ritz Carlton de Riyad. Ils seraient convaincus de corruption. Tout a été mis en œuvre pour qu’ils prêtent allégeance à MBS en même temps qu’ils le financent largement. « Purges en Arabie Saoudite : l’hôtel Ritz de Riyad transformé en prison de luxe », Courrier international, 10 novembre 2017, https://www.courrierinternational.com/article/purges-en-arabie-saoudite-lhotel-ritz-de-riyad-transforme-en-prison-de-luxe, consulté le 8 novembre 2018.

15 Quentin Raverdy, « Affaire Khashoggi : un “commando” saoudien dans le viseur d’Ankara », Libération.fr, 12 octobre 2018, https://www.liberation.fr/planete/2018/10/12/affaire-khashoggi-un-commando-saoudien-dans-le-viseur-d-ankara_1685050, consulté le 7 novembre 2018.

16 « Meurtre du journaliste Khashoggi : un “incident hideux” pour MBS », latribune.fr,25 octobre 2018, https://www.latribune.fr/economie/international/meurtre-du-journaliste-khashoggi-un-incident-hideux-pour-mbs-795272.html, consulté le 7 novembre 2018.

17 « Affaire Khashoggi : Macron évoque des ”faits très graves” »,Les Echos, 12 octobre 2018, https://www.lesechos.fr/monde/afrique-moyen-orient/0302402212448-affaire-khashoggi-macron-evoque-des-faits-tres-graves-2213269.php, consulté le 7 novembre 2018.

18 AFP, « Mort de Khashoggi : le scénario macabre révélé par les enregistrements », Le Parisien, 18 octobre 2018, http://www.leparisien.fr/international/mort-de-khashoggi-le-scenario-macabre-revele-par-les-enregistrements-18-10-2018-7922493.php, consulté le 7 novembre 2018.

19 « Affaire Kashoggi : Donald Trump menace Ryad d’un “châtiment sévère” », latribune.fr,13 octobre 2018, https://www.latribune.fr/economie/international/affaire-kashoggi-donald-trump-menace-ryad-d-un-chatiment-severe-793882.html, consulté le 7 novembre 2018.

20 Abbès Zouache, « Corps en guerre au Proche-Orient (fin Ve-VIIe/XIe-XIIIe siècle) », Annales islamologiques [En ligne], 48.1 | 2014, ‪mis en ligne le ‪25 août 2014, http://journals.openedition.org/anisl/3145, ‪consulté le 6 novembre 2018.

21 Hannah Arendt, « Sur la violence ». Repris dans Du mensonge à la violence.Essais de politique contemporaine. Paris, Calmann-Lévy (coll. « Agora »), 1972, p. 157.

22 Ibid.,p. 154.

23 Patrick Angevin, « Journaliste saoudien disparu. L’ombre inquiétante du prince Mohamed ben Salmane ? », Ouest France, 14 octobre 2018, https://www.ouest-france.fr/monde/arabie-saoudite/journaliste-saoudien-disparu-l-ombre-inquietante-du-prince-mohamed-ben-salmane-6017396, consulté le 8 novembre 2018.

24 « Les mouvements totalitaires sont des organisations de masse d’individus atomisés et isolés ». Hannah Arendt,Les origines du totalitarisme, Troisième partie : Le totalitarisme, chapitre XII, 3, trad. P. Lévy, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2002, p. 634.

25 Hannah Arendt, « Sur la violence », op. cit., p. 150-151.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...