Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

La grève est réglée entre les membres d'Unifor et CMC Électronique

MONTRÉAL, le 7 juin 2018 - C’est dans une proportion de 87,5 % que les membres de l’unité des bureaux et 94 % que ceux de la production ont ratifié l’entente de principe intervenue plus tôt cette semaine. Cette acceptation met ainsi fin au conflit de travail déclenché le 24 mai dernier.

« Nos membres ont de quoi être fiers car nous avons réussi à faire reculer l’employeur sur sa demande d’imposer un régime de retraite moins avantageux pour les nouveaux employés. Et en plus d’avoir maintenu un régime à prestation déterminée pour les actuels et futurs salariés, nous avons obtenu des améliorations », a expliqué Éric Titley, représentant national au dossier.

Rappelons que le 24 mai dernier, les membres des deux unités de la section locale 2889 sont sortis en grève en raison principalement de la volonté de l’employeur d’imposer un régime de retraite à deux vitesses au sein de l’entreprise. Un vote de grève à près de 100 pour cent pour l’unité des bureaux et 98 pour cent pour l’unité de l’usine avait été accordé et la dernière offre patronale rejetée à très fort pourcentage.

Une clause qui sera illégale dans un proche avenir, on l’espère !

Si le projet de loi sur les normes du travail déposé par le gouvernement du Québec en mars dernier est adopté, il ne sera plus possible d’implanter un régime de retraite distinct pour les nouveaux employés. Tout comme se l’est pour les salaires, une telle disposition sera jugée comme une clause de disparité de traitement, ce qui est interdit par les normes du travail. « Le problème, c’est que le projet de loi ne règle pas le passé puisque sa portée n’est pas rétroactive. C’est pourquoi l’employeur voulait profiter de l’actuelle possibilité d’implanter un régime à deux vitesses, pendant que la loi le lui permet encore. Il faut espérer que le projet de loi réussira à être adopté avant la fin des travaux parlementaires. Mais il faudra ensuite penser à corriger la situation pour les milieux de travail où un régime à deux vitesses est implanté », a expliqué Renaud Gagné, directeur québécois d’Unifor.

Outre la question du régime de retraite, les parties se sont entendues pour un contrat de trois ans avec des augmentations salariales de 5,75 pour cent et le maintien de la couverture des assurances collectives dont le coût est assumé par l’employeur.

Le protocole de retour au travail prévoit une reprise du travail de l’ensemble des membres entre lundi et vendredi prochain à l’exception d’une occupation qui elle, sera réintégrée d’ici 15 jours au plus tard.

Le syndicat Unifor représente 205 membres dans l’unité des bureaux et 239 membres du côté de la production chez CMC Électronique.

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...