Édition du 19 juin 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

La justification du contrôle masculin par l’amour

Interview de Natacha Henry par Francine Sporenda.

Natacha Henry est essayiste et historienne. Elle a publié plusieurs ouvrages : « Marthe Richard » (Vuibert, 2016), « Les mecs lourds » (Laffont), « Exciseuse : entretien avec Hawa Gréou » (City), « Ces femmes qui ont fait la France (City), « Frapper n’est pas aimer, enquête sur les violences conjugales en France » (Denoël), « Marie et Bronia,le pacte des sœurs » (Albin Michel) et une biographie consacrée à Marie Curie, « Les Soeurs savantes » (2015, Vuibert). Elle est lauréate du prix Marianne 2016 et finaliste du prix Simone Veil 2015.

Tiré du blogue de Christine Delphy.

F. : Vous dites dans votre livre « Frapper n’est pas aimer » que le cliché « elles aiment ça » utilisé au sujet des femmes qui restent avec un homme violent est absurde. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

N.H. : Si elles restent, c’est parce qu’elles n’ont pas d’autre solution, parce qu’elles ont très peur, qu’elles sont sous emprise et qu’elles sont dans un système de chantage. Ce n’est pas parce qu’elles trouvent la vie quotidienne avec cet homme si merveilleuse, qu’elles adorent être maltraitées, mal considérées, ou mises en danger. Je n’ai jamais rencontré de femme qui aimait la terreur, les coups, les privations. Il n’y en a pas une qui se dit : « génial, il va me taper dessus, je vais faire exprès de rater la tarte aux pommes, comme ça il va s’énerver ». C’est une légende qui n’a que trop duré. En réalité, elles sont prisonnières. Elles ne voient pas d’autre solution. Souvent, ces hommes les ont isolées, les ont coupées d’un emploi, d’une famille, de leurs amis. Elles n’ont pas les moyens de partir. Sans compter que c’est dangereux de quitter un homme violent. C’est au moment du départ que se situe le pic des meurtres de femmes victimes de violences conjugales.

F. : Et il y a les enfants…

N.H. : Oui, certaines veulent préserver la structure familiale, elles se voient comme responsable de la stabilité du foyer. Par conséquent, elles restent pour les enfants – jusqu’au jour où elles partent avec les enfants, pour les protéger.

F. : Vous dites qu’à l’origine de cette acceptation féminine apparente de la violence masculine, qui peut paraître incompréhensible vue de l’extérieur, il y a souvent une « idéalisation forcenée de l’amour ». Pouvez-vous expliquer pourquoi cette « idéalisation forcenée de l’amour » met les femmes en danger, et pourquoi elle est une norme chez les femmes ?

N.H. : Je pense que certaines d’entre elles, notamment les plus jeunes, subissent un chantage terrible. C’est-à-dire que leur partenaire met en place un système de « si tu m’aimes, tu dois obéir à certaines règles ». Ces jeunes garçons violents, notamment au moment de l’installation en couple dans un même appartement, ont tendance à se transformer en tyrans domestiques. Et elles vont essayer de se conformer à ce qui est attendu d’elles socialement, qui est de bien remplir le rôle féminin au sein du foyer. C’est vraiment quelque chose qui m’effraie chez les plus jeunes, de les voir accepter les injonctions : « si tu m’aimes, tu ne t’habilles pas comme ça, tu fais les courses, si tu m’aimes, tu ranges mieux l’appartement, etc. ». La violence masculine s’installe par la répartition des rapports sociaux de sexe dans le couple. Ces jeunes hommes s’autoproclament le droit de les surveiller, et elles ont intégré ce discours manipulateur : « tu étais avec qui, tu as parlé avec qui, pourquoi tu es en retard ? ». Et elles se justifient pour ne pas augmenter les tensions. C’est un peu comme un système de mafia : il propose soi-disant sa protection, en échange de services qu’elle doit lui rendre, et d’une certaine forme d’obéissance.

F. : Souvent les jeunes filles ont intériorisé qu’elles doivent accepter l‘inacceptable « par amour »…

N.H. : Elles essayent de négocier mais comme elles sont jeunes, vulnérables et impressionnées par le rapport de force qu’il impose, certaines vont dire : « oui, c’est vrai quand même, il doit avoir raison, j’aurais pas dû traîner avec ma copine… » Je trouve qu’il y a un poids très important du couple chez les jeunes, chez les 20-25 ans. Au nom de l’impératif social d’avoir un copain, elles sont en train d’accepter des choses qui nous mettent, nous plus âgées, hors de nous. Parce que quand vous êtes mariée, que vous avez acheté un appartement avec lui, que vous avez trois enfants mineurs et qu’en plus, il vous empêche de travailler, là, ça devient très compliqué. Mais si vous avez 20 ans, et que vous n’êtes pas un couple cohabitant, que vous êtes en formation, que vous vivez encore chez vos parents, que vous avez un peu d’autonomie financière, qu’il n’y a pas d’enfants et aucun rapport économique ? J’espère que ces jeunes filles vont avoir le pouvoir mental de se sortir le plus tôt possible de cette justification du contrôle masculin par l’amour. Il faut savoir que les violences conjugales chez les jeunes, ça devient vraiment un sujet. L’année dernière, dans les 120 femmes environ victimes de féminicides, il y en avait trois qui n’avaient pas vingt ans.

F. : Vous pensez qu’il y a une recrudescence de ces violences chez les jeunes ?

N.H. : Oui, et je pense que cela va de pair avec une recrudescence des stéréotypes genrés. J’étais ado dans les années 1980, on n’avait pas ces problèmes. Aujourd’hui, beaucoup de garçons se sentent obligés de se conformer à un rôle un peu macho ; les filles ont l’idée qu’il faut filer droit sinon elles vont avoir des ennuis. Et elles m’expliquent : « mais il m’aime, mais je l’aime, mais on s’aime »… Il y a une survalorisation, une surestimation du rapport amoureux. Ce n’est pas qu’elles acceptent la violence masculine, c’est qu’elles se conforment à un système qui est présenté comme la norme romantique. Et en fait, cette survalorisation de l’amour peut les empêcher de partir vite – parce que quand il y a contrôle et violences masculines, ça ne va pas s’arranger tout seul.

F. : Vous dites que les violences domestiques fonctionnent comme une dictature. Est-ce que vous pouvez expliquer ?

N.H. : C’est vrai. D’abord, on isole l’intéressée, on va la couper de son réseau familial et amical, on va la suspecter en permanence, on l’oblige à se justifier constamment, on l’espionne. C’est tout un système de contrôle qui se met en place, on peut la faire suivre, on peut la suivre, soit en réel – il vous attend à la sortie du travail, il vous attend dans le métro, il vous attend partout. Soit virtuellement–en vous inondant de textos : « t’es où, t’es avec qui ? ». Donc il y a cette surveillance des moyens de communication, comme dans toute dictature. « Si tu m’aimes, tu dois me montrer ce que tu as dans ton portable », il vérifie tous les messages, il a les mots de passe pour les emails, il regarde Facebook en continu et au moindre dérapage – ce qu’il va considérer comme un dérapage – il va demander des comptes, il va procéder à un interrogatoire, comme la police dans une dictature. Parfois, il a des amis pour prendre le relais et lui dire qu’on a vu la jeune fille dans tel ou tel endroit. Ensuite, le jeune homme prend des mesures de répression sévères. Il s’agit de contrôler les marges de liberté de sa partenaire.

F. : Vous dites aussi « si une femme dit qu’elle a peur, il faut la croire ». Malheureusement, vu le nombre de femmes tuées alors qu’elles avaient déposé plainte, des policiers et des gendarmes ne prennent toujours pas au sérieux la parole des victimes. Pourquoi faut-il croire les femmes quand elles disent qu’elles se sentent en danger ?

N.H. : D’abord parce que les statistiques établissent qu’il y a environ 2% de menteuses. J’ai entendu ça au Conseil régional d’Ile de France. Donc 98% disent la vérité !

F. : Plusieurs études ont été faites sur cette question, aux États-Unis en particulier. Elles montrent que les fausses accusations, c’est de l’ordre de 2 à 4% environ.

N.H. : Et puis, je ne vois pas très bien pourquoi on ne les croirait pas. Croire les femmes victimes de violences, c’est un principe féministe de base. Mais il faut impliquer l’ensemble de la population dans ces questions. Une femme a été tuée récemment, une Éthiopienne marathonienne qui habitait près de Paris, les voisins l’ont entendue hurler toute la nuit, mais il n’y en a pas un qui a appelé la police. D’après ce que j’ai lu dans les journaux, ils auraient pu la sauver. Il faut absolument que l’ensemble de la population change de camp. Nous ne pouvons pas accepter la neutralité et la non-intervention face aux violences. Je pense que, au niveau police, médecins etc., les choses commencent à changer – le policier qui aujourd’hui ne vous croit pas et vous renvoie à la maison, c’est qu’il vit dans une bulle, ou qu’il n’est pas clair avec le sujet. Et probablement, ses collègues ne vont pas être d’accord avec lui. La tendance – et on l’a vu avec l’affaire Weinstein, qui est parti se cacher alors qu’il n’y a même pas eu de procès -, c’est que tout le monde croit les victimes. Kevin Spacey pareil, et pourtant il n’y a pas eu de procès non plus – pour le moment. Même en France, il y a eu deux ou trois cas similaires…

F. : Pas beaucoup tout de même comparé aux États-Unis ; dans ce pays, près de 40 hommes ont eu des problèmes suite à leurs comportements de harcèlement sexuel, ils ont perdu leur job, leur contrat…

N.H. : C’est vrai mais en France, tout va toujours beaucoup plus lentement. Il faut souvent que ça vienne des États-Unis pour que ça bouge. Mais à l’époque de Strauss Kahn en 2011 – et ça venait aussi des États-Unis – il y avait surtout des « elles mentent, c’est un complot politique, elles ont toutes été manipulées ». Là maintenant, on les croit plus vite. Le grand problème pour les violences conjugales, c’est cette légende de l’homme qui a l’air tellement gentil, avec tout le monde, avec les voisins etc. Ce qui, à mon avis est faux, la plupart du temps… Je pense que ces hommes ont quand même une sorte de brutalité, ils sont souvent homophobes, ils sont souvent les premiers à vous emm…der au feu rouge, à être odieux avec la serveuse au café…

F. : Oui, mais quand ils se trouvent dans certaines circonstances sociales, est-ce qu’ils ne peuvent pas revêtir un masque ? Ce n’est pas incompatible.

N.H. : Oui bien sûr mais il faut apprendre à décoder les phrases : si une amie vous raconte que « ça ne va pas très bien avec mon copain en ce moment, il est énervé », il faut poser des questions.

F. : Ou surtout « je me suis cognée sur une porte » ou « j’ai glissé en sortant de la baignoire… ». Pouvez-vous nous parler des conséquences de ces violences sur les enfants ?

N.H. : Il est absolument inadmissible de faire grandir des enfants dans un contexte de violences conjugales. D’abord, c’est contraire à toutes les conventions sur les droits de l’enfant, notamment la Convention Internationale sur les droits de l’enfant. Quand je fais des formations, notamment à l’intention des journalistes, ils planent un peu et trouvent tout cela pas très grave : ils voient la violence conjugale sous l’angle d’un homme et d’une femme qui se disputent, et il faut absolument leur faire comprendre que les enfants sont directement impliqués. Les enfants ne sont pas de simples témoins, ils sont co-victimes, ils sont à part entière dans l’histoire. D’ailleurs, pas mal de violences conjugales sont détectées par les paroles ou les attitudes des enfants, comme je l’ai vu dans les écoles. Si une femme sur 10 est victime de violences conjugales, ça fait 3 enfants sur une classe de 30, ce qui fait beaucoup d’enfants concernés ! Les violences familiales, ce sont des enfances pourries. Ils sont responsabilisés très tôt à la survie de leur mère, ce qui n’est pas normal quand on est un petit enfant. Ils apprennent très tôt à la protéger, à appeler les secours, à appeler les voisins, ce sont des enfances massacrées, et c’est absolument révoltant. Il y a des centaines de milliers d’enfants qui sont sacrifiés dans ces histoires. Bien évidemment, un mari violent n’est pas un bon père. Faire subir des horreurs à sa compagne, et une minute après, jouer gentiment au playmobil avec les gosses ? Impossible. Ce sont des enfants terrifiés, qui ont peur de lui comme leur mère a peur de lui. Et qui culpabilisent parce qu’ils vont penser que c’est de leur faute si leur père (ou beau-père) hurle sur leur mère parce qu’ils n’ont pas rangé leur chambre. Ils sont victimes au même titre que la femme. Et il y a des conséquences à long terme, des problèmes de cauchemars récurrents, d’incapacité à former un couple équilibré parce qu’ils n’ont pas vu comment on fait dans la vraie vie…

F. : Est-ce que des garçons qui ont grandi avec un père violent sont susceptibles de s’identifier à l’agresseur quand ils deviennent adultes ?

N.H. : Je n’ai aucune statistique. J’ai autant de cas d’hommes qui ont grandi avec des pères horribles et qui sont devenus des types sympas, voire féministes, des pères équilibrés, que le contraire.

F. : Ce qui m’intéresse là-dedans, c’est qu’il y a un mystère : pourquoi un garçon qui a grandi dans l’ombre d’un père violent va une fois adulte, se ranger dans le camp des femmes, et pourquoi un autre, qui a grandi dans les mêmes conditions, va plus tard s’identifier au père ?

N.H. : Il n’y a pas que les parents comme modèles dans la vie. On peut avoir des parents complètement nuls, mais un oncle et une tante qui ont réussi leur vie affective, et se dire que c’est comme ça qu’on veut être plus tard. Contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, personne n’est élevé que par un papa et une maman, il y a d’autres modèles autour, il y a la famille, il y a les parents des copains à l’école, des films, des livres, des clips ; la culture personnelle est faite de milliers de choses. Qu’il y ait des réactions irréfléchies parce qu’on a vu des choses étant petit, certainement. Je ne peux pas faire de théorie là-dessus.

F. : Pouvez-vous nous parler de la couverture médiatique des violences et en particulier du vocabulaire utilisé dans les médias pour en parler ?

N.H. : Je travaille sur ces questions depuis une vingtaine d’années. A l’époque, on n’avait que la presse et quelques chaînes de télévision, quelques radios. Quand on voulait faire valoir un point de vue, il fallait supplier « Libération » de bien vouloir publier notre tribune. Donc évidemment, ils étaient bien ancrés sur leur position, les journaux à cette époque étaient tenus par des soixante-huitards qui avaient bien réussi dans la bourgeoisie intellectuelle française, les féministes ramaient, et c’était vraiment difficile de faire passer notre point de vue. Maintenant, les médias traditionnels finissent par faire leur boulot. Ils commencent à bouger, doucement, parce qu’ils suivent l’air du temps – ils n’ont jamais été en avance en France. C’est la mode d’être féministe, donc ils ont décidé de suivre. Je suis contente, mais je ne leur fais pas une confiance absolue.

F. : Mais il y a toujours beaucoup de journaux qui continuent à titrer « drame passionnel », « drame familial », etc.

N.H. : Oui, on a un gros problème avec ces « crimes passionnels », ces « drames de l’amour » etc. Ils sont dans une méconnaissance absolue des violences. J’essaie d’expliquer aux associations d’aide aux victimes, que les responsabilités sont partagées, parce que les gens de la presse quotidienne régionale me l’ont dit eux-mêmes : « on n’a aucune formation là-dessus, donc qu’est-ce qu’on peut faire ? J’y vais en vitesse, le procureur fait une déclaration, je note et puis basta ». Je dis aux associations féministes de terrain : repérez deux ou trois journalistes avec qui vous pouvez discuter, à qui vous pouvez présenter votre travail, ils ne sont pas censés avoir tout compris. Vous et moi, nous sommes spécialisées dans ces sujets-là, mais si vous me demandez d’aller couvrir le tiercé, ou un match de foot, je serais complètement nulle. Ces sujets sont traités par n’importe qui, des journalistes qui jugent de la situation en trois minutes, alors que nous savons bien qu’il faut des années d’expertise pour comprendre comment fonctionne le système des violences. Le journaliste qui doit partir sur un sujet, à sa décharge, si on ne lui a jamais expliqué, il va se planter. Ces gens méritent des formations – c’est dans la loi d’ailleurs. Mais ce qui fait vraiment bouger les choses, ce sont nos médias, les réseaux sociaux, le retentissement sur Facebook – cette masse médiatique féministe qui a pris de la place. Les journalistes classiques qui ne sont ni féministes ni formés, ce n’est pas forcément de leur faute s’ils se trompent – à part les violents et les débiles bien sûr, quand ils le font exprès.

F. : En effet, c’est une bonne idée d’écrire aux journaux locaux quand ils publient des titres comme ça… Dans votre livre, vous rappelez que 1 400 femmes sont tuées annuellement par des compagnons ou ex dans l’Union européenne. Pouvez-vous nous parler du coût de ces violences ?

N.H. : Les violences sur les femmes coûtent à la France 3,6 milliards d’euros par an. Ce chiffre a été calculé de façon scientifique, par des statisticiens avec qui je travaille. Ces violences masculines coûtent très cher. Je cite le cas récent d’un homme qui s’est enfui après avoir si gravement frappé sa compagne que les voisins ont donné l’alerte. Un hélicoptère a été mobilisé pour repérer l’homme qui s’est caché dans la forêt, les services de secours sont venus chercher la femme, l’ont hospitalisée. Elle est soignée pendant plusieurs jours, les enfants sont placés, plus personne ne va travailler pendant un certain temps, il va y avoir un procès, ça coûte une fortune… Au final il revient moins cher de faire de la prévention que ce que ça coûte après.

F. : Pourtant, contre toute logique, les gouvernements sont assez réticents à affecter des crédits à ça. Le simple problème de trouver un refuge pour les femmes victimes de violence, c’est infernal.

N.H. : En effet. Les dégâts coûtent plus cher que la prévention ! Et pendant ce temps, les associations de terrain font un travail remarquable avec très peu de moyens.

https://revolutionfeministe.wordpress.com/2018/01/17/la-justification-du-controle-masculin-par-lamour/

Des autrices :

Natacha Henry : Les mecs lourds ou le paternalisme lubrique, cest-la-recurrence-des-pratiques-et-propos-machistes-qui-nuit-a-notre-liberte/

F. Sporenda :

Allemagne : vers la monopolisation de l’industrie du sexe, interview de Manuela Schon, allemagne-vers-la-monopolisation-de-lindustrie-du-sexe/

Interview d’un traître à la virilité, questions à Martin Dufresne, interview-dun-traite-a-la-virilite/

REFUSER D’ÊTRE UN HOMME, interview de John Stoltenberg, refuser-detre-un-homme-interview-de-john-stoltenberg-par-sporenda/

Natacha Henry

Natacha Henry est essayiste et historienne. Elle a publié plusieurs ouvrages : « Marthe Richard » (Vuibert, 2016), « Les mecs lourds » (Laffont), « Exciseuse : entretien avec Hawa Gréou » (City), « Ces femmes qui ont fait la France (City), « Frapper n’est pas aimer, enquête sur les violences conjugales en France » (Denoël), « Marie et Bronia,le pacte des sœurs » (Albin Michel) et une biographie consacrée à Marie Curie, « Les Soeurs savantes » (2015, Vuibert). Elle est lauréate du prix Marianne 2016 et finaliste du prix Simone Veil 2015.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...