Édition du 14 novembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Santé

L'APTS interpelle le Conseil des ministres réuni à Val-d'Or

VAL-D’OR, QC, le 13 sept. 2017 - À l’occasion de la tenue à Val-d’Or de la réunion du Conseil des ministres, l’équipe régionale de l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS) tient à rappeler au gouvernement libéral de Philippe Couillard que la population de l’Abitibi-Témiscamingue n’accepte pas d’être traitée comme des citoyens de seconde zone quand il est question d’accessibilité et de qualité des soins de santé et des services sociaux. Les incidents survenus au cours de la saison estivale (l’accouchement sur le seuil de l’entrée verrouillée de l’Hôpital de Ville-Marie, plusieurs épisodes de bris de services, des fermetures de lits dans les hôpitaux, entre autres) commandent l’instauration de solutions concrètes et urgentes aux problèmes de sous-financement ainsi que d’attraction et de rétention du personnel du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT).

L’APTS appuie donc sans réserve tout mouvement de mobilisation communautaire municipale ou régionale visant la défense de l’offre de service en santé et services sociaux en Abitibi-Témiscamingue.

« Si on veut vraiment régler les problèmes il va falloir que les dirigeants, à commencer par le ministre Barrette, acceptent de tenir compte de l’expertise du personnel qui est sur le terrain au moment de prendre des décisions et d’apporter des changements administratifs, martèle Jacques Michel Audet, porte-parole régional de l’APTS. L’équilibre budgétaire n’est pas un dogme ; Québec ne peut pas décider unilatéralement des budgets à consentir et exiger qu’ils soient respectés sans autre considération. L’offre de service doit être élaborée à partir des besoins réels des gens de l’Abitibi et du Témiscamingue et non pas en fonction des impératifs bureaucratiques et politiques d’élus et de fonctionnaires basés à 1 000 kilomètres de chez nous. »

« L’impact des fusions et transformations administratives découlant du projet de loi no 10 du ministre Barrette s’est ajouté aux compressions des années d’austérité, de sorte qu’aujourd’hui notre réseau est ravagé, estime Yannick Martin, président de l’unité APTS de la région. Le sentiment de dévalorisation, l’épuisement et la détresse psychologique qu’on constate chez le personnel constituent le triste héritage de cette période. Il est temps que ça cesse et nous attendons des ministres réunis aujourd’hui à Val-d’Or un engagement en ce sens. »

C’est pourquoi l’APTS réclame que les besoins soient déterminés dans le cadre d’une réelle consultation de tous les acteurs régionaux concernés (préfet, maires, organisations communautaires et syndicales) et financés en conséquence, de manière à redonner un avenir au réseau régional de santé et de services sociaux de la belle région de l’Abitibi- Témiscamingue.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Santé

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...