Édition du 12 décembre 2017

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Transport

La privatisation des aéroports nuira aux travailleurs et au public, affirme Unifor

TORONTO, le 30 mars 2017 - La suggestion émise par l’exploitant de l’aéroport international Pearson qu’il serait disposé à vendre des terrains de l’aéroport à des investisseurs privés devrait être immédiatement rejetée par le gouvernement fédéral, a déclaré Jerry Dias, président national d’Unifor.

« Confier des biens publics à des investisseurs privés afin qu’ils fassent grimper les prix n’aide en rien les Canadiens et n’encourage pas le trafic dans nos aéroports, a déclaré Jerry Dias. Ce sont les travailleurs des aéroports et le public voyageur qui finissent par payer les coûts de ce type de stratégie. »

Le président d’Unifor a souligné que le budget fédéral de la semaine dernière ne faisait aucune mention de la privatisation des aéroports, en dépit de la spéculation des cercles financiers qu’il allait peut-être emprunter cette voie et que d’autres autorités aéroportuaires, comme à Calgary, à Ottawa et à Vancouver, sont résolument contre cette idée.

« Unifor n’est pas en faveur de la privatisation des aéroports ou d’autres biens publics, en particulier lorsqu’ils génèrent des recettes importantes qui aident à financer les services gouvernementaux sur lesquels nous nous fions », a ajouté Jerry Dias.

La suggestion de Pearson de vendre des terrains de l’aéroport afin de financer la transformation de l’aéroport Pearson en une méga plaque tournante est présentée dans une note d’information de la Greater Toronto Airport Authority à l’intention du gouvernement fédéral plus tôt cette année et rendue publique cette semaine seulement.

Comme les activités à but non lucratif, l’argent engrangé aux aéroports est réinvesti dans leurs propres opérations. Exiger qu’une partie de ces recettes soit siphonnée pour récupérer des bénéfices ne ferait que desservir le public voyageur, sans rien améliorer à la sécurité ou à la qualité des services, a affirmé Jerry Dias.

Unifor et d’autres syndicats ont aussi été contraints de riposter contre des pratiques de transfert de contrats et d’autres pratiques ayant nui aux travailleurs de l’aéroport. Cette situation ne ferait qu’empirer avec la recherche de bénéfices, a-t-il souligné.

« Nous tirons des avantages de nos aéroports. La privatisation les mettraient en danger, a déclaré Jerry Dias. La croissance à l’aéroport Pearson est une bonne stratégie économique et nous devons nous assurer que toutes les parties concernées en bénéficient. »

Unifor

À propos du projet Unifor


Depuis deux ans, le SCEP et les TCA ont entrepris le processus de création du nouveau syndicat Unifor. Plusieurs comités composés des membres des deux syndicats ont ainsi travaillé à élaborer les structures, les statuts, le nom et le logo, les politiques, l’intégration, etc. du syndicat Unifor. L’an dernier, les congrès nationaux des deux organisations ont approuvé le processus alors que cette fin de semaine (30 août-1er septembre 2013), se déroule le congrès de fondation à Toronto.

Sur le même thème : Transport

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...