Édition du 15 mai 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

La fondation de La Meute : grâce à l’« étincelle » Benhabib

La Meute a été fondée en octobre 2015, par des vétérans des Forces armées canadiennes. Dans une entrevue réalisée en octobre dernier – peu après le putsch qu’il venait de subir – l’ex-chef Patrick Beaudry explique quelles influences idéologiques déterminantes avaient motivé les pères de La Meute à démarrer leur projet militant : Djemila Benhabib et Fatima Houda-Pepin.

Tiré du blogue de l’auteur.
L’animateur Stu Pitt (lui-même membre du groupe d’extrême-droite à cette époque) posait cette question sur l’événement fondateur de La Meute :

— « Là tu m’as dit qu’au départ vous êtes allés voir une conférence de Mme Djemila Benhabib, ça a créé comme une espèce d’étincelle »

— Beaudry confirme :
« Oui, oui, oui ! Mme Benhabib et Mme Houda-Pepin, qui sont des icônes pour la défense de la laïcité, les sonneuses de cloche les plus probantes. (…) On a ces deux personnes-là très vivantes dans notre esprit. Mme Benhabib donne une conférence. On se ramasse là trois. Presque assis sur le stage. Première rangée. Et on écoute le propos de Mme Benhabib (…). Ça sonnait comme quelque chose de très intellectuel où elle voulait, elle, témoigner de sa propre expérience et influencer une intelligentsia politique, à son propos ».

— Stu Pitt lui explique que l’approche de Benhabib est « intellectuelle », tandis que La Meute va poursuivre la même œuvre, mais auprès de « monsieur et madame tout le monde ». Il reprend : « Mais disons que c’est l’esprit de Mme Benhabib qui allume quelque chose, et on s’en va ? »

— Beaudry : « Oui, absolument ! Et j’irais même jusqu’à dire que, suite à ça, lentement (…) ça amène une réorientation de La Meute. Ce que Mme Benhabib avait déjà compris, nous pas ».

Quand on se rend sur la page Facebook publique de La Meute, on peut d’ailleurs remarquer que le premier grand « événement » auquel ils se sont joints fut une manifestation en soutien à Djemila Benhabib, poursuivie alors pour diffamation par un établissement scolaire privé :

À l’été 2017, les Meutons l’admiraient toujours, allant jusqu’à garantir les services de sécurité de l’un de ses colloques, selon les dires de Stu Pitt et des dirigeants eux-mêmes :

Sur cette photo, on peut apercevoir les chefs meutons qui s’étaient mobilisés pour l’occasion :

D’autres influences

Durant l’entrevue avec Stu Pitt, Patrick Beaudry affirme que d’autres intellectuels ont aussi, par la suite, profondément inspiré La Meute.

On peut penser tout d’abord au grand sociologue identitaire Mathieu Bock-Côté, qui semble toujours écrire la même chronique pourfendant le « multiculturalisme », la perte de l’identité québécois et la menace « islamiste ».

Voici ce qu’en pense « Maikan », porte-parole de La Meute :

Un autre visionnaire qui impressionne fortement La Meute est Richard Martineau, qui a la chance d’avoir une section consacrée à ses chroniques sur leur site web officiel.

Rappelons que Martineau a été ajouté au groupe secret depuis aussi loin que novembre 2015. Il le sait. Il l’a admis en ondes, mais il y reste. Allez savoir pourquoi…

« Maikan » a également une haute opinion de Martineau. Il le considère être « un loup qui s’ignore », qui finira peut-être bien par « sortir du placard ».

Chose certaine, à chaque fois « qu’il ouvre la bouche », « il a exactement le même discours que La Meute » :

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...