Édition du 14 août 2018

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

G7

Le G7 de la Malbaie, un G7 militariste et patriarcal

Le 10 juin au matin, une belle journée ensoleillée, un peu fraîche mais surtout silencieuse. Silencieuse depuis que mercredi matin 5h 29 s’est ouvert le bal des hélicoptères au-dessus de mon quartier Limoilou, un quartier central de la ville de Québec. On se serait cru en territoire occupé. Deux hélicoptères balayaient le ciel tout au long de la journée. A travers eux, les gros hélicos de l’armée pour le transport de matériel et de passagers.

Le G7 était en train de se mettre en place.

Un G7 militariste

Les différents corps policiers ont appris des manifestions étudiantes du printemps érable. Elles se sont de plus instruites des pratiques internationales. Les trois forces de polices sont maintenant coordonnées :la Gendarmerie royale (GRC canadienne ou "police montée"), la Sûreté du Québec ( police provinciale) et le Service de police de la Ville de Québec. Et à cette coordination s’est rajoutée l’armée canadienne question radar, sécurité maritime et aérienne, et transport. Chacune des unités s’est divisée le travail . On l’a vu durant les deux manifs du 7 et du 9 juin.

La police municipale assurait l’encadrement des personnes manifestantes en établissant un cordon de sécurité des deux côtés de la manif et suivant la manif pas à pas avec matraques et boucliers. Je me suis posé certaines questions cependant sur les policiers et quelques policières. Certains et certaines ne cadraient pas : trop grassouillets, trop petits, pas assez athlétiques. Aurait-on engagé des agences privées de sécurité mêlées à des flics réels ? Comme quoi le recours au privé demeure une politique néolibérale. Je n’ai donc jamais assisté à deux défilés bien encadrés (plus le 7 que le 9). Je ne me suis jamais sentie si en « sécurité ». On ne pouvait pas bouger.

La Sûreté du Québec assurait elle, la sécurité des édifices et de certaines intersections stratégiques ? Elle ne bougeait pas. Elle était habillée en anti-émeute et bien armée. Le plus choquant c’est le 9 juin, sur la rue St-Jean, il y a un MC Donald. La manif défile encadrée des deux côtés par la Municipale et là, devant le MC Do deux cordons campés de Sûreté du Québec dans l’entrée du MC Do. « La police protège les capitalistes » une vraie démonstration de ce slogan devant nos yeux.

Pour les forces de l’ordre ce G7 est en fait une belle pratique. Ils gonflent les muscles, sortent des boules à mites leurs équipements et font balancer matraques et boucliers. Et surtout, surtout, il font du temps supplémentaire. La paie va être bonne juste avant les vacances d’été. C’est se foutre de la population !

Tout cet encadrement policier avait été précédé d’une campagne d’intoxication et de peur dans les médias rappelant les mobilisations des années 2000 contre la mondialisation, faisant parler des experts et expertes sur la sécurité et posant des analyses politiques avec journalistes et intellectuels et intelllectuelles de gauche mais surtout de droite. Ce savant dosage de propagande a fait que la ville s’est vidée de son monde et que les rues étaient désertes. Une belle réussite pour les forces de l’ordre et de droite.

Et toujours les hélicoptères au-dessus de nos têtes.

Un G7 féministe

Justin Trudeau se réclame du féministe et le G7 porte cette belle valeur d’égalité et d’équité. Une centaine de propositions sont soumises aux membres du G7. Les pays s’entendent pour débloquer quelques millions pour l’éducation des filles. La comédie est bonne. En fait, le G7 rit des femmes et les méprisent.

Trudeau a beau proposer l’égalité des hommes et des femmes, le G7 pratique des politiques néolibérales contre les femmes. Trump est un harceleur et coupe les subventions aux groupes de planning familial, Macron attaque les travailleuses de front par ses nombreuses lois du travail. Trudeau lui-même refuse de reconduire le mandat de la commission sur les femmes autochtones assassinées ou disparues de deux ans comme elles le demandent. Il accorde à peine un sursis de six mois.

L’encadrement militaire à la Malbaie est omniprésent avec zone rouge à circulation restreinte même pour les personnes occupantes, zone verte et zone grande comme un stationnement pour manifester. Pendant ce temps, ils et elles discutent du sort des filles et des femmes dans le monde. Militarisation et mépris des femmes s’accordent si bien ensemble !

Les hélicoptères sont toujours là sur nos têtes.

Et le clown

Alors que Justin Trudeau pensait se targuer d’un accord des 7, le clown Trump retourne sa chemise de bords, insulte les gens et retire sa signature. Plus film fiction comique que çà , tu meurs. Le G7 montre ses divergences au monde entier. La bourgeoisie internationale n’est plus branchée sur la même ligne. Trump avec son protectionnisme accélérera-t-il la crise économique mondiale ? L’avenir nous le dira.

Et les hélicoptères sont partis…..mais pour combien de temps ?...

Ginette Lewis

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : G7

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...